Val-de-Marne : 180 descentes de police effectuées en 6 mois dans un restaurant jugé trop bruyant par la ministre du Logement

13 janvier 2022 Mis à jour: 13 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Étant dérangée par des nuisances sonores émanant du restaurant-dancing situé dans son voisinage, la ministre du Logement serait impliquée dans une demande de fermeture de l’établissement. Presque 200 opérations de police y auraient d’ailleurs été effectuées.

La ministre du Logement Emmanuelle Wargon, qui habite la commune de Saint-Mandé (Val-de-Marne), aurait demandé au préfet de police la fermeture du Chalet du Lac, estimant ce restaurant-dancing trop bruyant, ainsi que le rapporte Le Canard enchaîné ce 12 janvier.

Les 180 contrôles de police ne donnent aucun résultat !

En raison de ces nuisances sonores, le restaurant-dancing situé à l’orée du bois de Vincennes et au bord du lac de Saint-Mandé, aurait été l’objet de 180 descentes de police en six mois.

Mais selon le ministère d’Emmanuelle Wargon, le maire de Saint-Mandé serait à l’origine de ces différentes interventions de la police, ainsi que le relate Le Canard enchaîné. La police aurait en effet procédé aussi bien à des contrôles sur la réglementation du lieu qu’à des contrôles d’identité, de stationnement, de nuisances sonores ou encore d’hygiène. De plus, il y aurait parfois eu des agents cagoulés.

La direction du restaurant veut porter plainte

Les divers services des forces de l’ordre n’ayant jamais trouvé de motif sérieux pour fermer l’établissement, puisque même les décibels se sont avérés être en dessous du seuil autorisé, le maire de Saint-Mandé lui-même aurait menacé d’effectuer des contrôles.

De son côté, la direction du Chalet du Lac envisagerait de porter plainte contre la préfecture pour harcèlement, conclut le journal satirique.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé