Le Vatican du pape François « fait un pacte avec le diable », dit un dissident chinois

Un avocat des droits de l’homme affirme que le Parti communiste chinois insiste pour tout contrôler, y compris Dieu.

Alors que le Vatican se prépare à céder aux exigences du régime chinois en échange de la reprise des relations diplomatiques avec la Chine, un dissident chinois de renommée mondiale est sorti pour condamner le mouvement du Vatican comme une trahison morale des catholiques fidèles dans le monde entier dans un article intitulé Le Vatican fait un pacte avec le diable.

Il a été rapporté récemment que le Vatican sous le pape François et la République populaire de Chine sont proches d’un accord historique concernant la reprise des relations diplomatiques, le Vatican ayant acquiescé aux exigences du régime chinois concernant la nomination des évêques en Chine. Un accord pourrait être signé en l’espace de quelques mois, selon une source du Vatican.

Cet accord est considéré comme un impressionnant retournement de la position du Vatican depuis des décennies sur la question des évêques en Chine. Cela a généré une critique généralisée du leadership du pape François. Les critiques soulignent que l’abandon du droit de nommer des évêques priverait formellement le Vatican de tout leadership moral restant sur les catholiques chinois. Il serait également, selon les critiques, une trahison flagrante des catholiques de l’Église clandestine de la Chine, qui sont encore lourdement persécutés par le régime chinois.

Parmi les critiques de l’accord, Chen Guangcheng s’est fait entendre. Célèbre avocat chinois des droits de l’homme qui a attiré l’attention internationale en 2012 pour s’être échappé de sa résidence surveillée pour se rendre à l’ambassade américaine à Pékin, Chen a depuis résidé aux États-Unis et a continué son plaidoyer en faveur des droits civiques et sa critique virulente du régime chinois.

L’avocat et défenseur des droits de l’homme chinois Chen Guangcheng est photographié en visite au Yuan législatif à Taipei, Taiwan, le 25 juin 2013. (Ashley Pon / Getty Images)

« L’accord du Vatican équivaut à vendre la maison de Dieu au diable », a déclaré Chen dans un éditorial publié sur Radio Free Asia le 20 février.

Chen, qui est maintenant un membre chevronné de l’institut conservateur de recherches Witherspoon Institute et un distingué visiteur à l’Institut pour la recherche politique et les études catholiques à l’Université catholique d’Amérique, a déclaré que le Vatican sous le pape François est naïf de vendre au régime chinois un accord dont seul le Parti communiste chinois bénéficierait.

« Le Vatican n’a-t-il pas compris qu’en Chine, tout est soumis à la volonté du Parti communiste chinois ? », a demandé Chen. « Pourquoi le Vatican a-t-il rompu les relations avec la Chine en 1951 ? C’est précisément parce que le Parti communiste a insisté sur le fait qu’il doit tout contrôler, y compris Dieu. »

Le Vatican et la République populaire de Chine n’ont pas eu de relations diplomatiques depuis 1951, car le Parti communiste chinois a insisté dès le début de son règne pour désigner lui-même tous les évêques de l’Église catholique romaine en Chine continentale afin que le régime puisse maintenir le contrôle de l’Église. Une association patriotique catholique chinoise (CPCA) contrôlée par le régime a été créée pour représenter les catholiques en Chine.

Le Vatican sous tous les papes précédents a rejeté un tel arrangement et a refusé de reconnaître les évêques unilatéralement « nommés » par la CPCA. Le pouvoir de nommer des évêques, connu sous le nom « d’investiture », a été considéré comme étant au cœur des enseignements de l’Église catholique.

Chen a également parlé de la controverse qui a récemment éclaté sur les propos d’un haut responsable du Vatican qui a fait l’éloge du régime chinois. Dans une interview, l’archevêque Marcelo Sánchez Sorondo, qui dirige l’Académie pontificale des sciences sociales au Vatican, a déclaré que le régime chinois d’aujourd’hui était peut-être le meilleur pour mettre en œuvre les enseignements de l’Église sur les questions sociales.

« Est-ce qu’ils prétendent être naïfs, ou sont-ils vraiment naïfs ? », Chen a-t-il demandé, et : « Essaient-ils vraiment de faire en sorte que l’Église catholique, qui compte un milliard de fidèles, négocie avec le Parti communiste chinois anti-chrétien ? »

Chen a également souligné que l’archevêque Sorondo, un proche partisan de l’accord du pape François avec le régime chinois, avait assisté à une conférence controversée sur le trafic d’organes à Pékin en août 2017 et avait fait des remarques controversées en faveur du régime chinois et de la politique chinoise.

« L’ignorance volontaire de l’archevêque Sorondo est au-delà du dégoût », a précisé Chen, soulignant que le régime chinois doit encore être tenu pour responsable du largement rapporté prélèvement d’organes forcé sur des pratiquants de Falun Gong et d’autres victimes.

« En concluant un accord avec le diable qu’est le Parti communiste chinois, le Vatican ne fera que s’humilier et ternir l’Église de Dieu qu’il représente », a déclaré Chen.

Version originale

 
 
 
 

GB: Plus de 450 décès dus à des opioïdes dans un hôpital

GB: Plus de 450 décès dus à des opioïdes dans un hôpital
Plus de 450 patients sont décédés après s'être vu indûment prescrire des opioïdes par un hôpital de Gosport, ...
LIRE LA SUITE
 

Les États-Unis se retirent du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Les États-Unis se retirent du Conseil des droits de l’homme de l’ONU
Le 19 juin, les États-Unis se sont retirés du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies déclarant ...
LIRE LA SUITE
 

Dix ans après le scandale du lait contaminé en Chine, ses victimes sont toujours réduites au silence

Dix ans après le scandale du lait contaminé en Chine, ses victimes sont toujours réduites au silence
Le 16 juin marque en Chine le dixième anniversaire du scandale du lait en poudre contaminé - lorsque ...
LIRE LA SUITE
 

Consommer ces faux aliments chinois pourrait vous tuer. Ce riz en plastique envahit-il votre supermarché?

Consommer ces faux aliments chinois pourrait vous tuer. Ce riz en plastique envahit-il votre supermarché?
La plupart d'entre nous qui vivons en Occident, avons apprécié la bonne cuisine chinoise à un moment de ...
LIRE LA SUITE