Il voyage dans des coins inconnus du monde, mais ce qu’il dévoile après son retour est difficile à imaginer

Ian Brennan est un producteur de musique qui s’est passionné pour la musique dès son plus jeune âge et sa carrière l’a amené à de nombreux endroits inattendus en tant que producteur de disques.

L’une de ses productions les plus fortuites fut peut-être le projet de la prison de Zomba au Malawi.

Ian Brennan n’est pas un producteur de musique typique de New York ou de Los Angeles. Il voyage dans le monde entier, enregistrant de la musique dans des pays et des langues qui ne sont pas bien connus internationalement.

« J’ai commencé à faire des disques quand j’étais adolescent, et je n’étais pas très doué pour ça. J’ai fait de mauvais disques, mais en faisant cela, j’ai appris à faire des disques », explique Ian Brennan à Epoch Times.

Ian Brennan s’est toujours intéressé aux voix indépendantes et non commerciales. Apprendre à faire des disques l’a rendu encore plus intéressé.

Ian Brennan et son épouse Marilena Delli s’étaient rendus au Malawi avant même qu’ils ne décident d’enregistrer de la musique dans une prison. La mère de Delli est rwandaise et son père a travaillé dans ce pays d’Afrique du Sud-Est pendant des décennies. Mme Delli avait fait du travail caritatif au Malawi avant même que Ian ne la rencontre.

« Au cours des 10 dernières années, ma femme et moi… sommes sortis très activement et délibérément, au mieux de nos capacités, à la recherche de projets et de musique dans des endroits sous-représentés », a dit Ian. Marilena Delli est responsable de l’ensemble de la vidéo et de la photographie pour les projets.

C’est un travail fascinant, mais il faut beaucoup de courage pour sortir et trouver de la musique dans des endroits que les gens n’associent généralement pas à la production musicale.

« Nous avons eu beaucoup de chance. Ce n’est pas un modèle très durable parce qu’il ne rapporte pas d’argent, mais c’est très gratifiant intrinsèquement », raconte Ian.

L’une des nombreuses idées que Ian et Marilena ont eues au fil des ans était un projet de prison. Pour Ian, il ne s’agit pas seulement d’enregistrer de la musique dans des régions sous-représentées, mais d’enregistrer de la musique par des gens qui ne sont pas représentés, qui sont peut-être même persécutés.

Ian croit que les prisonniers sont un groupe de personnes sous-représentées dans la plupart des sociétés. C’est cette conviction qui a conduit au Zomba Prison Project et à la production de l’album intitulé I Have No Everything Here (Je n’ai rien de précieux ici).

Ian Brennan trouve de la musique dans des endroits sous-représentés, comme la prison de Zomba au Malawi

(Avec l’aimable autorisation de Marilena Delli)

Le Malawi se trouve dans le Sud-Est de l’Afrique et n’est pas particulièrement connu pour son industrie musicale. Mais ce sont des endroits comme le Malawi qui attirent Ian.

« Il y a tellement de belles musiques dans le monde qui, souvent, ne bénéficient pas de l’exposition qu’elles méritent probablement », fait valoir Ian à Epoch Times.

La prison de Zomba est surpeuplée et les conditions de détention sont étonnamment mauvaises. La prison a été conçue à l’origine pour accueillir 340 détenus. Aujourd’hui, la prison de Zomba détient plus de 2 000 détenus.

Originellement construite pour accueillir 340 détenus, la prison de Zomba abrite aujourd’hui plus de 2 000 détenus

(Avec l’aimable autorisation de Marilena Delli)

Les prisonniers sont nourris une fois par jour mais peuvent passer jusqu’à 3 jours sans être nourris.

Cependant, l’atmosphère est moins menaçante que ce à quoi on pourrait s’attendre dans une prison à sécurité maximale.

« Les conditions sont assez horribles, mais l’ambiance de l’endroit est souvent très différente de ce que j’ai connu des prisons en Amérique, beaucoup moins menaçante ; vous savez, les gardiens ne portent même pas d’armes à feu », a expliqué Ian.

Il y a un groupe où les détenus et les gardiens jouent de la musique ensemble.

Ian a décidé qu’il voulait enregistrer un album, mais qui ne se concentrait pas seulement sur les membres du groupe prisonnier. Il devait encourager les autres prisonniers à chanter et à jouer de la musique.

Les prisonniers trouvent du réconfort en chantant et en jouant de la musique

(Avec l’aimable autorisation de Marilena Delli)

C’est cette mentalité d’encouragement qui fait de Women Today Take Care of Business (Les femmes d’aujourd’hui s’occupent des affaires), écrit et chanté par le prisonnier Stefano Nyerenda, l’un des morceaux préférés de Ian.

Pour Ian, la chanson de Nyerenda était particulièrement mémorable en raison de la réticence de Nyerenda à participer. Nyerenda était aussi le plus jeune des hommes à chanter ou à jouer de la musique pour l’album.

« Il n’était pas un auteur-compositeur, et il était extrêmement réticent, peu disposé à écrire une chanson. Il l’a fait à la dernière minute. »

« Je pense que les résultats sont probablement les paroles les plus raffinées », a déclaré Ian à Epoch Times.

L’album I Have No Everything Here Here (Il n’y a rien qui me soit précieux ici), a été nominé aux Grammy Awards pour le meilleur album de musique du monde en 2016.

Ian Brennan a dû encourager les prisonniers qui ne faisaient pas partie de la fanfare de la prison pour qu’ils participent au projet de la prison de Zomba

(Avec l’aimable autorisation de Marilena Delli)

Bien que les prisonniers ne comprenaient pas entièrement le concept des Grammy Awards, c’était quand même une réalisation excitante et bien méritée.

On pourrait penser que cela pourrait motiver Ian à enregistrer un autre album de Zomba Prison, mais il ne le voit pas de cette façon.

« Nous nous faisons un point d’honneur de ne pas faire quelque chose à moins qu’il n’y ait une raison justifiable de le faire », a ajouté Ian Brennan.

Cependant, lorsque Ian est retourné à la prison de Zomba avec l’émission 60 minutes de CBS News, il a encouragé l’officier Thomas Binamo à chanter une chanson pendant qu’ils étaient là.

L’officier Binamo a interprété une chanson intitulée I Will Never Never Stop Grieving for You, My Wife (Mon deuil ne sera jamais fait pour toi, ma femme). La piste parle de sa femme décédée.

Quand Ian a entendu cette chanson, il savait qu’il devait y avoir un deuxième disque. Le deuxième album s’intitule I Will Not Stop Singing (Je n’arrêterai pas de chanter). Mais Ian ne sait jamais ce que deviendra la musique qu’il produit.

« Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve. Je veux dire qu’il y a encore beaucoup de matériel, mais encore une fois, je ne veux pas être dans une position où nous le publions pour les mauvaises raisons pour ainsi dire. »

Version originale

 
 
 
 

La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies

La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies
Du Royaume-Uni à la Lettonie en passant par l'Allemagne, le nord de l'Europe connaît une vague de chaleur ...
LIRE LA SUITE
 

« À bas la boutique de Confucius ! » Entrée dans la modernité chinoise

« À bas la boutique de Confucius ! » Entrée dans la modernité chinoise
Gilles Guiheux, Université Paris Diderot – USPC Quand et comment la Chine est-elle entrée dans la modernité ? ...
LIRE LA SUITE
 

Facebook : Chanson gospel chrétienne censurée pour ‘contenu politique’

Facebook : Chanson gospel chrétienne censurée pour ‘contenu politique’
Outre la censure de plusieurs objets d’art dans le passé, le plus grand réseau mondial passe à l’interdiction ...
LIRE LA SUITE
 

Coupe du monde 2018 : plusieurs femmes dénoncent les agressions sexuelles dont elles ont été victimes le jour de la finale

Coupe du monde 2018 : plusieurs femmes dénoncent les agressions sexuelles dont elles ont été victimes le jour de la finale
Au lendemain de la victoire des Bleus lors de la coupe du monde, de nombreuses femmes ont dénoncé ...
LIRE LA SUITE