Villeurbanne: psychotique, l’assaillant « a indiqué être musulman et avoir entendu des voix lui donner l’ordre de tuer » (Procureur)

1 septembre 2019 Mis à jour: 1 septembre 2019
FONT BFONT SText size

L’assaillant de Villeurbanne, âgé d’une trentaine d’années, a reconnu « partiellement les faits » tout en tenant des propos « incohérents et confus » disant notamment « avoir entendu des voix insulter Dieu et lui donnant l’ordre de tuer », indique dimanche le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet.

Bénéficiant d’une carte de séjour temporaire en France, l’homme a tué un jeune de 19 ans dans la journée de samedi et bléssé huit autres personnes, a précisé Nicolas Jacquet lors d’une déclaration à la presse. Selon lui, l’homme a expliqué « avoir reconnu dans sa première victime un individu avec lequel il était en contentieux » depuis un séjour en Angleterre. Il a reconnu aussi avoir consommé « de fortes quantités » de résine de cannabis.

L’expert psychiatrique qui l’a examiné durant sa garde à vue a évoqué « un état psychotique envahissant avec délires paranoïaques à thématiques multiples dont celle du mysticisme et de la religion. » « Il a pu au moment de l’agression tenir des propos religieux, mais de nombreux témoins évoquaient surtout un comportement incohérent et délirant » a continué le procureur Jacquet.

Au cours de sa première audition, l’interpellé a dit ne pas avoir  de souvenir précis du déroulement des faits. Il a toutefois pu expliquer « être musulman, avoir entendu dans l’après-midi des voix insulter Dieu et lui donner l’ordre de tuer » précise le procureur.

Aucun élément ne laisse apparaître une éventuelle radicalisation après une perquisition menée dans un centre d’hébergement pour réfugiés où il vivait, à Vaulx-en-Velin. L’homme, de nationalité afghane, est connu sous deux identités différentes et trois dates de naissance déclarées (33, 31 ou 27 ans). Localisé successivement en Italie, en Allemagne et en Norvège, il est titulaire d’une carte de séjour temporaire en France, expirant en janvier 2020.

Nicolas Jacquet a précisé que plusieurs témoins dont des chauffeurs des transports en commun avaient pu raisonner l’homme et le persuader de lâcher ses armes. Il sera interpellé quinze minutes après le début de l’assaut par une patrouille de police, après avoir été pris à partie par la foule et s’être prostré.

Plusieurs armes ont été retrouvées, a enfin ajouté le procureur de la République: deux couteaux, avec des lames de respectivement 9 et 20 centimètres, et une broche de barbecue.

Le procureur de la République a tenu à saluer « l’action des témoins qui a permis l’interpellation » de l’agresseur.

Le parquet national antiterroriste n’a pas été saisi dans cette affaire même s’il suit la situation de près a expliqué le représentant du parquet de Lyon. L’analyse de son téléphone se poursuit encore actuellement.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé