Vercors : un couple de gypaètes barbus réussit à pondre, une première depuis près de 100 ans dans la nature

3 mars 2022 Mis à jour: 4 mars 2022
FONT BFONT SText size

Un événement exceptionnel est survenu dans le Parc naturel régional du Vercors. Pour la première fois depuis une centaine d’années, un couple de gypaètes barbus a réussi à pondre. Les deux oiseaux protègent maintenant leur future progéniture en se relayant dans le nid.

Les gypaètes barbus ne se reproduisent plus qu’en captivité depuis près de 100 ans, mais un couple vient de réussir à pondre un œuf à l’état sauvage dans le Vercors. « C’est un évènement dans le Vercors, mais c’est aussi un évènement pour Auvergne‑Rhône‑Alpes et la France », se réjouit Bruno Cuerva, garde de la réserve des Hauts Plateaux du Vercors, lors d’une interview pour France Bleu.

Le gypaète barbu est une espèce classée « en danger » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il s’agit d’une des quatre espèces de vautours en Europe.

Le fruit d’une réintroduction de l’espèce depuis 2010

Ce nid construit patiemment par ce couple, ainsi que son contenu, sont le résultat d’une opération de réintroduction de l’espèce de longue haleine qui a commencé en 2010. Des gypaètes barbus nés en captivité, principalement dans des centres de soins ou dans des zoos, ont été acclimatés en extérieur puis mis en liberté dans le Vercors.

« Ce sont ces oiseaux qui ont été lâchés dans cette période‑là qui viennent de pondre », précise Bruno Cuerva. « C’est très long », ajoute‑t‑il. En effet, il faut généralement au moins 7 ou 8 ans pour que l’espèce se reproduise.

Des observations formelles

Le couple d’oiseau a d’abord été observé en train de construire le nid. Depuis début février le comportement de ces gypaètes, typique d’une ponte réussie, ne laisse planer aucun doute. La période d’incubation chez cette espèce est de 53 à 58 jours.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé