Une ville chinoise a aidé Pékin à éviter les soupçons en demandant à son partenaire australien de lui fournir des ÉPI pour lutter contre la covid-19, selon un conseiller

26 avril 2020 Mis à jour: 26 avril 2020
FONT BFONT SText size

Un conseiller municipal régional australien a accusé un gouvernement local de Chine d’aider Pékin à éviter les soupçons à l’international à l’égard de l’épidémie de covid-19 après qu’en janvier, des fonctionnaires locaux chinois ont demandé à sa ville australienne de les aider à acheter des équipements de protection individuelle (EPI) à envoyer en Chine.

Lorsqu’il a demandé du soutien à l’achat de masques faciaux et autres articles connexes en Australie, le « Parti communiste chinois (PCC) a contourné les canaux de communication officiels afin d’obtenir l’aide d’un gouvernement local en toute discrétion », a déclaré le conseiller Paul Funnell, lors d’une réunion extraordinaire du conseil municipal de Wagga Wagga (pdf) en Australie le 22 avril.

« C’est parce que le PCC n’a pas voulu alerter notre gouvernement fédéral sur la gravité du [virus du PCC, communément appelé le nouveau coronavirus] », a déclaré M. Funnell. « Ils ne nous ont jamais prévenu de la menace réelle du covid-19. »

La rencontre a été convoquée après que des conseillers ont repoussé une motion de M. Funnell visant à couper les liens de Wagga Wagga avec sa ville sœur, Kunming en Chine.

La motion – qui avait été adoptée le 14 avril, alors que le maire était absent du vote pour cause de maladie – a été annulée 6 contre 1 lors de la réunion du 22 avril, après que deux conseillers eurent changé d’avis et que deux conseillers se soient abstenus de voter, invoquant un conflit d’intérêts.

Le jumelage de Wagga Wagga avec la ville de Kunming, dans la province chinoise du Yunnan, qui compte 7,2 millions d’habitants, a officiellement débuté en 1988. Ce jumelage vise à promouvoir les échanges interculturels, éducatifs et commerciaux entre les deux villes.

Cependant, M. Clive Hamilton, professeur d’éthique à l’université Charles Sturt, soupçonne le PCC d’avoir utilisé ce jumelage pour exporter ses « objectifs politiques et stratégiques ».

Le 22 avril, le maire de Wagga Wagga, Greg Conkey, a déclaré à Epoch Times qu’il soutenait la relation de jumelage avec Kunming car pour lui, il s’agit d’une relation de « peuple à peuple » qui n’a « rien à voir avec la politique » ou le « gouvernement central » de la Chine.

« Les habitants de Kunming ne peuvent être tenus responsables des actions de leur gouvernement central, tout comme les habitants de Wagga ne peuvent être tenus responsables des politiques du gouvernement fédéral, ou des actions de notre gouvernement fédéral », a déclaré M. Conkey.

Dans la Chine communiste, tous les niveaux de gouvernement sont supervisés par le PCC.

La conseillère australienne Vanessa Keenan a déclaré lors de la rencontre que l’appel à l’aide de la ville de Kunming était en fait « une demande d’assistance à l’achat ». Elle a déclaré que, selon elle, M. Funnell avait mal interprété la demande en la qualifiant de « gouvernement qui essaie furtivement de se procurer notre équipement de protection individuelle », ce qui a contribué au succès de la motion qu’elle a votée pour annuler [la précédente].

Une autre ville chinoise, Shenyang, aurait réussi, « au tout début de l’épidémie », à obtenir des dons d’ÉPI de l’une de ses villes sœurs internationales, selon le Belfast Telegraph. Les dons provenaient d’une association chinoise locale de bienfaisance de la capitale de l’Irlande du Nord.

Aucune mention de la correspondance avec la ville de Kunming dans le procès-verbal du comité

La demande d’achat à Wagga Wagga a été faite par les responsables de Kunming le 29 janvier en réponse à l’apparition du virus du PCC.

Dans un courriel du 23 avril, M. Conkey a déclaré à Epoch Times que la municipalité de Kunming avait envoyé des lettres à toutes ses villes jumelles, y compris Wagga Wagga, demandant de l’assistance pour l’achat d’ÉPI.

Le 18 avril, M. Funnell a déclaré à Epoch Times qu’il devait demander au comité communautaire de la ville jumelée du conseil de divulguer « toute correspondance » avec les fonctionnaires de Kunming, car aucun document concernant la demande d’ÉPI n’a été déposé dans le procès-verbal du comité.

Au total, M. Funnell a obtenu trois documents datés du 29 janvier, du 8 février et du 9 mars. Il a reçu les deux premiers documents le 10 avril et le dernier le 16 avril.

Dans la lettre datée du 29 janvier, le bureau des Affaires étrangères de la municipalité de Kunming a déclaré : « Nous espérons obtenir l’aide de votre ville pour l’achat de masques médicaux (N95) et de vêtements de protection médicale ou pour nous permettre de les acheter, afin que nous puissions rapidement les utiliser pour traiter et prévenir la pneumonie. »

Le 8 février, le maire de la municipalité de Kunming a envoyé une autre lettre au conseil municipal de Wagga Wagga pour dire qu’il avait « reçu une réponse positive » de son homologue. Le maire de Kunming a ensuite invité une délégation à visiter sa ville après « que la Chine aura combattu l’épidémie » et leur présenter « une Kunming saine, prospère et dynamique ».

Le document du 9 mars montre ensuite que M. Conkey a répondu en disant qu’après que « la demande de PPE a été transmise aux niveaux appropriés du gouvernement », la ville de Wagga Wagga était « incapable d’aider » à la demande en raison de la pénurie d’ÉPI en Australie.

Mais M. Funnell a déclaré qu’une lettre du 8 février lui fait soupçonner que les représentants de Wagga Wagga ont répondu avant le 9 mars.

« Quelqu’un n’est pas ouvert et transparent », a-t-il dit. « Nous avions une demande directe, et nous n’avons rien dit. »

Courriel d’accusé de réception

Lorsque Epoch Times a demandé à M. Conkey de préciser s’il y avait eu des correspondances avec la ville de Kunming avant le 8 mars, ce dernier a déclaré qu’un courriel d’accusé de réception avait été envoyé à Kunming le 30 janvier en réponse à la première lettre.

M. Conkey a partagé le contenu du courriel, bien que l’original n’ait pas été vu par Epoch Times :

« Merci pour votre lettre de demande d’assistance auprès du Conseil municipal de Wagga Wagga. Nous nous renseignerons immédiatement en votre nom sur la manière dont nous pouvons vous aider en Australie afin que vous puissiez acheter les fournitures suggérées. Dès que j’aurai de plus amples informations, je vous enverrai un courriel avec les détails pertinents. »

M. Conkey a réfuté l’accusation de M. Funnell, affirmant s’offusquer de toute insinuation « de correspondance gardée secrète ».

« La correspondance a été immédiatement fournie sur demande, et elle a également été discutée verbalement avec les membres du comité communautaire de la ville jumelée du conseil en février », a-t-il déclaré à Epoch Times.

M. Funnell a déclaré à Epoch Times qu’il n’y avait rien de mal à ce que Kunming demande de l’aide pour l’achat d’ÉPI. Cependant, il a déclaré que la Municipalité de Kunming aurait dû s’adresser à Canberra et non à Wagga Wagga.

« Cela montre qu’ils ne sont pas vraiment en phase avec ce que nous faisons. À ce moment, nous étions au milieu des feux de brousse. Il n’y avait pas de : ‘Bonjour, comment allez-vous ? Arrivez-vous à gérer la situation ?’ », a relevé M. Funnell.

Il a ajouté sur Facebook qu’à ses yeux, le gouvernement populaire municipal de Kunming n’était pas « le bon peuple de Kunming ».

Selon des documents internes obtenus par Epoch Times, pendant des mois, les responsables chinois ont dissimulé la véritable nature du virus du PCC, jusqu’à ce qu’il se propage dans le monde entier, devenant ainsi une pandémie.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est le premier et le seul média qui expose la vraie nature, l’impact et le but ultime du communisme. Nous expliquons les dommages qu’il a causés sur nos fondements moraux et sur les traditions orientales et occidentales. Nous analysons également les conséquences du socialisme et son impact sur la stabilité économique et politique des pays.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé