Une histoire d’amour de la Chine communiste : une femme emprisonnée pour sa croyance s’échappe avec l’aide de son fiancé

27 février 2021 Mis à jour: 27 février 2021
FONT BFONT SText size

Après avoir bravé deux ans de torture impitoyable dans un camp de travaux forcés en Chine communiste, une femme a été sauvée par son fiancé en Australie il y a près de 20 ans.

Le couple, maintenant dans la cinquantaine, a raconté à Epoch Times son parcours bouleversant à travers les jours les plus sombres de sa vie, en exposant les injustices qui se produisent derrière les murs de terreur rouge dans les prisons et les camps de travaux forcés chinois. C’est une histoire d’amour véritable, de croyance ferme et de courage inébranlable.

Il y a presque 20 ans, Ying Li, aujourd’hui âgée de 51 ans, a été arrêtée en Chine pour sa croyance dans la pratique spirituelle du Falun Gong. En juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une campagne de persécution brutale contre cette pratique de méditation pacifique, craignant que l’enseignement universel du principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance ne constitue une menace pour ses idéologies enracinées dans l’athéisme et le marxisme.

Ying, qui habite actuellement à Sydney avec son mari et leurs trois enfants, a été persécutée et maltraitée parce qu’elle refusait d’abandonner sa croyance.

« C’est son amour qui m’a soutenue pendant les jours les plus sombres de ma vie », a-t-elle dit.

Ying Li avec son mari, Grant Lee (Avec l’aimable autorisation de Ying Li et Grant Lee)

Torturée pour sa croyance

Lorsque Ying a été enlevée par la police en janvier 2001, elle a été envoyée dans un centre de lavage de cerveau. Pour protester contre cette arrestation illégale, Ying a entamé une grève de la faim pendant un mois. Les gardiens ont eu recours à des méthodes de torture contraires à l’éthique pour la nourrir de force, ce qui a entraîné une détérioration de sa santé. Elle a été incarcérée pendant quatre mois avant d’être libérée sous caution par son employeur.

Se remémorant les abus dont elle a été victime, Ying a dit qu’un membre du personnel du centre de lavage de cerveau lui a dit sans aucune crainte : « Vous mettre en prison ou en résidence surveillée est exactement ce que nous voulons faire. Nous sommes des institutions gouvernementales, alors que pensez-vous pouvoir faire à ce sujet ? »

La société communiste n’est pas une société normale. Elle est contre l’humanité. Ils font un lavage de cerveau aux gens pour qu’ils suivent ce que le PCC pense, et fassent ce qu’il vous demande de faire. Ils ne permettent pas aux gens d’avoir leur propre croyance afin de pouvoir contrôler votre esprit.
— Ying Li, originaire de Chine, habitant actuellement en Australie

Dix mois plus tard, le 16 octobre 2001, Ying était en voyage d’affaires à Hangzhou, la capitale de la province du Zhejiang, lorsqu’elle a tout à coup été arrêtée pour la deuxième fois et envoyée au camp Qingsong de travaux forcés pour femmes à Shanghai. À l’époque, elle travaillait pour une société de conseil en gestion.

« J’ai été enfermée pendant deux ans. La raison invoquée était « autre », car mon arrestation n’était fondée sur aucune loi », a-t-elle dit.

« Ils m’ont suspendue à une porte en fer avec les mains menottées dans le dos pendant trois jours. Ils m’ont également enfermée dans une cellule d’isolement pendant plus de six mois », a-t-elle dit. « Ils avaient peur que ma détermination interfère avec leur soi-disant « rééducation » des autres pratiquants de Falun Gong. »

En évoquant les méthodes de torture employées par les fonctionnaires communistes pour « réformer » les prisonniers de croyance, Ying a souligné que le PCC a conçu « diverses façons de persécuter ». Les méthodes abusives comprennent forcer les pratiquants à s’asseoir sur de très petits tabourets pendant des heures, ce qui entraîne le développement de plaies purulentes sur les fesses, ainsi que rester debout pendant une longue période, ce qui entraîne un enflement des pieds et des jambes au point que la personne est incapable de marcher.

« Certains ont été battus à tel point sous des matraques électriques qu’il était difficile de trouver une surface de peau saine sur leur corps », a dit Ying. « Dans certaines régions, il y a eu plus de tortures physiques. Dans d’autres endroits, il y avait plus de tortures mentales. »

Une reconstitution de la séance de torture assise sur un petit tabouret, une méthode souvent utilisée dans les prisons chinoises pour torturer les pratiquants de Falun Gong qui refusent de renoncer à leur croyance. (Minghui.org)

Ying a dit qu’elle et d’autres pratiquants avaient souvent des ampoules sur la paume de leurs mains après de longues heures de travaux forcés, qui duraient de 7 heures du matin à presque minuit chaque jour.

Après avoir fui en Australie, Ying a révélé que le camp de travaux forcés des femmes à Shanghai fabriquait des poupées qui étaient directement expédiées à une marque réputée en Italie.

Ying a également été forcée de « fabriquer des produits pour la marque de sous-vêtements ‘Three Gun’ », les sous-vêtements portant l’étiquette « Examiné par le numéro 16 » étaient fabriqués par les détenus du camp de travail où elle était détenue, selon le rapport Australia-China Free Trade Agreement Joint Feasibility Study de 2004, réalisé par la succursale australienne de l’Organisation mondiale d’enquête sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG).

Ying Li et Grant Lee participant à un rassemblement devant Capital Hill à Canberra, en Australie, pour soutenir la motion de « Sauver les parents des citoyens australiens » le 1er décembre 2003. (Minghui.org)

Un sauvetage audacieux

Alors que Ying faisait face à la persécution en Chine, Grant Lee, son fiancé en Australie, était occupé à sensibiliser le gouvernement australien à sa situation. Les efforts inlassables de Grant se sont avérés efficaces dans une certaine mesure et ont permis de réduire la gravité des tortures subies par Ying dans ce sinistre camp de travail.

Grant a ensuite réussi à envoyer à Ying une bague de fiançailles comme cadeau de Noël alors qu’elle était encore incarcérée. Cette bague a non seulement réconforté Ying pendant les jours les plus difficiles de sa vie, mais elle l’a également rassurée en lui disant que l’amour et la foi véritables n’échouent jamais ; elle savait que Grant ne renoncerait jamais à la sauver. Ying a été libérée du camp de travail le 15 octobre 2003.

Cependant, le long parcours pour secourir Ying hors de Chine n’a pas été facile pour Grant.

« Au début, personne ne voulait l’aider parce qu’elle était une citoyenne chinoise », a dit Grant, âgé de 58 ans, qui a rencontré Ying en 2001 grâce à un ami commun. « J’ai donc fait du vélo de Sydney à Canberra pour sensibiliser les gens. »

Après que cinq médias australiens locaux ont rapporté leur histoire, les fonctionnaires du ministère australien des Affaires étrangères l’ont rencontré à son arrivée à Canberra et ont accepté de s’informer auprès du gouvernement chinois au sujet de Ying.

Grant a dit que pour parrainer Ying en Australie, il devait soumettre des photos d’eux ensemble. Cependant, le couple n’avait jamais eu la possibilité de prendre des photos à cause de la persécution. Grant est donc courageusement allé en Chine pour prendre quelques photos avec Ying.

Cependant, le consulat chinois en Australie a refusé de lui accorder un visa chinois, sachant qu’il était également un pratiquant de Falun Gong. Pour contourner les restrictions, Grant a changé son nom et son apparence et s’est rendu à Hong Kong pour demander un visa chinois. Par la suite, il a traversé quelques villes en Chine avant d’arriver à Shanghai en bus pour éviter de faire savoir qu’il venait de l’étranger.

Grant a dit que certains membres du Parlement australien avaient contacté le consulat australien à Shanghai pour faciliter les procédures. En conséquence, Ying a obtenu un visa la semaine suivante.

L’espoir d’un « monde pacifique »

Avec son âme sœur bien-aimée à ses côtés, Ying a finalement atterri en Australie le 29 novembre 2003. Sa sœur aînée et son frère cadet, qui ont également été persécutés à plusieurs reprises pour avoir pratiqué le Falun Gong, ont ensuite été secourus hors de la Chine et ont depuis obtenu le statut de réfugié en Australie.

Chérissant la liberté de pratiquer sa croyance sans craindre d’être arrêtée, Ying a dit qu’elle se considère « chanceuse » par rapport aux millions de pratiquants de Falun Gong qui sont toujours persécutés dans sa chère patrie.

« La société communiste n’est pas une société normale », a dit Ying. « Elle est contre l’humanité. Ils font un lavage de cerveau aux gens pour qu’ils suivent ce que le PCC pense, et fassent ce qu’il vous demande de faire. Ils ne permettent pas aux gens d’avoir leur propre croyance afin de pouvoir contrôler votre esprit. »

Ying Li et Grant Lee posent pour une photo avec d’autres pratiquants de Falun Gong après leur arrivée à l’aéroport international de Sydney le 29 novembre 2003. (Minghui.org)

Ayant fait l’expérience directe de la « perversité du parti communiste », Grant espère que les personnes vivant en Chine ne seront pas effrayées par le régime autoritaire du parti, mais qu’elles résisteront plutôt avec fermeté.

Si les gens du monde entier pouvaient comprendre la nature diabolique du parti communiste, ils pourraient se rendre compte de la « transition vers le communisme qui se produit progressivement dans le monde entier », a-t-il dit. « Si plus de gens peuvent résister au communisme, alors nous aurons un monde pacifique. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé