Une étude révèle que la variole du singe est principalement transmise sexuellement par les hommes

25 juillet 2022 Mis à jour: 25 juillet 2022
FONT BFONT SText size

La première grande étude sur les infections par le virus de la variole du singe révèle que le virus est principalement transmis par l’activité sexuelle des hommes homosexuels et bisexuels.

Le 21 juillet, le Journal of New England Medicine a publié une étude portant sur les infections par le virus de la variole du singe dans 16 pays, entre avril et juin, période au cours de laquelle des cas ont commencé à apparaître dans des pays autres que l’Afrique.

L’étude fait état de 528 infections diagnostiquées entre le 27 avril et le 24 juin, dont 98% concernent des hommes homosexuels ou bisexuels d’un âge moyen de 38 ans. Parmi ces cas, 95% des infections étaient soupçonnées d’avoir été transmises lors d’une activité sexuelle – 41% des individus avaient également le VIH.

Les experts de la santé et les responsables des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ne considèrent pas la variole du singe comme une infection sexuellement transmissible. Elle peut être transmise par contact intime, tels que les rapports sexuels, mais elle peut également être transmise par un contact étroit ou par des vêtements infectés ou du linge de lit.

Jusqu’à cette année, l’infection par le virus de la variole du singe chez l’homme était rare en dehors de l’Afrique, où le virus est endémique et se transmet principalement par les animaux. Toutefois, selon les CDC, on dénombre désormais plus de 16.000 cas dans le monde, dans des pays qui, pour la plupart, n’ont jamais connu la variole du singe.

La majorité des cas se situent en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Certains des premiers cas sont liés à de grands événements LGBT en Espagne et en Belgique, considérés comme le lieu d’origine de la transmission du virus.

L’hypothèse la plus probable retenue par les experts de la santé est que le virus de la variole du singe a été transmis sexuellement lors de ces événements.

La récente augmentation des cas aux États‑Unis indique que la transmission a eu lieu à la fin du mois des Gay Prides, fin juin et début juillet, car l’incubation dure entre trois et vingt jours (généralement sept jours), selon l’étude.

Les anciens responsables de la santé de l’administration Trump accusent les CDC

Les responsables des CDC ont pensé à recommander l’annulation de grands événements LGBT aux États‑Unis, étant donné la super propagation du virus lors de ces événements en Europe le mois précédent.

Les organisateurs d’événements LGBT étaient également prudents au printemps, voulant éviter de stigmatiser la communauté LGBT. Les responsables américains de la santé ont finalement choisi d’intensifier et de cibler la diffusion de messages de santé publique à l’attention des hommes gays et bisexuels, jugés les plus à risque.

Les responsables auraient dû en faire davantage, selon le Dr Paul Alexander, un ancien responsable de la santé et chercheur sous l’administration Trump.

« Ce qui aurait été nécessaire, c’était une classe dirigeante disant de ne pas avoir de contact peau à peau, de ne pas avoir de relations sexuelles anales, de ne pas avoir de relations sexuelles, rien pendant quelques semaines et nous aurions aidé ce groupe à haut risque. Mais non, les jeux politiques l’ont emporté et maintenant la population hétérosexuelle générale à faible risque est en danger, en particulier les hommes bisexuels », écrit le Dr Alexander dans un blog.

Le blog contient également le post Twitter d’un homme gay américain qui raconte en détail comment il a contracté la variole du singe lors d’une orgie à Palm Springs.

Le Dr Alexander s’est dit inquiet par le fait que les hommes bisexuels pourraient faciliter la propagation du virus de la variole du singe aux hétérosexuels en dehors de la communauté LGBT. Les CDC déclarent avoir connaissance de huit cas chez des femmes et de deux nouveaux cas chez des enfants – un petit enfant et un nourrisson, rapporte BBC News.

« Les hétérosexuels peuvent transmettre cette maladie si un des partenaires est infecté et s’il y a des rapports sexuels rugueux et abrasifs impliquant une déchirure des tissus », ajoute le Dr Alexander.

Il ne s’agit pas d’être « gay », le virus se transmet par les fluides corporels, les pustules et les lésions infectées chez la personne infectée, par les déchirures de la peau ou des tissus, par exemple les microlésions rectales, etc. « Si des hétérosexuels ont des relations sexuelles anales et que l’un d’eux est infecté par la variole du singe ou une autre [maladie sexuellement transmissible], l’autre sera infecté s’il y a une déchirure des tissus. »

Bien que l’infection par la variole du singe disparaisse généralement en quelques semaines sans nécessiter de traitement médical, elle a entraîné l’hospitalisation de personnes souffrant de douleurs anorectales sévères, de maux de gorge graves et de lésions rénales aiguës.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé