Xi Jinping devrait obtenir un troisième mandat, quatre membres du Comité permanent du Politburo seront remplacés

22 octobre 2022 Mis à jour: 22 octobre 2022
FONT BFONT SText size

En ce jour du 22 octobre vient de s’achever le XXe Congrès du national du Parti communiste chinois (PCC). Le conclave sert à nommer le nouveau gouvernement tous les cinq ans. Tous les nouveaux cadres du Comité du central ont été nommés. Le Comité central est composé de plus de 200 membres qui constitueront pendant 5 ans l’élite du Parti.

Certains membres du Comité central peuvent siéger au Politburo (25 membres) et au Comité permanent du Politburo (7 membres) qui la plus haute instance décisionnelle du PCC.

Xi Jinping, 69 ans, a sans peine été nommé au nouveau Comité central, selon les médias chinois.

Mais le Premier ministre chinois Li Keqiang, 67 ans, le deuxième dans la hiérarchie du PCC, et Wang Yang, 67 ans, le chef de la Conférence consultative politique du peuple chinois, un organe consultatif politique ne figurent pas sur la liste des nouveaux membres du Comité central.

Le vice-Premier ministre chinois Han Zheng, 68 ans, et Li Zhanshu, 72 ans, président de l’Assemblée nationale populaire du régime, sont également partis.

Tous les quatre étaient des membres du Comité permanent du Politburo, qui est actuellement dirigé par Xi Jinping.

Il est étrange que Li Keqiang et Wang Yang se retirent, étant donné qu’ils n’ont pas encore atteint l’âge de la retraite, fixé (de manière informelle) à 68 ans par le Parti.

Li Linyi, commentateur des affaires chinoises basé aux États-Unis, a déclaré à l’édition chinoise d’Epoch Times que la sortie de Li Keqiang et Wang Yang est une victoire politique pour Xi Jinping, étant donné que les deux sont considérés comme appartenant à une faction politique rivale connue sous le nom de « tuanpai » ou faction de la Ligue de la jeunesse au sein du Parti.

En d’autres termes, Xi Jinping a consolidé son pouvoir à un niveau sans précédent au sein du Parti, selon Li Linyi.

Quant à Han Zheng et Li Zhanshu, le commentateur a déclaré que leur départ était prévisible, car ils ont déjà atteint l’âge de la retraite.

Xi Jinping prévoit probablement de placer ses alliés politiques aux quatre postes vacants du Comité permanent du Politburo.

La Chine devrait annoncer ses nouveaux dirigeants ou membres du Comité permanent du Politburo demain, le 23 octobre à l’issue d’une réunion plénière, selon les médias chinois.

Selon le commentateur, il faut prêter attention à la figure de Hu Chunhua, considéré comme un membre « tuanpai » nommé au Comité central samedi. Va-t-il intégrer le Comité permanent du Politburo ?

Hu Chunhua est actuellement membre du Politburo et un des vice-Premiers ministres chinois.

Les violations des droits de l’homme vont s’aggraver

Les groupes de défense des droits de l’homme ont commencé à lancer l’alerte avant la clôture du congrès. Avec un nouveau quinquennat de Xi Jinping, les libertés individuelles vont continuer à se détériorer.

Le. 21 octobre, Reporters sans frontières (RSF) a averti que les attaques de la Chine contre la liberté de la presse allaient se poursuivre.

« La prolongation du mandat de Xi Jinping, si elle est confirmée, est une nouvelle inquiétante pour la liberté de la presse, car elle permettra au dirigeant chinois de poursuivre la croisade qu’il a lancée il y a dix ans contre le journalisme », a déclaré Cédric Alviani, responsable du bureau Asie de l’Est de RSF, dans un communiqué.

Selon le RSF, Xi Jinping souhaite établir un « nouvel ordre médiatique mondial », dans lequel le journalisme sert à diffuser la propagande d’État, et 149 nations dans le monde ont déjà été « infectées par le modèle médiatique dystopique de la Chine » via l’Initiative Ceinture et Route.

En conséquence, M. Alviani appelle les démocraties à « employer tous les moyens nécessaires pour dissuader le dirigeant chinois de diffuser son modèle de société dystopique fondé sur la censure, la propagande et la surveillance ».

Dans une déclaration publiée le 12 octobre, Michael J. Abramowitz, président de Freedom House, a averti que la situation des droits de l’homme en Chine allait se détériorer.

« Cinq années supplémentaires sous la direction de Xi Jinping sont une mauvaise nouvelle pour la cause de la démocratie et de la liberté, et c’est une nouvelle terrible pour le peuple chinois », a déclaré M. Abramowitz. « Si le passé est un prologue, un troisième mandat de Xi Jinping se traduira par davantage de violations des droits de l’homme en Chine et une suppression plus agressive de la liberté d’expression dans le monde, alors même que ses politiques intérieures et étrangères se retournent contre lui et que l’indignation publique s’intensifie. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé