La députée LREM Coralie Dubost épinglée pour sa gestion RH et ses avances de frais de mandat

30 avril 2022 Mis à jour: 30 avril 2022
FONT BFONT SText size

La députée LREM Coralie Dubost a été épinglée pour sa gestion humaine de certains collaborateurs et l’utilisation dispendieuse de ses avances de frais de mandat, ce qu’elle conteste, selon une enquête vendredi 29 avril de Mediapart basée notamment sur un rapport dont l’AFP a eu connaissance.

Selon ce rapport d’un cabinet de ressources humaines transmis au printemps 2021 au déontologue de l’Assemblée nationale, d’ex-collaborateurs de Mme Dubost lui reprochent de leur avoir imposé « des tâches relevant de la sphère personnelle », des propos et comportements « dévalorisants » mais aussi un « conflit de valeurs » ou « éthique » en particulier sur l’utilisation de ses avances de frais de mandats.

Le rapport RH évoque l’utilisation de fonds publics pour des dépenses privées

Il est notamment question de « dépenses vestimentaires mensuelles selon une fourchette allant de 1500 à 2000 euros » ou « de frais de restaurants très importants », expose le rapport.

Selon Mediapart, la députée de l’Hérault a par exemple dépensé jusqu’à 3300 euros en habillement et accessoires au mois d’octobre 2018.

« Il y a des tenues mandat et les tenues perso […] , je ne mets pas les mêmes affaires dans ma vie perso et dans ma vie de mandat », a affirmé Mme Dubost à Mediapart.

Contactée par l’AFP, la députée n’a pas donné suite dans l’immédiat.

Les frais d’habillement pour l’exercice de la fonction sont acceptés

Au média en ligne, Mme Dubost qui comme chaque député dispose d’une avance de frais de mandat de 5373 euros mensuels, qui s’ajoute à la rémunération des élus, a indiqué avoir procédé à des remboursements de frais jugés non liés à l’exercice du mandat de député, après un contrôle de la déontologue de l’Assemblée nationale pour les années 2018 et 2019.

Dans le rapport 2020 du Déontologue de l’Assemblée nationale, la haut-fonctionnaire alors en fonction a affirmé sans citer nommément des élus que s’agissant des frais vestimentaires, ont été admis toutes les pièces de vêtements, les chaussures et les accessoires (ceinture, foulard, écharpe) susceptibles d’être utilisés dans le cadre du mandat, à l’exception des sous-vêtements.

Le rapport du cabinet RH qui n’est pas contradictoire, évoque aussi « la réalisation régulière et fréquente de (…) tâches » sans rapport avec le travail de collaborateur parlementaire comme des achats personnels pour l’élue, la surveillance du personnel de maison ou la réalisation de tâches domestiques. Mme Dubost a contesté ces allégations.

L’avance de frais de mandat a remplacé la controversée IRFM, enveloppe qui n’était pas contrôlée et a donné lieu à des dérives, de l’achat de téléviseurs au paiement de vacances par exemple.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé