Val-de-Marne : un American Staff agresse deux adolescentes, la police abat l’animal

8 avril 2022 Mis à jour: 8 avril 2022
FONT BFONT SText size

Ce mercredi 6 avril au soir, à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), deux adolescentes ont été mordues par un American Staff. Le chien était très agressif et ne portait pas de muselière. Il a dû être abattu. Le fils de la propriétaire de l’animal s’en est pris à l’un des policiers venus secourir les victimes.

C’est un peu après 20 heures ce mercredi 6 avril, que des policiers de la brigade anticriminalité ont été appelés par une adolescente âgée de 16 ans, rapporte Le Parisien. Elle se trouvait avenue Maurice-Thorez, devant la résidence du Plateau à Champigny et venait de se faire mordre à la jambe par un chien de race American Staffordshire Terrier, réputé dangereux. L’animal ne portait pas de muselière.

Le fils de la propriétaire du chien agresse les policiers

En cherchant la personne à qui appartenait le molosse, les policiers sont tombés sur le fils de la propriétaire de ce chien, qui s’en est pris aux agents, les insultant et violentant l’un d’entre eux.  Les fonctionnaires ont alors immobilisé cet individu en utilisant un pistolet à impulsion électrique.

Mais alors qu’elles étaient sur place, les forces de l’ordre ont assisté à l’agression d’une seconde adolescente du même âge que la première, le chien l’ayant blessé à la main et à la jambe. Elles ont alors été contraintes d’abattre l’animal, très agressif, en utilisant leur arme à feu. Les pompiers sont intervenus pour secourir les deux jeunes filles, qui ont été transportées à l’hôpital Saint-Camille de Bry-sur-Marne. Leur pronostic vital n’est pas engagé, précise le quotidien régional.

Lui et sa mère ont été placés en garde à vue

L’intervention des policiers et des pompiers a été accompagnée de tirs de mortiers et de jets de pétards. Le policier attaqué a été blessé au niveau de la cheville ainsi qu’au doigt, il souffrait de griffures. L’agresseur a quant à lui été placé en garde à vue pour rébellion et violences sur des personnes dépositaires de l’autorité publique. Sa mère a également été placée en garde à vue.

Quelques semaines auparavant, la Ville avait mené une campagne d’information sur les chiens dangereux. Elle avait notamment rappelé que « l’absence de permis de détention est passible de trois mois d’emprisonnement, d’une amende de 3 750 € et de la confiscation du chien ». Elle compte par ailleurs équiper la future police municipale « de moyens pour gérer ces chiens dangereux », indique-t-elle, mentionnant qu’« un policier municipal maître-chien vient d’arriver, début avril ». Par ailleurs, « la police municipale sera dotée d’équipements de capture et ses locaux seront équipés de cages pour accueillir des animaux capturés », conclut la Ville, ainsi que le rapportent nos confrères.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé