Zelensky est ouvert à tout compromis sur l’OTAN, la Crimée et les « républiques » séparatistes, mais pas à la capitulation

8 mars 2022 Mis à jour: 8 mars 2022
FONT BFONT SText size

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait savoir qu’il était ouvert à un compromis avec le président russe Vladimir Poutine sur certaines de ses principales exigences pour mettre fin à l’offensive en Ukraine, notamment sur l’adhésion à l’OTAN et le statut de la Crimée et des territoires séparatistes pro-Moscou, mais il a insisté sur le fait que ses forces ne capituleraient pas.

« Je suis prêt à dialoguer, mais nous ne sommes pas prêts à nous rendre », a déclaré M. Zelensky dans un entretien avec ABC News publié mardi.

Le président ukrainien a affirmé qu’il n’était pas prêt à céder aux « ultimatums » présentés par la Russie lors du dernier cycle de négociations de paix, mais il a insisté sur le fait qu’il était ouvert à des discussions sur des questions telles que l’adhésion à l’OTAN, le statut des régions de Donetsk et de Louhansk contrôlées par les séparatistes et la Crimée annexée par la Russie.

« Je pense que nous pouvons discuter et trouver un compromis sur les points concernant les territoires temporairement occupés et les républiques non reconnues, qui ne sont reconnues par personne à part la Fédération de Russie », a déclaré M. Zelensky.

Une question clé est le traitement et le statut des Ukrainiens dans les régions contestées qui ne veulent pas être dans la sphère d’influence russe, a-t-il dit.

« Ce qui est important pour moi, c’est de savoir comment vont vivre les habitants de ces territoires qui veulent faire partie de l’Ukraine », a déclaré M. Zelensky.

Le Kremlin a déclaré qu’il était prêt à mettre fin immédiatement à sa campagne militaire si l’Ukraine reconnaissait l’indépendance de Donetsk et de Louhansk, reconnaissait la Crimée comme russe, signait un accord de neutralité lui interdisant d’adhérer à l’OTAN et si les forces ukrainiennes se rendaient.

Mais si M. Zelensky s’est dit prêt à discuter du statut des régions contestées, il a déclaré que la question « est plus difficile que de simplement les reconnaître », ajoutant que la demande de la Russie de reconnaître les régions comme indépendantes ou, comme dans le cas de la Crimée, comme faisant partie du territoire russe, est « un autre ultimatum » qu’il n’est pas prêt à accepter.

« Je suis prêt au dialogue ; nous ne sommes pas prêts à la capitulation », a-t-il déclaré.

Sur la question de l’adhésion à l’OTAN, que la Russie considère comme une menace majeure pour sa sécurité et qu’elle veut empêcher en faisant inscrire la neutralité de l’Ukraine dans sa Constitution, M. Zelensky a également indiqué qu’il était prêt à faire des compromis.

« J’ai perdu tout intérêt pour cette question après avoir réalisé que l’OTAN n’est pas prête à accepter l’Ukraine », a déclaré M. Zelensky.

Il a appelé à des discussions avec Vladimir Poutine, déclarant que le président russe « doit commencer à discuter, entamer un dialogue ».

« Je pense qu’il est capable d’arrêter la guerre qu’il a commencée », a déclaré M. Zelensky.

Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion avec les membres du Conseil de sécurité par téléconférence à la résidence d’État de Novo-Ogaryovo, près de Moscou, en Russie, le 3 mars 2022. (Andrey Gorshkov/Sputnik/AFP via Getty Images)

Vladimir Poutine a qualifié l’invasion d’« opération militaire spéciale » visant à écarter du pouvoir les dangereux nationalistes qui, selon lui, dirigent l’Ukraine, tout en cherchant à dégrader la capacité militaire du pays. M. Poutine n’a pas précisé quand l’opération prendrait fin, mais a déclaré que la Russie n’envisageait pas d’occuper l’Ukraine à long terme. Ces derniers jours, des responsables russes ont déclaré que la campagne se poursuivrait jusqu’à ce que Moscou ait atteint ses objectifs.

Les dirigeants occidentaux, comme le président français Emmanuel Macron, qui s’est entretenu plusieurs fois par téléphone avec M. Poutine depuis le début des hostilités, ont prévenu qu’ils pensaient que le pire du conflit était encore à venir.

Des responsables de la défense américains et britanniques ont affirmé que la Russie, dont l’incursion s’est arrêtée dans certaines parties de l’Ukraine, a intensifié l’utilisation de tirs à longue portée, comme les tirs de roquettes et d’artillerie, contre les infrastructures civiles, ce qui a entraîné un plus grand nombre de victimes civiles.

Cette décision intervient alors que des Ukrainiens sont montés dans des bus pour fuir la ville de Soumy, assiégée dans l’est du pays, mardi. Il s’agit de la première évacuation d’une ville ukrainienne via un corridor humanitaire convenu avec la Russie. Les précédentes tentatives d’évacuation via des couloirs ont échoué, les parties ukrainienne et russe se reprochant mutuellement des violations du cessez-le-feu.

Les autorités ukrainiennes ont déclaré qu’un autre convoi de 30 bus se dirigeait vers la ville portuaire de Marioupol, dans le sud du pays, pour évacuer les habitants. La ville est encerclée, sans nourriture, eau, électricité ou chauffage, et soumise à des bombardements incessants depuis une semaine.

Les Nations unies ont déclaré que le nombre de personnes ayant fui l’Ukraine avait dépassé les deux millions, décrivant ce mouvement comme l’un des exodes les plus rapides des temps modernes.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé