Un villageois en Chine découvre par hasard une grotte de 36.000 mètres carrés vieille de 2000 ans

26 novembre 2022 Mis à jour: 26 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Les grottes de Longyou près du village de Shiyan Beicun, dans la province chinoise du Zhejiang, sont un vaste royaume souterrain, rare, et magnifique que les Chinois considèrent comme la « neuvième merveille du monde antique ». Creusées il y a au moins 2000 ans, les grottes de Longyou sont l’une des excavations antiques les plus imposantes au monde. Le mystère de leur existence laisse les scientifiques sans voix. Des archéologues, architectes, ingénieurs et géologues se sont penchés sur le mystère des grottes de Longyou et à ce jour personne ne sait dans quelle mesure ni pour quelle raison une telle construction a été entreprise.

Leur découverte par un habitant du village remonte à 1992. Depuis, ce ne sont pas moins de 36 grottes qui ont été découvertes, avec une surface totale avoisinant les 30.000 mètres carrés. Sculptée dans du limon solidifié, chaque grotte descend à près de 30 mètres sous terre. On y trouve différentes pièces, des ponts, des caniveaux et des bassins. Des piliers, répartis uniformément dans les grottes, soutiennent le plafond et les murs. Les plafonds et les colonnes sont striés de lignes parallèles creusées uniformément dans la pierre. Dans la seule grotte accessible aux visiteurs, on peut voir des gravures dans la pierre représentant des chevaux, des poissons ou des oiseaux. Face à cette énigme des grottes de Longyou, dix mystères restent inexpliqués, et ce, malgré plus de vingt ans de recherche.

Gravures découvertes dans les grottes de Longyou. (Zhangzhugang/CC BY-SA 4.0)

1. Comment ont-elles été construites ?

La charge de travail nécessaire à la construction de ces grottes est impressionnante. Par exemple, la quantité de roche creusée et retirée avoisinerait le million de mètres cubes. En tenant compte du rythme moyen avec lequel une personne peut creuser en une journée, il a été estimé qu’il aurait fallu pas moins de 1000 personnes travaillant nuit et jour pendant 6 ans pour achever le chantier. Ces calculs ne concernent que le travail relatif au creusement et à l’excavation de la roche. Ils ne prennent pas en compte le travail des sculpteurs d’un soin rare et d’une précision exceptionnelle, ce qui allonge considérablement l’estimation finale. De même, la question demeure de savoir quelles techniques et quels instruments ont été utilisés, aucun outil n’ayant été découvert à proximité. Les scientifiques ne savent pas comment une symétrie, une précision et une régularité de cette envergure sont possibles d’une grotte à l’autre.

2. Aucune trace de construction

Malgré la taille de ces grottes et les efforts nécessaires pour les créer, il n’existerait aucune trace de leur construction au niveau archéologique, et aucune trace de leur existence dans les archives historiques. Malgré le million de mètres cubes de roches déplacées, il n’existe aucune indication archéologique relative à l’endroit où toute cette quantité creusée a été déposée. D’ailleurs, rien n’indique qu’il y ait jamais eu des travaux. Plus étonnant encore, aucun document officiel n’y fait référence, ce qui est particulièrement inhabituel vue l’ampleur du projet. Le mystère est entier.

Epoch Times Photo
Les chercheurs se demandent pourquoi les murs des grottes de Longyou, en Chine, sont couverts de lignes parallèles ciselées. (Zhangzhugang/CC BY-SA 4.0)

3. Pourquoi les murs ont-ils été ciselés ?

Chacune des grottes a sur son sol et son plafond des lignes parallèles ciselées dans la roche, selon un motif identique d’une grotte à une autre. Pourquoi un tel ornement, alors même que la quantité de main-d’œuvre nécessaire et le temps passé pour y parvenir sont énormes ? Un travail aussi intensif était-il purement décoratif ? Les lignes ou les motifs sont-ils en quelque sorte symboliques ? Tout ce que l’on sait à ce jour, c’est que les marques sont similaires à celles trouvées sur des poteries conservées dans un musée voisin, qui sont datées entre 500 et 800 ans avant J.-C.

4. Absence de poissons

Lorsque les grottes ont été découvertes, elles étaient remplies d’eau, et ce, vraisemblablement depuis longtemps. Il a fallu pomper cette eau pour se rendre compte qu’il s’agissait de structures artificielles et non pas d’étangs sans fond comme on en trouve parfois dans la région. La plupart des villages du sud de la Chine disposent d’étangs très profonds, appelés « étangs sans fond » par des générations de villageois. Ces étangs regorgent de poissons faciles à attraper. Mais dans la première grotte qui a été asséchée, il n’a été trouvé aucun poisson, et aucune trace de vie.

5. Comment les grottes peuvent-elles être si bien préservées ?

C’est l’une des questions les plus intéressantes et les plus complexes. Comment peuvent-elles être dans un tel état de conservation après plus de 2000 ans ? Il n’y a aucun signe d’effondrement, pas d’amas de gravats, et aucune partie abîmée alors même que dans certaines zones, les murs ne font que 50 centimètres d’épaisseur. Au fil des siècles, la région a connu de nombreuses inondations, des calamités et des guerres, et même les montagnes ont connu des changements. Les pierres exposées aux intempéries ont été érodées, mais à l’intérieur, les formes, les motifs et les marques sont toujours très nets et précis, comme si ces grottes avaient été construites la veille.

6. Comment les bâtisseurs travaillaient-ils dans l’obscurité ?

Les grottes étant très profondes, certaines zones ne sont pas exposées à la lumière du soleil et sont totalement noires. Pourtant, même ces endroits sont décorés et leurs murs, leurs colonnes et leurs plafonds sont couverts de milliers de lignes parallèles. Comment faisaient-ils pour travailler dans le noir ? Jia Gang est professeur en ingénierie civile à l’université de Tongji. « Il devait y avoir des lampes, car l’ouverture de la grotte étant très petite, les rayons du soleil ne pouvaient entrer que sous un certain angle et seulement pendant un certain laps de temps. Plus on s’enfonce, plus la lumière devient faible. Au fond de la grotte, qui se trouve généralement à des dizaines de mètres de l’embouchure, on n’y voit presque plus rien » dit-il. Pourtant, aucun outil ni instrument n’a été trouvé qui aurait pu servir de lampe.

7. Les grottes étaient-elles censées être reliées entre elles ?

Les 36 grottes sont réparties sur une superficie d’un peu plus d’un kilomètre carré. Compte tenu d’une telle densité, on ne peut s’empêcher de se demander si certaines grottes n’étaient pas destinées à être reliées entre elles. Quel serait l’intérêt de créer autant de grottes séparées, dans un espace aussi restreint, et ne pas les faire se relier entre elles ? Pourtant, dans de nombreux endroits, le mur entre deux grottes n’est que de 50 centimètres, mais celles-ci n’ont jamais été reliées entre elles. La séparation semble donc avoir été intentionnelle. Qui plus est, de nombreuses grottes sont quasi identiques les unes aux autres.

8. Qui les a construites ?

Personne ne sait qui a construit ces grottes. Selon certains scientifiques, il n’est pas concevable que les gens du village soient à l’origine d’une entreprise aussi colossale.

Seuls l’empereur et les autorités pouvaient organiser un projet aussi gigantesque, comme ce fut le cas pour la construction de la Grande Muraille, bâtie pour se défendre contre les invasions extérieures. Mais si c’est le cas, alors pourquoi n’y a-t-il aucune trace historique de leur construction ?

Epoch Times Photo
Piliers ciselés dans le complexe tentaculaire de grottes de 30.000 mètres carrés. (Zhangzhugang/CC BY-SA 4.0)

9. Comment ont-ils pu parvenir à une telle précision ?

L’échelle des grottes de Longyou est magnifique et imposante. La conception est raffinée et scientifique. La construction est sophistiquée et la précision témoigne d’un savoir-faire supérieur. La structure, les motifs et le style sont très semblables d’une grotte à l’autre, chaque grotte étant constituée d’un grand hall, avec un côté en pente raide et un autre à 45 degrés. Les quatres murs sont droits, et les bords et les coins clairement définis. Les marques de ciselure sont uniformes et précises.

Selon Yang Hongxun, expert à l’Institut archéologique de l’Académie chinoise des sciences sociales, « les bâtisseurs ne pouvaient pas voir ce que les autres faisaient dans la grotte d’à côté. Pourtant, chacune de ces grottes devait être parallèle à celle d’à côté, sinon la paroi risquerait d’être percée. Les appareils de mesure devaient donc être très perfectionnés. Il fallait que les dimensions, les emplacements et les distances entre les grottes soient déterminés à l’avance. »

À l’aide d’équipements et de méthodes modernes, les enquêteurs ont pu mesurer la taille des murs. Ils ont constaté avec surprise que l’ensemble de la construction est extrêmement précis. Les parois entre les grottes sont de la même épaisseur quel que soit la section du mur. Alors, comment sont-ils parvenus à cette précision et quelles étaient leurs méthodes ?

Epoch Times Photo
Escaliers mènant à l’une des grottes de Longyou, autrefois submergées. (Zhangzhugang/CC BY-SA 4.0)

10. A quoi servaient-elles ?

Les scientifiques et les experts ont mené des recherches approfondies et ont avancé plusieurs explications. Mais aucune jusqu’à présent n’a pu apporter de réponses convaincantes pour expliquer leur construction et leur fonction.

Des archéologues ont suggéré que les grottes étaient soit des tombes pour les anciens empereurs, des salles impériales ou tout simplement des lieux de stockage. Mais ces interprétations sont discutables, car aucun objet funéraire n’a été trouvé et aucun artefact n’a été laissé sur place. Si les grottes avaient été utilisées comme palais impériaux, alors leur conception auraient été différentes, et certaines pièces auraient été réservées à différents usages, par exemple pour les divertissements, les réunions ou pour dormir. Mais aucun élément tangible ne permet de l’indiquer et on ne trouve aucune trace d’habitation.

Une autre hypothèse serait qu’il s’agit d’exploitation minière et d’extraction d’un certain type de ressources minérales. Mais de telles opérations minières auraient exigé un équipement approprié et des appareils permettant l’extraction et le transport des minerais. Or, encore une fois, aucune trace de telles machines n’existe, et aucun dépôt n’est répertorié. Et bien sûr, pourquoi prendre la peine de créer des décorations aussi complexes sur les murs, les colonnes et les plafonds ?

Enfin, certains ont suggéré que les grottes étaient des endroits stratégiques où les troupes de l’empereur étaient stationnées. Cela aurait permis de cacher les soldats et garder les préparatifs de guerre secrets. Cependant, ces grottes demandaient beaucoup de temps pour être construites, et les guerres surgissant généralement sans prévenir, il est peu probable que leur fonction soit militaire. De plus, aucun signe ne semble indiquer que quiconque ait vécu dans ces grottes.

Malgré plus de vingt ans de recherches, il existe très peu de réponses sur l’énigme des grottes de Longyou. Nos ancêtres ont accompli beaucoup de choses incroyables. Mais ce mystère-ci est inexpliqué.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé