Vaches mortes en Haute-Loire : le tribunal ordonne la suspension provisoire d’une antenne 4G

24 mai 2022 Mis à jour: 24 mai 2022
FONT BFONT SText size

Le 23 mai, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a ordonné la suspension pour deux mois d’une antenne relais soupçonnée par un éleveur de Haute-Loire de nuire à la santé de son troupeau.

« Il y a lieu d’ordonner cet arrêt provisoire du fonctionnement de cette antenne pour une durée de deux mois, compte tenu de ses incidences générales, avec suivi, par l’expert judiciaire, du comportement du cheptel, et des vaches laitières en particulier, sur cette période », précise le tribunal dans son ordonnance.

Le tribunal donne trois mois à l’État et aux opérateurs, dont Orange, pour procéder à l’interruption et organiser la sécurité et les appels de secours dans la zone concernée. Sollicité par l’agence France Presse (AFP), l’opérateur Orange n’a pas souhaité commenter cette décision.

« C’est un grand soulagement et une victoire », a réagi l’éleveur, Frédéric Salgues, espérant que son cheptel puisse se rétablir « au plus vite ».

Une quarantaine de vaches mortes sur 200

Depuis l’installation de cette antenne, en juillet 2021 à 200 mètres de son élevage à Mazeyrat-d’Allier en Haute-Loire, M. Salgues dit avoir perdu une quarantaine de vaches sur un troupeau qui en compte 200, constatant en parallèle une baisse importante de sa production de lait.

Lors de l’audience au tribunal vendredi, l’expert judiciaire mandaté par le tribunal du Puy-en-Velay s’était prononcé en faveur d’une interruption temporaire, pour lui permettre de poursuivre son expertise.

« Ce cheptel fait partie des 10% à 20% meilleurs du département » et « je n’ai pas d’éléments médicaux pour expliquer la chute brutale de la production de lait, de 15% à 20%, dans les jours qui ont suivi la mise en place de l’antenne », avait-il expliqué.

Grande « inquiétude »

Le maire de Mazeyrat-d’Allier, Philippe Molhérat, qui avait autorisé l’installation de l’antenne, avait témoigné de l’état alarmant du troupeau, redoutant « une catastrophe sur le plan humain » et évoquant « l’inquiétude » grandissante des 1500 habitants du village.

Les avocats des trois opérateurs mobiles concernés, Orange, Free et Bouygues Telecom avaient mis en avant l’absence d’élément scientifique établissant un lien entre la santé des animaux et les champs électromagnétiques.

 

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé