Vers l’amour de la vérité divine à l’ère de la désinformation : « La Calomnie d’Apelle »

12 mai 2022 Mis à jour: 17 mai 2022
FONT BFONT SText size

L’ère de l’information a engendré une quantité massive de fausses informations. Il y a tellement d’informations disponibles qu’il est difficile de savoir ce qui est vrai et ce qui est faux et, pour cette raison, certains d’entre nous peuvent être victimes de ce que nous appelons les « fake news ».

Les médias ne sont pas les seuls à diffuser des informations erronées. Un collègue de travail, un ami ou même un membre de la famille le fait aussi. Plus précisément, quelqu’un peut répandre des mensonges à notre sujet. Comment devons-nous gérer ces circonstances ? Le tableau La Calomnie d’Apelle du peintre italien de la Renaissance Sandro Botticelli peut nous éclairer.

Apelle selon Lucian

Avant de pouvoir interpréter le tableau de Botticelli, il est nécessaire de connaître un peu ce qui l’a inspiré.

Botticelli s’est inspiré de l’histoire du peintre grec antique Apelle. Apelle était considéré comme l’un des plus grands peintres de son temps. Il était si grand, en fait, que certains de ses contemporains en sont devenus jaloux. L’un de ces artistes, Antiphilos, a cherché à ruiner Apelle en disant au roi Ptolémée Ier qu’Apelle était impliqué dans une conspiration contre lui.

En conséquence, Apelle a été jeté en prison et a failli être exécuté. Certains récits suggèrent qu’Apelle a peint La Calomnie pour défendre son innocence, mais on ne sait pas comment il aurait pu le faire dans la prison. D’autres suggèrent qu’Apelle a été libéré lorsque les véritables conspirateurs ont témoigné en faveur de son innocence. Quoi qu’il en soit, Apelle a peint La Calomnie à cause de la propagation de fausses informations.

L’une des rares descriptions connues de La Calomnie d’Apelle a été offerte par l’écrivain grec Lucian. Environ 1500 ans plus tard, Botticelli tombera sur la description du tableau d’Apelle par Lucian et tentera de le recréer lui-même à partir de cette seule description.

La Calomnie d’Apelle de Botticelli

Détail de La Calomnie d’Apelle, vers 1496, par Sandro Botticelli. Tempera sur panneau ; 62 cm par 91 cm. Galerie des Offices, Florence, Italie. (Domaine public)

Dans La Calomnie d’Apelle, Botticelli réinterprète la description faite par Lucian de la peinture d’Apelle. Un groupe de dix personnages est peint dans un décor de frises dorées classiques représentant des histoires du christianisme et de la mythologie grecque sur des colonnes qui s’ouvrent sur un paysage marin calme.

Cependant, au lieu de peindre le roi Ptolémée comme arbitre du sort d’Apelle, Botticelli a peint le roi Midas. Dans la mythologie grecque, Apollon a transformé les oreilles du roi Midas en oreilles d’âne lorsque le roi Midas a suggéré que Pan était un meilleur musicien qu’Apollon. Ici, à l’extrême droite de la composition, Botticelli a peint le roi Midas avec des oreilles d’âne.

Deux femmes tiennent les oreilles de Midas et lui chuchotent les mensonges au sujet d’Apelle.

Détail de La Calomnie d’Apelle, vers 1496, par Sandro Botticelli. Tempera sur panneau ; 62 cm par 91 cm. Galerie des Offices, Florence, Italie. (Domaine public)

Le roi Midas tend la main vers Rancoeur, qui est représenté comme un personnage masculin vêtu de noir. Les sourcils froncés, Rancœur tend les doigts vers les yeux du roi Midas, comme pour l’aveugler.

Rancœur mène Calomnie, une femme vêtue de blanc et de bleu, par le bras. Elle tient une torche dans une main et tire par les cheveux un Apelle presque nu. Deux femmes représentant la Fraude et la Perfidie ornent les cheveux de Calomnie de tresses et de fleurs.

Détail de La Calomnie d’Apelle, vers 1496, par Sandro Botticelli. Tempera sur panneau ; 62 cm par 91 cm. Galerie des Offices, Florence, Italie. (Domaine public)

Derrière ces personnages se trouve un personnage féminin plus âgée vêtue de noir, appelée Remords. Elle regarde en arrière vers la Vérité, qui pointe du doigt et regarde vers le ciel alors qu’elle se couvre modestement.

Les étapes de la désinformation

Afin de comprendre cette peinture et de savoir comment traiter la désinformation, il est d’abord nécessaire de mieux comprendre ce que ces personnages représentent.

Le fait que le roi Midas a été substitué au roi Ptolémée Ier altère considérablement l’histoire. Il ne s’agit plus seulement d’un crime à l’encontre d’un artiste, Apelle, mais implique Ptolémée dans un péché à l’encontre du divin. L’incapacité du roi Midas à juger correctement le concours musical entre Apollon et Pan suggère qu’il ne voulait ou ne pouvait pas reconnaître la vérité et l’excellence divines. Sa présence dans ce tableau peut même symboliser la résistance aux vérités divines.

Les deux femmes, Ignorance et Suspicion, chuchotent aux oreilles d’âne du roi Midas – symboles du châtiment divin infligé à Midas pour son incapacité à discerner correctement le divin. Le fait qu’elles tiennent les oreilles de l’âne pour y chuchoter rappelle l’ignorance et la suspicion que le roi Midas utilise pour juger la vérité divine. L’ignorance et la suspicion de Midas l’amènent à mal juger, aussi bien dans le concours entre Apollon et Pan qu’ici où la vie d’Apelle est en jeu.

L’ignorance et la suspicion des vérités divines sont le début de la désinformation de Midas. L’ignorance et la suspicion l’amènent également à se pencher en avant et à désigner le personnage de Rancœur. Selon le dictionnaire anglais d’Oxford, « rancor » suggère un sentiment de rancune et d’animosité de longue date.

Le fait que Rancœur représente un sentiment de rancune de longue date plutôt qu’une erreur de jugement momentanée suggère plusieurs choses. Tout d’abord, il suggère le pouvoir de notre ignorance et de notre méfiance dans l’apparition et le maintien du ressentiment et de l’animosité au fil du temps.

Deuxièmement, cela suggère que cette peinture traite d’une attitude envers le divin qui va au-delà du moment de l’emprisonnement d’Apelle. Cela suggère que cette peinture traite d’un ressentiment et d’une animosité de longue date envers les vérités divines.

Enfin, le langage corporel de Rancœur, le fait que sa main s’avance vers Midas comme pour attaquer ses yeux ou obscurcir sa vision, suggère également qu’un ressentiment et une animosité de longue date peuvent finir par rendre aveugle de haine envers la vérité.

Rancœur mène Calomnie par le bras, ce qui suggère que le ressentiment et l’animosité sont des précurseurs de la calomnie. La calomnie est la représentation malveillante et fausse de quelque chose dans le but de nuire à sa représentation. Perfidie et Fraude embellissent Calomnie, ce qui suggère que la calomnie doit être embellie si l’on veut croire ses mensonges.

Calomnie tient une torche dans sa main. Une torche représente généralement l’illumination et la connaissance ; elle représente la contrepartie de l’ignorance. Ici, cependant, la prétendue illumination de Calomnie n’est pas la contrepartie de l’ignorance, mais soutient l’ignorance. Sa flamme suggère que ses mensonges sont pris pour des vérités éclairantes.

Jusqu’à présent, il semble que Botticelli nous a peint les étapes qui se produisent lorsque la désinformation se répand. Premièrement, nous sommes ignorants et méfiants à l’égard de la vérité, et non pas de n’importe quelle vérité, mais des vérités divines. Ensuite, notre ignorance et notre méfiance à l’égard de la vérité nous amènent à développer un ressentiment et une animosité de longue date envers la vérité divine, ce qui nous empêche encore plus de voir la vérité. Enfin, la vérité divine étant ainsi occultée, nous acceptons facilement les fausses informations comme si elles étaient la vérité.

Vers l’amour de la vérité

Qu’est-ce donc que la vérité selon le tableau de Botticelli ? Botticelli a peint deux représentations de la vérité : Apelle est la première, et la seconde est la Vérité elle-même. Apelle, comme la Vérité, est presque entièrement nu. Tous les autres personnages du tableau sont entièrement vêtus, mais Apelle et Vérité sont exposés, ce qui nous indique qu’ils se présentent de manière authentique et intègre.

De même, Apelle place ses mains en signe de prière. Malgré l’assaut de mensonges qui l’entoure, il ne supplie aucun des autres personnages. Il ne se tourne pas vers Calomnie pour éteindre sa flamme, ni ne se prosterne aux pieds de Midas pour implorer sa vie. Au lieu de cela, il prie, ce qui suggère qu’il reconnaît une vérité authentique au-delà de son environnement immédiat. Cela suggère également que la vérité ne peut pas être trouvée dans ce brouhaha qui résiste au divin, mais qu’elle doit être trouvée dans le divin lui-même.

Calomnie tire Apelle par les cheveux avec son autre main. Elle tire Apelle derrière Rancoeur vers Midas pour qu’il soit jugé. Bien sûr, tout jugement porté sur Apelle par Midas ne serait pas basé sur la vérité, car Midas est entouré de tant de représentations de fausseté et de désinformation, et est lui-même la représentation de quelqu’un qui est trompé et manipulé.

À l’extrême gauche de la composition, Vérité regarde et pointe vers le ciel. Comme elle est une représentation de la Vérité, il semble que Botticelli l’ait fait pointer directement vers l’endroit où, selon lui, la Vérité réside, c’est-à-dire avec Dieu au ciel. Malgré tout ce qui se passe avec Apelle en bas, la représentation de Vérité lui rappelle que la Vérité réelle existe auprès du divin – au-delà de cet assaut de désinformation.

Remords regarde Vérité alors qu’elle se dirige lentement vers le roi Midas. Nous pouvons présumer que Remords ira vers le roi à un moment donné, lorsque tous les autres personnages se seront dispersés. En se concentrant sur Vérité, Remords exposera les mensonges et la désinformation, et déconcertera Midas avec le remords d’avoir été victime de la calomnie. Au final, nous supposons que la vérité prévaudra.

Au milieu de tant de désinformation, comment pouvons-nous nous tourner vers Dieu pour discerner ce qui est vrai et ce qui est faux ? Comment pouvons-nous nous aligner sur la vérité malgré les fausses informations que nous pouvons avoir à endurer ? Comment pouvons-nous apprendre à vivre avec un amour de la vérité divine ?

Les arts traditionnels contiennent souvent des représentations et des symboles spirituels dont la signification peut être perdue pour nos esprits modernes. Dans notre série « Atteindre l’intérieur : ce que l’art traditionnel offre comme réflexion sur nous-mêmes », nous interprétons les arts visuels d’une manière qui peut être moralement perspicace pour nous aujourd’hui. Nous ne prétendons pas fournir des réponses absolues aux questions auxquelles les générations ont été confrontées, mais nous espérons que nos questions inspireront un voyage de réflexion dans le but de devenir des êtres humains plus authentiques, plus compatissants et plus courageux.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé