Une jeune femme travaillant dans la maçonnerie pour payer ses études, est devenue avocate

26 novembre 2021 Mis à jour: 26 novembre 2021
FONT BFONT SText size

Après avoir obtenu son diplôme d’avocate, une jeune femme paraguayenne a décidé de partager sur ses réseaux sociaux son histoire émouvante. Ainsi a-t-elle témoigné de son parcours, et de son travail d’assistante en maçonnerie auprès de son père.

Le 12 novembre dernier Magali Gimenez Bogarin, 24 ans, a atteint un objectif difficile : devenir avocate.

« Je ne peux pas nier que j’ai rencontré de nombreux obstacles sur mon chemin ce qui fait qu’en ce jour je savoure d’autant plus ma gloire », a publié la jeune femme sur sa page Facebook.

Il y a six ans, lorsque la jeune femme a décidé de poursuivre des études d’avocat à l’Université nationale d’Asunción (UNA), les perspectives n’étaient pas encourageantes, à tel point que de nombreuses personnes lui ont dit qu’elle n’y arriverait pas. Pourtant, la jeune femme a décidé de tenter sa chance, convaincue qu’elle n’abandonnerait jamais.

Magali se souvient encore du moment où elle a découvert la dure réalité : sa famille n’avait pas les moyens de payer les frais d’inscription à l’université. Mais la jeune femme tenace a eu une idée qui, à ce moment-là, a illuminé ce chemin incertain.

Mariano Gimenez, le père de la jeune fille, est maçon à San Estanislao, à San Pedro, au Paraguay. Comme il était sur le point de commencer un projet de construction, la jeune femme lui a proposé de ne pas engager d’assistant et de faire le travail à sa place.

Sans craindre de se salir les mains et de faire face aux difficultés du métier, l’avocate, aujourd’hui heureuse, a rappelé dans une interview accordée à Canal 13 de Asunción comment le fruit de son travail sur ce premier chantier lui a permis de payer ses frais de scolarité hors de portée. Plus tard, elle a travaillé comme maçonne avec son père, ses frères et sœurs, une activité qu’elle a combinée avec ses études professionnelles.

« J’ai toujours aidé mon père quand je le pouvais parce que je devais aussi aller à l’école et comme il était mon patron, ce n’était pas un gros problème », se souvient Magali.

Si la famille Gimenez s’est mis à travailler dur pour soutenir la jeune femme, la publication que l’avocate a publiée pour expliquer comment elle a pu réussir ses études de droit à l’UNA est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Grâce à six photos où on la voit travailler comme maçonne, l’avocate explique comment elle a décidé de poursuivre ses études et de devenir une juriste dans son pays.

« Aujourd’hui, je n’ai que de la gratitude pour ma famille et pour toutes ces personnes qui ont été des anges pour qu’aujourd’hui je puisse officiellement être avocate », a partagé Magali sur Facebook.

Cependant, la jeune femme discrète pense qu’il y a beaucoup de jeunes qui, comme elle, vivent des « situations encore plus difficiles », et qui n’ont probablement pas les mêmes facilités pour travailler qu’elle. Ces facilités ont été pour elle « une bénédiction du Seigneur », a-t-elle déclaré à Canal 13 de Asunción.

« Je veux laisser un précédent qui reflète l’ensemble du processus que non seulement moi, mais aussi de nombreux jeunes, traversons pour réaliser nos rêves. Je ne peux que vous dire : n’abandonnez pas et celui qui persévère réussit », a déclaré l’avocate.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé