Une lectrice de l’édition chinoise d’Epoch Times : «Vos informations sur le coronavirus m’ont sauvé la vie»

15 février 2020 Mis à jour: 16 février 2020
FONT BFONT SText size

Le 9 février, une Chinoise-américaine a appelé le bureau du journal Epoch Times de New York pour exprimer sa gratitude envers la société de médias. Elle a appris la gravité de l’épidémie du nouveau coronavirus (officiellement appelé COVID-19) en regardant la chaîne YouTube en langue chinoise d’Epoch Times lors d’une visite à Pékin fin janvier. YouTube est interdit en Chine, mais beaucoup utilisent un logiciel VPN pour contourner le pare-feu du pays.

Les reportages vidéo d’Epoch Times l’ont aidée à prendre la bonne décision ; elle a immédiatement réservé un vol de retour vers les États-Unis et a quitté la Chine avant que les villes chinoises ne soient mises en quarantaine les unes après les autres.

L’expérience d’une lectrice

Tina Zhang est originaire de Pékin. Elle s’est rendue dans sa ville natale le 24 janvier pour rendre visite à une amie qui est tombée malade.

« Que ce soit à l’aéroport ou dans la rue, il y avait peu de gens portant des masques à Pékin le 24 janvier », a déclaré Mme Zhang. « Le lendemain, on nous a recommandé d’éviter de sortir ou de porter un masque pour se rendre dans les lieux publics, les autorités ont pourtant affirmé que cette maladie était peu contagieuse. »

Quand elle est allée faire ses courses le 26 janvier, les gens dans la rue portaient tous un masque et essayaient de se tenir à distance les uns des autres. Ils se précipitaient pour acheter ce dont ils avaient besoin et quittaient immédiatement le supermarché une fois leurs achats terminés.

Pékin a été frappée par le SRAS en 2003. Les habitants de Pékin sont encore traumatisés par les souvenirs de cette épidémie, qui a tué des centaines de personnes en Chine.

Mme Zhang est devenue nerveuse et a essayé de consulter les informations sur le virus.

Tina est tombée sur la chaîne d’information en langue chinoise Epoch Times sur YouTube, qui annonçait que Wuhan était en proie à une grave épidémie et que le virus se propageait rapidement en Chine et dans d’autres pays.

Elle a ensuite vérifié les nouvelles des médias d’État chinois et les portails d’information tels que Sohu et Sina, mais ils ne donnaient pas les mêmes renseignements. Au contraire, ils laissaient entendre que l’épidémie était sous contrôle.

« À qui dois-je faire confiance ? » s’est demandée Mme Zhang.

« Dans la vidéo YouTube du journal Epoch Times, le présentateur Li Muyang a utilisé des images, du son et des explications. Tout était très convaincant », a déclaré Mme Zhang. « De plus, son image et sa voix dégagent une énergie puissante. Cela le rend honnête et digne de confiance. J’ai immédiatement décidé de changer ma date de retour et de réserver un vol plus tôt pour les États-Unis. »

Elle a alors demandé à son mari, qui était chez lui aux États-Unis, de lui réserver un billet, en lui disant : « Dépêche-toi. Ne perds pas de temps à me demander pourquoi. »

Elle a également informé plusieurs de ses amis qui étaient partis en Chine pour les vacances du Nouvel An chinois, en disant : « J’ai eu la chance de connaître la vérité. Dépêchez-vous de rentrer chez vous aux États-Unis ! Cela va vous sauver la vie ! »

Ses amis ne l’ont pas crue.

Finalement, seule une de ses amies a suivi son conseil et a demandé à Mme Zhang de réserver deux billets pour elle et son enfant, malgré leur prix exorbitant.

« Au moment où mon avion a atterri à l’aéroport de Los Angeles le 28 janvier, j’ai senti de tout mon cœur que j’étais enfin libérée de toute inquiétude », a déclaré Mme Zhang au journal Epoch Times. Elle est restée en Chine pendant moins de quatre jours.

L’amie mentionnée a quitté la Chine la veille du jour où sa ville natale a été mise en quarantaine. Si elle était restée un jour de plus, elle n’aurait pas pu quitter le pays, a déclaré Mme Zhang.

Retour à la maison

Pour expliquer la situation à son mari, qui est américain, Mme Zhang lui a montré des articles connexes du journal Epoch Times.  En apprenant que les autorités chinoises dissimulaient la véritable situation en Chine, son mari est devenu furieux.

« Il ne comprenait pas pourquoi le régime chinois ne signalait pas la gravité de l’épidémie à l’ambassade américaine […] depuis le 3 janvier. Le régime chinois n’a pas alerté son propre peuple avant le 20 janvier », a déclaré Mme Zhang.

Elle a également appelé la population chinoise, en particulier celle de la province de Hubei, où l’épidémie est la plus grave, à condamner les autorités pour ne pas avoir réussi à enrayer la maladie.

« Epoch Times m’a en effet sauvé la vie. Si j’étais restée en Chine, je serais en proie à une peur constante, au risque d’être infectée par le virus en sortant dans les supermarchés, en prenant l’ascenseur, ou même en utilisant les toilettes publiques. En fait, Epoch Times a sauvé ma famille, car lorsque je suis revenue saine et sauve, ma famille a également été sauvée de cette maladie très contagieuse », a expliqué Mme Zhang.

Elle a félicité le personnel du journal Epoch Times pour son courage et sa gentillesse. « Vous exposez la vérité en toutes circonstances, même quand il y a des défis majeurs, alors que les autres groupes médiatiques n’ont pas ce courage », a-t-elle déclaré, expliquant que la plupart des autres médias en langue chinoise ont peur de publier les informations qui ne plaisent pas au régime chinois.

Le régime chinois a, à plusieurs reprises, accusé Epoch Times en langue chinoise d’être une publication « anti-Chine ».

Mme Zhang espère que les Chinois d’outre-mer regarderont au-delà de la propagande du régime chinois et donneront une chance à la publication. « Il est grand temps de vous réveiller, compte tenu des événements que vous avez pu observer lors de l’apparition du virus. »

Elle pense que le journal en langue chinoise Epoch Times gagnera en reconnaissance, en confiance et en respect au sein de la communauté chinoise grâce à son reportage sur le nouveau coronavirus.

« Tous les articles sur le coronavirus du journal Epoch Times sont véridiques, vos articles ont aidé de nombreuses personnes en Chine. Je peux en témoigner », a-t-elle déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé