Comment le virus du PCC s’est propagé de Wuhan à d’autres pays et régions

25 avril 2020 Mis à jour: 25 avril 2020
FONT BFONT SText size

Malgré la tentative de Pékin de se soustraire à la responsabilité de la pandémie mondiale, les premiers cas d’infection dans plus de 20 pays et régions ont été propagés à partir de la ville de Wuhan, selon diverses sources médiatiques et gouvernementales.

Le virus du PCC (Parti communiste chinois), ou nouveau coronavirus, a plongé le monde dans une crise, mais les autorités chinoises tentent de nier que le virus soit originaire de Wuhan. En fait, les premiers patients confirmés dans 23 pays et régions du monde venaient de la ville, où ils s’étaient rendus avant le début de leur maladie.

Ces pays et régions sont : Thaïlande, Japon, Corée du Sud, États-Unis, Taïwan, Macao, Hong Kong, Singapour, Vietnam, France, Népal, Australie, Canada, Malaisie, Cambodge, Allemagne, Émirats arabes unis, Finlande, Inde, Philippines, Italie, Suède et Belgique.

D’après divers rapports des médias, tous ces cas ont été diagnostiqués avant ou dans les 14 jours suivant le verrouillage de Wuhan. La plupart étaient des résidents de Wuhan, tandis que les autres avaient voyagé dans la ville avant d’arriver dans un autre pays.

Thaïlande
Le 13 janvier, le ministère thaïlandais de la Santé publique a annoncé le premier cas d’infection confirmé dans le pays. La patiente était une femme de 61 ans, originaire de Wuhan, qui est arrivée à l’aéroport international de Bangkok en tant que touriste le 8 janvier, où on a constaté qu’elle avait une forte fièvre. Elle a ensuite été admise à l’hôpital le même jour.

Japon
Le premier cas confirmé au Japon a été découvert dans la préfecture de Kanagawa le 16 janvier. Le patient était un Chinois d’une trentaine d’années. Il a développé une fièvre à Wuhan le 3 janvier, est arrivé au Japon trois jours plus tard, puis a été hospitalisé le 10 janvier.

La Corée du Sud
Le 20 janvier, la Corée du Sud a signalé son premier cas confirmé. La patiente, une Chinoise de 35 ans originaire de Wuhan, a été mise en quarantaine à son arrivée à l’aéroport international d’Incheon le 19 janvier en raison d’une forte fièvre et d’autres symptômes. Elle avait développé une fièvre la veille de son voyage.

États-Unis
Le 21 janvier, les États-Unis ont annoncé que leur premier patient confirmé était un homme de 30 ans de l’État de Washington. Il était revenu de Wuhan à Seattle le 15 janvier. Il s’est présenté dans un établissement médical local le 19 janvier, et le virus a été diagnostiqué le lendemain.

Taiwan
Le 21 janvier, Taïwan a confirmé son premier cas : une femme d’affaires taïwanaise de 55 ans qui est revenue de Wuhan par avion le 20 janvier. Comme elle avait de la fièvre, une toux, un essoufflement et d’autres symptômes, le personnel de quarantaine de l’aéroport a pris des dispositions pour qu’elle reçoive un traitement médical.

Macao
Macao a signalé son premier cas le 21 janvier. Un touriste de Wuhan qui était allé à Macao pour jouer a développé des symptômes, et a été diagnostiqué plus tard du virus.

Hong Kong
Le 22 janvier, Hong Kong a confirmé son premier cas. Un passager chinois a été trouvé avec de la fièvre à la gare de West Kowloon après être entré à Hong Kong par le train à grande vitesse de Shenzhen le soir du 21 janvier. Il a été envoyé dans un hôpital local où le virus a été diagnostiqué. L’homme s’était déjà rendu à Wuhan.

Singapour
Le 23 janvier, un Chinois de 66 ans de Wuhan a été confirmé comme étant infecté par le virus, le premier cas confirmé à Singapour. L’homme était arrivé dans le pays avec sa famille le 20 janvier. Il a développé une fièvre, une toux et d’autres symptômes et s’est rendu à l’hôpital général de Singapour pour y être soigné le 22 janvier.

Vietnam
Le 23 janvier, le ministère vietnamien de la Santé a déclaré qu’un père chinois et son fils avaient été diagnostiqués avec le virus du PCC. Le père avait fait le voyage de Wuhan à Hanoï pour rendre visite à son fils qui vit dans la province de Long An. Ensemble, ils avaient visité Ho Chi Minh Ville et d’autres endroits au Vietnam. Ils ont tous deux développé une fièvre et ont été admis à l’hôpital Cho Ray le 22 janvier.

France
Le 24 janvier, le ministère français de la Santé a confirmé trois cas de virus. Le premier cas confirmé est celui d’un homme franco-chinois de 49 ans vivant à Bordeaux, qui s’était rendu à Wuhan et était rentré à Paris le 22 janvier. Il est allé voir un médecin le 23 janvier.

Le deuxième cas confirmé, qui vit à Paris, s’était également rendu à Wuhan avant de tomber malade. Et le troisième cas est un membre de la famille du deuxième patient.

Népal
Le 24 janvier, les autorités sanitaires népalaises ont annoncé qu’un étudiant népalais étudiant à Wuhan avait été diagnostiqué avec le virus après son retour au Népal. C’était le premier cas confirmé dans le pays.

Australie
Le 25 janvier, l’Australie a confirmé son premier patient, un Chinois d’une cinquantaine d’années. Il est arrivé à Melbourne en provenance de Wuhan via Guangzhou sur un vol de la China Southern Airlines.

Canada
Les responsables de la Santé publique de Toronto ont annoncé le premier cas du pays lors d’une conférence de presse le 25 janvier. Un homme d’une cinquantaine d’années avait développé de la fièvre et d’autres symptômes le 23 janvier, à son retour de Wuhan.

Malaisie
Le 25 janvier, le ministère de la Santé de Malaisie a annoncé les premiers cas confirmés dans le pays : un couple et leurs deux enfants, tous originaires de Wuhan.

Cambodge
Le 27 janvier, le ministère de la Santé du Cambodge a confirmé le premier cas du pays. Le patient était un Chinois qui était venu avec sa famille de Wuhan à la ville côtière de Sihanoukville. L’homme a quitté Wuhan le 23 janvier et a développé une fièvre le 25 janvier.

Allemagne
L’Allemagne a confirmé son premier cas de virus du PCC le 27 janvier, un employé du fabricant de pièces automobiles Webasto, à son siège de Stockdorf. L’homme avait participé à une réunion d’affaires avec une collègue chinoise de Shanghai le 21 janvier. La femme s’est sentie malade sur le vol de retour le 23 janvier. Bien qu’elle vive à Shanghai, ses parents de Wuhan lui avaient rendu visite avant son voyage d’affaires en Allemagne.

Émirats arabes unis
Le 29 janvier, le ministère de la Santé et de la Prévention des Émirats arabes unis a annoncé les premiers cas confirmés dans le pays : une famille chinoise de quatre personnes de Wuhan qui est arrivée en tant que touriste le 16 janvier.

Finlande
La Finlande a annoncé le 30 janvier que son premier cas confirmé était un touriste chinois. La femme de 32 ans a été traitée en isolement à l’hôpital central de Laponie pendant cinq jours après avoir quitté Wuhan.

Inde
Un étudiant indien étudiant à Wuhan a été confirmé comme étant le premier cas de virus du PCC en Inde, a déclaré le ministère de la Santé et du Bien-être familial du pays dans une déclaration publique le 30 janvier. L’étudiant avait étudié à l’université de Wuhan et est rentré chez lui au Kerala, dans le sud de l’Inde.

Philippines
Le 30 janvier, le ministère de la Santé des Philippines a annoncé le premier cas du pays : une femme de 38 ans de Wuhan. Elle est arrivée à Manille le 21 janvier via Hong Kong. Son compagnon, un homme de 44 ans de Wuhan, a également été infecté et est décédé le 2 février.

Italie
L’Italie a confirmé ses premiers cas du virus du PCC le 31 janvier – un couple de Chinois venus en touristes. Ils avaient quitté Wuhan la veille du confinement et sont arrivés à l’aéroport international de Milan le 23 janvier avec un groupe de touristes chinois. Quelques jours plus tard, le couple a développé une fièvre et une toux. Le 30 janvier, leur état s’est détérioré et ils ont été diagnostiqués avec le virus après avoir cherché à obtenir un traitement médical. Il a été révélé par la suite que la femme de 65 ans avait été doyenne de l’école de langue et de littérature chinoises à l’Université normale de Chine centrale de Wuhan, et que son mari de 66 ans avait été ingénieur principal en biochimie avant de prendre sa retraite.

Suède
Le 31 janvier, les autorités suédoises ont confirmé le premier cas de leur pays : une femme qui s’était rendue à Wuhan et avait développé une toux après son retour en Suède.

Belgique
Le 4 février, le ministère belge de la Santé a publié un avis public indiquant que seul un des neuf Belges évacués de Wuhan le 2 février s’était révélé positif au virus.

Autres cas : Sri Lanka et Russie
En plus des 23 pays et régions mentionnés ci-dessus, le Sri Lanka et la Russie ont également déclaré que les premières infections de leur pays avaient des liens avec la Chine.

Le 27 janvier, le premier patient diagnostiqué au Sri Lanka était une femme de 43 ans de la province de Hubei.

Le 31 janvier, la Russie a annoncé ses deux premiers cas confirmés, mais a seulement révélé que les patients étaient deux ressortissants chinois.

Premier rapport sur le virus du PCC
Selon un document interne cité par le South China Morning Post, un cas de virus du PCC a été signalé à Wuhan dès le 17 novembre 2019. Mais les autorités chinoises ont dissimulé la gravité de l’épidémie et ont déclaré que la situation était sous contrôle. Ce n’est que le 20 janvier que les autorités ont confirmé que le virus pouvait se propager par transmission interhumaine. Puis le 23 janvier, les autorités de Wuhan ont annoncé que la ville entière était sous contrôle.

L’exode de Wuhan avant le confinement
Le 28 janvier, le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, a admis que plus de 5 millions de personnes avaient déjà quitté la ville avant le confinement.

De nombreuses personnes avaient quitté Wuhan avant le 20 janvier pour prendre des vacances pendant les fêtes du Nouvel An chinois ou pour rendre visite à leur famille dans d’autres régions du pays, et beaucoup d’autres se sont précipitées pour quitter la ville avant le confinement. Les principales destinations à l’intérieur de la Chine étaient Pékin, Guangzhou et Chengdu. Les données de suivi ont montré que 124 000 personnes se sont rendues dans la province de Guangdong.

Les médias du continent ont également rapporté que des centaines de milliers de personnes avaient pris l’avion pour d’autres parties du monde depuis Wuhan avant que la ville ne soit mise en quarantaine. Sur les routes internationales, plus de 7 000 personnes de Wuhan se sont rendues directement à Hong Kong pendant cette période, 7 500 à Taïwan et plus de 20 000 à Bangkok, en Thaïlande. Epoch Times n’a pas pu vérifier les données de manière indépendante.

Saviez-vous que nous sommes indépendants ?

Epoch Times est indépendant de toute influence d’entreprises, de gouvernements ou de partis politiques. Notre seul objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations précises et d’être responsables envers le public.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé