Une chanteuse d’opéra mexicaine décide de venir en aide aux victimes de la pandémie et devient assistante médicale

29 novembre 2021 Mis à jour: 29 novembre 2021
FONT BFONT SText size

Une jeune femme promise à une carrière de chanteuse d’opéra a vu ses progrès interrompus avec l’arrivée du Covid-19. Cependant, loin de désespérer, elle a décidé d’obtenir une certification d’assistante médicale et de faire partie du personnel de première ligne pour lutter contre la pandémie mondiale.

Fille de parents mexicains, Angie Villela, 19 ans, est née et a grandi à Los Angeles, une ville à forte présence hispanique aux États-Unis. Lorsqu’elle était encore très jeune, ses parents ont découvert son talent musical.

« Ma mère m’a vu jouer du violon un jour […] et m’a demandé : ‘Où as-tu appris à jouer comme ça ?' », se souvient Angie dans une interview accordée à CNN.

Comme beaucoup d’enfants doués, Angie a appris à jouer de l’instrument en observant son frère, qui étudiait alors au Conservatoire de musique de Los Angeles (The Colburn School of Performing Arts).

(Avec l’aimable autorisation d’Angie Villela)

Sa famille a donc décidé de soutenir son talent et, à l’âge de 8 ans, elle est montée sur sa première scène pour chanter de la musique traditionnelle mexicaine, un événement qui allait confirmer à un si jeune âge sa volonté de consacrer sa vie à cet art, pour lequel elle allait étudier « très dur », pour devenir une chanteuse professionnelle.

« J’ai su dès cet instant que j’aimais la scène… je me suis sentie très heureuse », a avoué Angie.

Elle est devenue l’une des premières Latinas à obtenir une bourse d’études pour étudier à la Colburn School of Performing Arts, où elle a pu développer en un temps record la technique vocale italienne du bel canto qui lui a donné sa voix de soprano, la voix féminine la plus haute de l’opéra, avec le registre le plus élevé de la voix humaine.

Bien qu’elle n’ait jamais abandonné le chant avec les mariachis, cette chanteuse talentueuse a commencé à participer à des concours d’opéra dès l’âge de 15 ans, et à 16 ans, elle a été invitée à enseigner au Pérou et à Cuba. Elle a également été envoyée par la Colburn School en Turquie, en Russie et en Bulgarie pour participer à des représentations d’opéra, selon le journal La Opinión de Los Angeles.

Bien qu’elle n’ait pas grandi au Mexique, la jeune femme est profondément liée à la culture mexicaine par ses parents et sa grand-mère maternelle, qui, à l’âge de 80 ans, l’a accompagnée dans ses voyages autour du monde. Elle était fière d’être la seule représentante des pays d’Amérique latine dans plusieurs compétitions internationales.

(Avec l’aimable autorisation d’Angie Villela)

Dans une interview d’avril 2019 pour la Colburn School, son ancienne école, Angie a parlé de ses projets d’avenir, sans savoir que son destin, comme celui de milliers d’autres personnes à travers le monde, allait changer avec l’arrivée du virus du PCC, l’agent pathogène à l’origine du Covid-19.

« À l’avenir, je veux absolument étudier à l’université. Je veux étudier le chant. Je veux devenir la prochaine Anna Netrebko. C’est sûr que je veux étudier avec les meilleurs, je veux voyager, je veux me produire, je veux aussi pouvoir enseigner », a déclaré Angie.

La carrière professionnelle d’Angie en tant que chanteuse d’opéra s’est soudainement arrêtée, tout comme celle de ses collègues, qui ont sombré dans « la dépression et le désespoir de ne pas avoir de travail » et de ne pas pouvoir communiquer directement avec le public.

Angie Villela a autorisée la diffusion de cette vidéo.

Ce fut « comme si le monde s’était écroulé », se souvient la jeune femme, qui chante en six langues et joue du violon et du piano. « Je venais d’auditionner pour entrer dans un conservatoire à Chicago, et je devais faire un voyage en Pologne et en Autriche, mais tout a été annulé. »

Ne pouvant plus continuer à monter sur scène, Angie a décidé de terminer son éducation de base en ligne. Comme elle est fille de médecins et que son père travaille dans un laboratoire clinique, elle a toujours été consciente des ravages provoqués par le virus dans la société et ne pouvait pas les ignorer.

« Je voulais faire preuve d’initiative et aider ceux qui souffraient du virus », a-t-elle déclaré à CNN.

Pour le faire dans les règles de l’art, la courageuse jeune femme a décidé d’étudier et d’obtenir un diplôme d’assistante médicale et d’assistante de laboratoire, pour être en mesure de travailler en première ligne dans ce combat pour sauver des vies.

« Je suis allé travailler dans différents hôpitaux, en première ligne pour lutter contre le Covid-19. J’y suis entré au mois de décembre, lorsque le nombre de cas était le plus élevé, avec 600 patients par jour », a-t-elle déclaré à La Opinión.

(Avec l’aimable autorisation d’Angie Villela)

Le travail d’Angie dans les hôpitaux consistait principalement à réaliser des tests Covid-19.

« C’était très difficile parce que nous avons dû perdre les mariachis, les musiciens qui m’ont baptisé au début de ma carrière, et beaucoup d’êtres chers », a expliqué Angie.

En même temps, elle pense que tous les changements provoqués par la pandémie l’ont fait mûrir. Chaque jour doit être vécu comme si c’était le dernier.

« Je me suis imaginée dans un opéra, en train de chanter, pour le reste de ma vie », a déclaré Angie à CNN. « Et maintenant, je viens en aide aux patients… Je suis heureuse quand quelqu’un s’en sort. »

Et elle prend au sérieux son changement de carrière radical. Elle continue à travailler à temps partiel dans le milieu médical et est étudiante en sciences cliniques et en génie chimique à Cal State Dominguez Hills.

La volonté d’Angie de poursuivre son activité est aussi forte que son amour pour l’opéra et les mariachis mexicains. Elle avoue que personne ne pourra lui enlever la joie de chanter. Elle continuera donc à monter sur scène.

(Avec l’aimable autorisation d’Angie Villela)

« Les entendre vous remercier de rendre hommage aux enfants et aux personnes que nous avons perdus, en chantant n’a pas de prix », a-t-elle confié.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé