Une résidente de Wuhan critique ouvertement la réaction des autorités locales face à l’épidémie de coronavirus

29 janvier 2020 Mis à jour: 29 janvier 2020
FONT BFONT SText size

Le 22 janvier dernier, les autorités municipales de Wuhan ont publié une déclaration publique sur l’épidémie de pneumonie de Wuhan qui a semé la peur et la panique dans la ville. Mais une habitante a ouvertement critiqué les autorités dans une lettre qui a fait le tour des médias sociaux chinois, exprimant son indignation sur la façon dont ils ont géré la crise.

La commission sanitaire locale a découvert en décembre un nouveau type de coronavirus, également appelé pneumonie de Wuhan, et il n’existe aucun remède. Cependant, selon les spécialistes, la commission sanitaire a décidé de ne pas alerter le public lorsque la maladie est devenue incontrôlable.

« Depuis qu’un nouveau coronavirus a été découvert à Wuhan, la lutte contre la maladie a été lancée. Actuellement, une campagne de contrôle et de prévention de la maladie a été déployée de manière ordonnée dans toute la ville. Toutefois, la situation générale de la maladie est très grave. Chacun doit assumer sa part de responsabilité pour empêcher que le virus ne se propage davantage », peut-on lire dans la déclaration publique.

Une femme originaire de la ville a répondu à cette déclaration dans une lettre, qui a ensuite été postée sur les médias sociaux chinois par un internaute.

« Je suis une citoyenne ordinaire de Wuhan qui aime cette ville énormément. Je travaille ici et je suis prête à contribuer autant que possible à cette ville. Cependant, j’ai été consternée par la lettre que le comité municipal du Parti et le gouvernement municipal de Wuhan ont écrit aux citoyens. Je crois être en droit d’exprimer mon indignation. »

La femme a critiqué les autorités pour avoir qualifié l’épidémie de « calamité naturelle » et a souligné leur absence de contrôle du commerce des animaux sauvages, qui est motivé par une demande de produits exotiques et d’ingrédients pour la médecine traditionnelle chinoise.

« Dans votre lettre, vous dites que nous ne pouvons pas empêcher l’apparition d’une calamité naturelle. Mais s’agit-il vraiment d’une calamité naturelle ? Le coupable est le marché des fruits de mer de Huanan – il a fonctionné pendant longtemps même s’il ignorait les règles et les règlements. Depuis combien d’années le marché vend ouvertement des oiseaux et des mammifères sauvages ? Pourquoi vos fonctionnaires n’ont-ils pas réussi à repérer ce que les citoyens ordinaires voient tout le temps ? Pourquoi l’administration de l’industrie et du commerce n’a-t-elle pas fait son devoir ? Que se passe-t-il avec la commission de la santé publique et le service d’inspection et de quarantaine ? »

La Chine interdit le trafic d’une variété d’animaux sauvages ou exige des licences spéciales, mais la réglementation relative aux animaux d’élevage industriel est moins stricte.

Les autorités affirment que le coronavirus a émergé du commerce illégal d’animaux sauvages du marché des fruits de mer de Huanan, à Wuhan. Le marché est temporairement fermé depuis le 1er janvier.

« L’origine du nouveau coronavirus est due aux animaux sauvages vendus illégalement dans un marché de fruits de mer de Wuhan », a déclaré Gao Fu, directeur du Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies, lors d’un briefing.

Certains experts pensent que le virus a été transmis à l’homme par des serpents. Mais le conseiller médical du gouvernement chinois Zhong Nanshan a également identifié les blaireaux et les rats comme sources possibles, rapporte The Associated Press.

Les marchés chinois d’animaux sauvages ont également été à l’origine de l’apparition d’autres maladies infectieuses en Chine et en Asie du Sud-Est, notamment le virus responsable du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui a tué près de 800 personnes dans le monde en 2003, selon The Associated Press.

La femme a accusé les autorités d’avoir caché l’épidémie, ce qui a entraîné la propagation de la pneumonie à Wuhan.

« Au début de l’épidémie de pneumonie de Wuhan, vous avez affirmé qu’elle ne se propagerait pas d’homme à homme, et cela s’est avéré être faux par la suite. Vous avez affirmé qu’il n’y avait pas eu de morts, et cela aussi était faux. Vous avez affirmé qu’il n’y avait eu aucun cas d’infection du personnel médical, ce qui s’est avéré être encore faux ! N’avez-vous pas honte ? Est-ce vraiment si difficile de dire la vérité ? »

« Tous les services de contrôle ont manqué à leur devoir. Ce sont les raisons mêmes pour lesquelles la maladie échappe à tout contrôle. Pourquoi les citoyens devraient-ils payer le prix de leurs comportements illicites et de leur manque de vigilance ? »

« À cause des méfaits et de la négligence des autres, nous, simples citoyens, devons maintenant annuler nos voyages et dépenser beaucoup d’argent en matériel de protection. Nos vies sont mises en danger ! »

« Pourquoi vous attendez-vous à ce que nous en supportions les conséquences ? Les autorités sont très habiles lorsqu’elles essaient de tromper le peuple en blâmant les autres et en trouvant des excuses. Vous dites que nous sommes tous sur le même bateau. Mais vous ne pourrez pas vous en tirer comme ça. J’exige une explication de votre part ! »

La censure surveille Internet et arrête les personnes qui publient des informations sur l’épidémie.

Le régime communiste chinois dirige la Chine d’une main de fer. Il est rare qu’une citoyenne ordinaire conteste directement les autorités.

Le 23 janvier, les autorités ont bouclé Wuhan, une ville d’environ 11 millions d’habitants située en Chine centrale. Les transports publics et les aéroports ont été fermés. Les habitants ont été priés de ne pas partir, sauf circonstances particulières.

Jusqu’à présent, 13 villes au total ont été fermées, ce qui a touché 41 millions de personnes. Pékin et Shanghai ont toutes deux interdit l’entrée et la sortie des bus interprovinciaux.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé