Val-d’Oise : un artisan pris en flagrant délit de dépôt sauvage finit en garde à vue, son véhicule confisqué

4 septembre 2021 Mis à jour: 5 septembre 2021
FONT BFONT SText size

Les gendarmes et le maire de Sagy (Val-d’Oise) ont surpris un artisan en train de se débarrasser de débris de construction dans un champ. Dans ce village où toute la population traque les pollueurs, c’est un agriculteur qui a lancé l’alerte ce mardi 31 août.

Cela fait plusieurs années que la lutte contre les dépôts sauvages s’intensifie à Sagy. « Nous sommes dans le hit-parade des dépôts sauvages ! Alors maintenant, dès qu’un véhicule suspect est repéré par un habitant, il nous le signale et nous intervenons rapidement », explique à La Gazette Val-d’Oise Guy Paris, le maire de la commune de 1 100 habitants.

Ce mardi 31 août, vers 11 h du matin, un agriculteur contacte la gendarmerie et la mairie après avoir remarqué un utilitaire qui coupe à travers champ pour aller jusqu’à la côte des Roches. Les militaires et le maire ont eu le temps d’intervenir avant que l’homme en question ne finisse de décharger.

« Il a expliqué être un artisan n’ayant pas les moyens de payer pour se rendre à la déchetterie. Il jetait des résidus de travaux menés sur un chantier, des rails métalliques, du bois, des plaques neuves de Ba13 », remarque l’édile.

L’artisan a écopé d’une garde à vue, d’une convocation devant le tribunal correctionnel, et son véhicule a été confisqué.

La lutte contre les dépôts sauvages s’organise

Alors que les dépôts sauvages de déchets de chantiers ont augmenté de 600 % entre 2018 et 2019 dans le département, les différentes actions menées par la Ville de Sagy ont réussi à les stopper un peu.

Installation de barrières anti-dépôts sauvages, enquêtes du maire pour découvrir l’identité des auteurs des dépôts, participation citoyenne pour signaler tout véhicule suspect : tous les moyens sont bons pour lutter contre ces incivilités qui coûtent cher aux contribuables.

En 2017 déjà, Guy Paris enfilait sa casquette d’enquêteur pour suivre une camionnette suspecte repérée par le fils d’une élue ou bien inspecter les derniers dépôts afin de découvrir l’identité de leurs propriétaires, rapportait Le Parisien à l’époque.

« La grande majorité des déchets déversés clandestinement sur les terrains agricoles sont de provenance d’activité du BTP« , a indiqué la préfecture lorsqu’elle s’est rendue à Sagy fin décembre 2019 pour inaugurer une barrière afin de bloquer l’accès aux zones servant aux dépôts sauvages, selon Les Échos.

« Le retrait des déchets et la remise en état du site pollué génèrent un coût substantiel aussi bien pour la collectivité publique que pour le propriétaire privé qui en est victime », ajoute la préfecture.

Dans le cas de l’artisan pris en flagrant délit mardi dernier, celui-ci a assuré qu’il viendrait récupérer ses déchets lorsqu’il aura récupéré son véhicule.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé