Je veux vivre en direct

Comment faire taire cette petite voix dans la tête
21 décembre 2017 Mis à jour: 22 décembre 2017
FONT BFONT SText size

Avez-vous déjà remarqué cette petite voix dans la tête qui n’arrête pas de parler ?
Elle relate tout ce que l’on fait, elle accapare notre esprit. Notre corps agit, mais nous ne sommes pas dans notre corps, nous restons avec cette petite voix qui décrit tout ce que nous faisons et qui parfois explique aussi pourquoi nous le faisons. Pire, elle nous entraîne vers des endroits éloignés, vers des temps différents et des situations qui n’ont rien à voir avec ce que nous vivons.

Elle nous fatigue, nous emprisonne dans notre tête, elle nous empêche de vivre pleinement notre vie. Mais par-dessus tout, elle nous donne l’impression de vivre une autre vie que celle que nous vivons. Avec ses filtres, elle déforme la réalité des choses. Prenons comme exemple la douleur : elle va dire « aie, ça fait très mal ça, tu ne vas pas pouvoir faire ceci ou cela, tu ne peux pas le supporter… »

(Pixabay)

Essayons une fois, de ressentir cette douleur sans cette petite voix. Cette fois, on focalise notre attention sur le point douloureux avec toute la concentration que l’on a. On n’a aucun préjugé sur cette douleur, on se concentre juste sur elle, sans penser qu’elle puisse nous faire mal ou quoi que ce soit d’autre. On la ressent, sans se demander si elle brûle, si elle pique ni quelle est son intensité ou pourquoi elle est là. On l’observe, c’est tout. Eh bien, j’ai pu remarquer qu’au bout d’un moment, elle diminue d’intensité. Faites l’expérience, venez nous dire ce que vous en pensez.

En se concentrant sur ce que l’on fait, un calme profond et un bien-être s’installe.

(Pixabay)

En se concentrant sur ce que l’on fait, sans parole qui pollue notre esprit, avec le ressenti de notre corps, de nos yeux, de nos oreilles, de notre odorat et de notre gout, un calme profond et un bien-être s’installe. On retrouve une paix intérieure, on éprouve de l’amour pour ce corps qui nous permet de vivre ces expériences qui nous paraissent si banales, mais qui sont incroyables, si nous les vivons pleinement. Petit à petit, la petite voix disparaît et toutes les pensées inutiles s’envolent.

En allant un peu plus loin, essayons de faire pareil dans notre environnement.

(Pixabay)

Utilisons nos sens pour ressentir notre environnement. Il fait froid ou chaud, comment est la lumière, qu’est-ce qui nous entoure. Que ressent notre corps, juste notre corps, on ne veut pas entendre cette voix, juste ressentir ce qui nous entoure.

Écrire ses préoccupations dans notre journal

(Pixabay)

Faire cette expérience est un peu déroutant. La tête se vide, comme la vie n’aime pas le vide, c’est important de garder la concentration sur ce que l’on vit. Pour avoir l’esprit libre, on peut écrire son planning de la journée sur un papier, si on pense à quelque chose que l’on doit faire, on l’inscrit pour se libérer de cette pensée.

Apprendre à ressentir et à exprimer nos émotions


C’est beaucoup plus complexe de vivre en direct quand les émotions et les sentiments surviennent lors des interactions avec nos proches ou au travail. Sur le moment, au début en tout cas, on plonge dans nos vieilles habitudes de jugement, de préjugés, d’attente, de reproches… C’est un long travail que de prendre du recul et de regarder à l’intérieur; de reconnaître nos sentiments, nos émotions, ce que stimulent en nous, ces paroles, ces gestes, de se permettre de les ressentir pleinement et finalement de les verbaliser sans jugement.

C’est aussi prendre pour soi ce qui nous appartient, c’est-à-dire notre ressenti, nos paroles, nos actions et surtout de ne pas prêter à l’autre, des intentions. Choisir de revenir sur un point pour l’éclaircir, sans faire de reproche, juste en relatant les faits et en disant ce que l’on ressent, ce qu’on aimerait voir, avoir ou entendre, sans l’exiger. Communiquer dans le respect de soi et des autres, prendre sa vie en main, ne pas attendre que les autres le fassent à notre place, nous permet de garder l’esprit libre et de vivre pleinement sa vie en direct.

 

 

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé