Virus: le Brésil suspend ses essais de vaccin chinois  après un « incident grave »

10 novembre 2020 Mis à jour: 10 novembre 2020
FONT BFONT SText size

L’autorité sanitaire du Brésil a annoncé lundi avoir suspendu les essais cliniques d’un candidat vaccin chinois contre le coronavirus après « un incident grave » constaté chez un volontaire.

L’Agence de vigilance sanitaire (Anvisa) « a décidé d’interrompre l’essai clinique du vaccin CoronaVac après un incident grave » le 29 octobre, avance-t-elle dans un communiqué.

Elle n’a pas fourni de détails sur ce qui s’est passé, mais a indiqué que ce type d’incidents pouvaient inclure la mort, des effets secondaires potentiellement fatals, une invalidité grave, une hospitalisation et d’autres « événements cliniquement significatifs ».

Le vaccin Sinovac Biotech, suspendu

Ce coup d’arrêt pour le CoronaVac, du laboratoire chinois Sinovac Biotech, est survenu le jour même où le géant pharmaceutique américain Pfizer a annoncé que son vaccin contre le coronavirus avait atteint une efficacité de 90%.

Pour les Américains, qui ont précommandé 100 millions de doses, cela signifie que les premières vaccinations pourraient commencer avant la fin de l’année, à condition que l’innocuité soit confirmée, d’ici la semaine prochaine. Pfizer a alors prévu de déposer une demande d’autorisation à l’Agence américaine des médicaments (FDA), qui devra trancher si le vaccin est sûr et efficace.

-Les vaccins Novavax et Pfizer / BioNTech devraient être disponibles en Australie du début à la mi-2021, sous réserve du succès des essais et des approbations nécessaires. Photo by Pool/Getty Images.

Les candidats vaccins de Pfizer et Sinovac sont en phase 3 des essais, le dernier stade avant qu’ils n’obtiennent le feu vert ou non des autorités réglementaires.

Les deux sont à l’essai au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 162.000 morts.

Bataille politique autour des vaccins

Le CoronaVac a été l’objet d’une bataille politique au Brésil entre l’un de ses plus grands partisans, le gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria, et son principal adversaire politique, le président Jair Bolsonaro.

Le chef d’Etat d’extrême droite a parlé du vaccin de Sinovac en disant qu’il venait de « cet autre pays », et a plutôt promu celui développé par l’Université d’Oxford avec la société pharmaceutique britannique AstraZeneca.

-L’Argentine fabriquera tandis que le Mexique emballera et distribuera en Amérique latine, le vaccin contre le COVID-19 développé par l’Université d’Oxford et le laboratoire AstraZeneca. Photo par JUAN MABROMATA / AFP via Getty Images.

Le mois dernier, Bolsonaro a annulé un accord d’achat de 46 millions de doses du vaccin chinois qui avait été annoncé par son propre ministre de la Santé.

Lundi, Joao Doria avait annoncé que les 120.000 premières doses de CoronaVac allaient arriver à Sao Paulo le 20 novembre. L’Etat de Sao Paulo a un accord avec Sinovac pour acquérir 46 millions de doses (6 millions produites en Chine, les autres au Brésil).

Soutenez les médias indépendants et impartiaux, car il est désormais si difficile d’obtenir la vérité. C’est maintenant plus important que jamais. Partagez cet article pour aider davantage de personnes à connaître les faits. Merci.

NOUVEL HORIZON – Une campagne de test Covid intensive s’est déroulée à Liverpool

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé