Une athlète mexicaine remporte la médaille d’or aux championnats du monde après avoir vendu des sandwichs pour pouvoir s’entraîner

26 novembre 2021 Mis à jour: 26 novembre 2021
FONT BFONT SText size

Surmontant tous les obstacles, Sofia Ramos Rodriguez, une athlète de haut niveau originaire du Mexique, a remporté la médaille d’or aux championnats du monde d’athlétisme U-20 à Nairobi, au Kenya. Elle vise désormais les Jeux panaméricains et les Jeux olympiques de Paris 2024.

À tout juste 18 ans, Sofia Ramos Rodriguez s’est qualifiée pour les Championnats du monde d’athlétisme des moins de 20 ans de Nairobi 21, le 21 août à Nairobi, au Kenya, en Afrique. Elle a remporté la médaille d’or dans la catégorie des 10 km et, chose incroyable, a franchi la ligne d’arrivée 80 secondes avant la Française Maere Biré-Heslouis, qui a remporté la médaille d’argent.

Cependant, s’y rendre n’a pas été une tâche facile. Pour s’en sortir, la jeune femme a dû non seulement s’entraîner dur avant et pendant la pandémie, mais aussi travailler avec sa famille pour joindre les deux bouts.

Après avoir remporté ses premières Olympiades nationales en 2016, Sofia a commencé à s’entraîner au Centre national de développement des talents sportifs et du haut rendement (CNAR), un internat géré par la Commission nationale des sports (Conade), selon El País.

Mais en raison de la fermeture du CNAR à compter de mars 2020, la jeune athlète a dû retourner chez elle, dans la commune 17 de Junio, au nord de la ville de Nezahualcóyotl, dans l’État de Mexico. Ceci marquait la fin de son entraînement dans des conditions optimales.

Cependant, Sofia a bénéficié du soutien inconditionnel de sa famille, qui l’a accueillie à la maison. Malgré des conditions économiques défavorables, ses parents et ses sœurs aînées ont décidé de mettre en place un plan pour qu’elle puisse poursuivre son entraînement.

« Comme nous n’avions pas de budget, comme nous n’avions pas d’argent pour acheter un véhicule, comme nous n’avions pas d’argent pour qu’elle puisse continuer à s’entraîner, nous sommes allées dans les marchés, elle a vendu des chilaquiles, des hamburgers, des pommes de terre, des hot dogs, et moi j’ai vendu des tacos, pour survivre à la pandémie et elle pour continuer à s’entraîner », a déclaré Martha Patricia Rodríguez Escamilla, mère de Sofia, au média local El Universal.

« Nous sommes une famille très humble, mais très unie et très travailleuse, nous nous battons tous les jours pour avancer, mais l’humilité ne signifie pas que tu ne peux pas, au contraire, elle signifie que tu peux y arriver », a-t-elle ajouté.

D’un jour à l’autre, la jeune femme a dû troquer les pistes d’athlétisme professionnelles pour les routes non goudronnées de son domicile – situé dans une zone d’habitat précaire dépourvue de services de base – avec la ferme volonté de maintenir son rythme et de réaliser les temps requis pour accéder aux championnats du monde organisés au Kenya.

(Avec l’aimable autorisation de Sofía Ramos Rodríguez)

Bien qu’elle ait réussi, il lui restait encore un obstacle à franchir. Deux semaines seulement après s’être inscrite à la compétition, la Fédération mexicaine d’athlétisme l’a informée qu’elle ne pouvait pas payer son voyage jusqu’à Nairobi et que, si elle voulait y participer, elle devait prendre en charge ses frais de déplacement.

La mère de la jeune fille, qui a vu l’un des rêves de sa fille sur le point de s’évanouir, l’a immédiatement encouragée ainsi que toute la famille.

« Nous avons tous mis en gage ce dont nous n’avions plus besoin, et nous avons également fabriqué des sandwichs pour les vendre sur les marchés de rue. Avec ce que nous avons gagné grâce à ce travail et aux prêts accordés par nos amis et notre famille, nous avons pu acheter le billet », a déclaré Mme Rodríguez à El País.

« Je me souviens que lorsque nous l’avons acheté et qu’ils ont enregistré le nom de Sofia, nous avons dansé de bonheur », a ajouté l’heureuse mère, qui est celle qui a semé la graine du sport chez ses filles, après avoir elle-même joué au basket en amateur tout au long de sa jeunesse.

« Le sport te change la vie ; l’adrénaline provoquée par la victoire et la compétition est agréable, et j’ai toujours voulu leur transmettre cela. Depuis qu’elles sont toutes petites, je les emmène dans les parcs et les gymnases pour qu’elles puissent faire de l’exercice après l’école », dit-elle.

De même, J. Guadalupe Ramos, le père de l’athlète, a expliqué à El Universal qu’il était très fier de voir comment sa fille a réalisé ses rêves et, qui « malgré les difficultés », a remporté la médaille d’or.

« Je remercie mes parents parce qu’ils ont été à la base de tout ce que je suis et j’aimerais leur rendre la pareille avec une médaille olympique », a déclaré Sofia à Milenio.

Les prochaines étapes pour cette athlète déterminée seront les Jeux panaméricains, puis les Jeux olympiques de Paris en 2024, un voyage qu’elle ne manquera pas d’apprécier avec sa famille.

Queenatletica : « Cette histoire est tout simplement incroyable : Sofia Ramos Rodriguez, médaillée d’or aux championnats du monde U20 de marche à Nairobi, vit dans une favela et a dû payer son voyage pour aller en Afrique. »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé