Une chienne de chenil s’échappe d’un train et brave 200 kilomètres dans la nature « infestée de loups » pour rentrer chez elle

Par Tom Ozimek
22 juillet 2019 Mis à jour: 22 juillet 2019
FONT BFONT SText size

Une chienne blessée a bravé plus de 160 km dans la nature, infestée d’ours et de loups, pour tenter de retrouver les gens qui l’avaient abandonnée.

« Elle a marché et couru pendant deux jours et demi », a dit au The Siberian Time, Alla Morozova, la propriétaire du chenil. « Heureusement, les ours ne l’ont pas dévorée et les loups ne l’ont pas attaquée. »

Mme Morozova avait vendu le solide bouledogue d’un an, du nom de Mura, à un couple russe il y a environ six mois.

« Je n’abandonne jamais mes chiens et quand un chien est acheté, il est stipulé que les propriétaires doivent m’informer s’ils n’en veulent plus », a dit Mme Morozova à la publication.

La propriétaire de Mura a dit qu’elle était « allergique » à l’animal et ne voulait plus de la chienne. Mme Morozova a dit qu’ils s’étaient mis d’accord pour que la chienne soit ramenée au chenil à Novossibirsk via le Transsibérien.

Cependant, après environ 200 km du trajet, au cours d’un bref arrêt dans une petite gare près d’Achinsk, la chienne a utilisé ses pattes pour ouvrir la porte du compartiment et s’est échappée.

« Sautant comme une balle », Maru s’est enfuie dans la nuit. Mme Morozova a dit que la chienne a probablement « paniquer ».

« Ses propriétaires l’avaient amenée, puis ils ont disparu quelque part », a-t-elle dit. « Le bruit du train l’effrayait. »

Lorsque les préposés du train ont été incapables de retrouver Maru, les propriétaires de la chienne ont été contactés et on leur a demandé d’aider à rechercher l’animal. Ils ont refusé.

Mme Morozova a dit qu’ils « n’étaient pas du tout contrariés », parce qu’ils avaient donné la chienne et n’en étaient plus responsables. La propriétaire du chenil a alors pris l’initiative de retrouver la chienne disparue en affichant des messages et en distribuant des dépliants.

La chienne disparue a été retrouvée deux jours et demi plus tard dans une zone industrielle de Krasnoyarsk, à proximité de l’endroit où elle vivait avec ses propriétaires.

Mme Morozova a dit que Maru avait des blessures au museau et aux coussinets de ses pattes.

Les bénévoles qui l’ont sauvée ont dit qu’elle était épuisée et qu’elle avait « même les larmes aux yeux ».

Le Siberian Times a rapporté que Maru a été transportée au chenil à Novossibirsk et était soignée pour ses blessures.

Réactions

Le Daily Mail a publié l’article sur sa page Facebook, suscitant de nombreux commentaires.

« Cette histoire m’attriste et j’espère qu’elle trouvera une nouvelle famille merveilleuse qui ne l’abandonnera jamais », a écrit une personne.

« J’ai adopté un chien abandonné par ses maîtres qui l’avaient depuis qu’elle était jeune », commente quelqu’un d’autre. « Parfois, je vois une tristesse en elle, qu’elle cherche encore son ancienne famille. Elle avait 6 ans lorsqu’elle a été abandonnée dans leur ancienne maison. Je suis triste pour elle, mais on l’aime tellement. Nous espérons regagner sa confiance et lui faire connaître son foyer PERMANENT ! »

« J’espère sincèrement que la propriétaire du chenil gardera cette brave chienne. Une chienne si courageuse vaut la peine d’être élevée pour la reproduction », a dit un autre.

Une chienne « pleure » tous les soirs en attendant son adoption

L’histoire de Maru rappelle le cas d’une photo affichée il y a plusieurs années par la High Plains Humane Society à Portales, au Nouveau-Mexique, d’une chienne apparemment très triste à son refuge.

Selon les rapports précédents, la chienne avait été abandonnée par sa famille et attendait d’être adoptée.

La photo montre une chienne qui pleure, soulignant la situation pitoyable d’un animal enfermé dans un refuge et abandonné par ses propriétaires.

Le rapport note que, puisque les chiens ne pleurent pas des larmes de tristesse comme le font les humains, le liquide indique probablement un problème oculaire.

Mais les larmes ont attiré l’attention des amoureux des animaux et les offres d’adoption se sont rapidement multipliées.

La chienne a été adoptée et la Société protectrice des animaux a affiché la bonne nouvelle sur sa page Facebook, et a reçu des commentaires enthousiastes.

« Merci pour l’adoption », a écrit une personne. « Elle mérite d’avoir une famille et de l’amour. »

« Bénis soient tous ceux qui adoptent », a écrit un autre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé