Un retraité oublie son portefeuille dans un taxi, le chauffeur le lui ramène chez lui : « Je suis sidéré par son honnêteté »

9 mars 2020 Mis à jour: 9 mars 2020
FONT BFONT SText size

Après avoir accompagné son épouse à l’hôpital en taxi, un octogénaire s’est rendu compte qu’il avait laissé son portefeuille sur la banquette arrière du véhicule.

Les faits ont eu lieu il y a quelques jours à Anderlecht, une commune de près de 120 000 habitants située au sud-ouest de l’agglomération bruxelloise.

Un octogénaire prénommé Pierre accompagne son épouse Mireille à l’hôpital Érasme, où elle doit passer un examen de contrôle après s’être fracturé plusieurs os le 15 janvier. Le couple décide de se rendre au centre hospitalier en taxi.

Une fois l’examen terminé, le chauffeur ramène Pierre et Mireille à leur domicile. Il aide la vieille dame à sortir du véhicule et discute avec son mari. « On a discuté quelques minutes et puis il est parti », a expliqué Pierre aux journalistes de La Dernière Heure.

Arrivé devant la porte de son immeuble, l’octogénaire s’aperçoit qu’il a égaré ses clefs et son portefeuille.

« J’ai dû l’oublier sur la banquette arrière du taxi après avoir payé la course. Heureusement, ma femme avait ses clés donc on a pu rentrer mais j’étais paniqué, je ne savais pas quoi faire. Tout est dans mon portefeuille : ma carte bancaire, celle du Delhaize, ma carte d’identité, ma carte Stib. C’était la catastrophe », raconte Pierre.

Il téléphone ensuite à la compagnie des Taxis Verts pour les prévenir : « Je les ai appelés sans trop savoir s’ils pourraient m’aider. Je n’avais pas eu le temps de prendre le numéro de la plaque, mais ça ne coûtait rien d’essayer. »

Un épilogue heureux

Une quinzaine de minutes plus tard, la sonnette de l’appartement du couple retentit.

« C’était le chauffeur ! Il avait retrouvé mon portefeuille à l’arrière du véhicule et me le ramenait avec tout le liquide qu’il contenait. Pourtant, il avait de quoi se servir parce que j’étais passé par la banque juste avant donc j’avais retiré une centaine ou deux d’euros », souligne l’octogénaire.

« J’ai oublié son prénom… Mohamed, je crois. Il m’a rendu mon bien et il est rapidement reparti travailler. Je suis sidéré par son honnêteté, c’est très rare de rencontrer des personnes aussi intègres. Je ne sais pas comment le remercier. Je lui ai donné un petit quelque chose, mais ça ne remplace pas sa gentillesse », conclut Pierre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé