Un rappel moral : « Les Romains de la décadence » de Thomas Couture

Atteindre l'intérieur : ce que l'art traditionnel offre comme réflexion sur nous-mêmes
9 mai 2022 Mis à jour: 9 mai 2022
FONT BFONT SText size

Au cours des 200 dernières années, la civilisation occidentale a augmenté ses richesses de façon spectaculaire, mais sa moralité a-t-elle pu suivre son progrès matériel ?

Au cours de l’histoire, plusieurs empires qui étaient très prospères ont fini par s’effondrer. L’Empire romain, l’une des plus grandes civilisations connues, a fini par s’effondrer. L’artiste français du XIXe siècle Thomas Couture peut nous donner un aperçu de la chute de Rome grâce à son tableau Les Romains de la décadence.

La décadence de Rome

Les spécialistes attribuent la chute de Rome à de nombreuses causes : invasion, inflation, corruption politique, dépenses excessives, etc. Cependant, dans son tableau, M. Couture ne s’intéresse qu’à une seule chose : la moralité.

Vers la fin de leur règne, les Romains se livrent de plus en plus à des actes obscènes. La promiscuité devient la norme et des empereurs, tels que Tibère, Néron, Caligula, Elagabalus et Commode, se livrent à un comportement sexuel débridé.

Les gens du peuple agissent également sans retenue. L’augmentation du travail des esclaves entraînait une diminution du nombre d’emplois pour les citoyens romains, qui avaient alors besoin de l’aide de l’État pour vivre. Sans travail pour les occuper, les citoyens s’ennuyaient souvent, ce qui provoquait des troubles civils et des émeutes.

L’empire a commencé à organiser des jeux de gladiateurs au Colisée et au Circus Maximus pour distraire et divertir la foule indisciplinée. Ces jeux comprenaient des combats à mort et de la bestialité. Plus le divertissement était extrême, plus la foule était susceptible d’être divertie. Ce divertissement coûtait jusqu’à un tiers de la richesse de l’Empire.

Des comportements dégénérés de toutes sortes apparaissaient également dans les fêtes religieuses telles que les bacchanales, qui étaient des fêtes liées à Bacchus, le dieu de l’ivresse et du vin. Ces fêtes comprenaient des sacrifices sanglants, la promiscuité sexuelle et des actes obscènes.

Les Romains de la décadence

M. Couture a peint ce qui semble être une bacchanale. Il y a plus de 30 personnages qui participent à la fête. La scène est frénétique et les personnages sont étalés sur la toile. Certains personnages sont intimes, tandis que d’autres se poursuivent dans la fête ; certains partagent leurs gobelets de vin, d’autres s’évanouissent ivres.

« Les Romains de la décadence », 1847, par Thomas Couture. Huile sur toile ; 470 cm sur 770 cm. Musée d’Orsay, France (Domaine public)

Cependant, le tableau de M. Couture ne célèbre pas ces fêtards. Inspiré par les vers du poète romain Juvénal « Le Vice s’est abattu et venge l’univers vaincu », M. Couture critique la décadence de Rome et la disgrâce inévitable de Rome.

Selon l’artiste, Rome est devenue décadente parce qu’elle a relâché ses normes morales. La femme en blanc au milieu de la composition nous regarde et attire notre attention. Les femmes vêtues de blanc symbolisent souvent la pureté et la vertu. Ici, cependant, elle est détendue, comme si elle était ivre. L’homme derrière elle a la main sur son épaule découverte. Derrière elle, une femme glisse quelque chose dans le verre que tient l’homme.

Nous pouvons supposer que l’homme est sur le point de droguer la femme en blanc et de la violer. En tant que représentation de la vertu et de la pureté, son état de relaxation permet à toutes les bouffonneries qui l’entourent de se produire sans contrôle.

Le caractère dramatique de la scène ne laisse guère de répit à nos yeux. Cependant, l’apparence stoïque et calme des statues – très probablement de grands chefs militaires et généraux romains – contraste avec le drame qui se déroule en dessous. Quel que soit l’endroit où l’on regarde dans la composition, on remarque les statues de l’Antiquité qui regardent de haut les participants à la fête, comme pour juger leurs comportements dégénérés.

Certains des fêtards semblent se moquer des statues : l’un d’eux se tient debout, dos à nous, et porte un toast à la statue derrière lui ; un autre, à l’extrême droite de la composition, a grimpé sur une statue et lui offre de boire de sa coupe. Ces actes ne sont pas des expressions d’admiration mais de vanité.

Au bas de la composition, au milieu du jeu frénétique des personnages, un vase renversé avec des fruits et des fleurs tout autour nous rappelle qu’il s’agit d’une peinture « vanitas ». Ce style de peinture comprend souvent des objets mondains tels que des bougies usagées, du vin renversé et quelques crânes. M. Couture essayait de nous rappeler les dangers de la vanité, que ces plaisirs sont éphémères, et que nos vies sont mieux utilisées à essayer de comprendre la moralité et de vivre selon elle.

Outre les statues, deux philosophes à droite de la composition semblent également juger les fêtards. Le fait qu’ils soient entièrement vêtus les distingue de la plupart des autres personnages. Représentant la pensée rationnelle et critique au milieu de l’insouciance irrationnelle, ils regardent l’événement avec dédain.

Pratiquer la moralité

Nous entendons souvent dire que ceux qui ne connaissent pas l’histoire sont condamnés à la répéter. Le tableau de M. Couture fournit une interprétation visuelle de l’immoralité historique. Il l’a peint pour mettre en garde la société française du XIXe siècle contre les dangers de ses excès ; et ici, cela nous parle aujourd’hui.

Je pense que ce tableau peut servir à nous rappeler que nous devenons bons dans ce que nous pratiquons, et que nous devons donc nous assurer que nous pratiquons les bonnes choses.

Et quelles sont les choses que nous devons pratiquer ? Les bacchanales étaient un festival d’irrationalité, de ferveur émotionnelle et de comportement décadent. M. Couture voudrait que nous pratiquions le contraire.

Les philosophes sur le côté droit de la composition représentent la pratique de la pensée rationnelle et de l’esprit critique utilisés pour contempler des vérités profondes tandis que les statues stoïques qui entourent les personnages représentent la force et la maîtrise de soi. Ainsi, devrions-nous pratiquer la pensée critique, la maîtrise de soi et la recherche de vérités profondes ?

Les éléments de vanité au bas de la composition suggèrent que nous perdons trop de temps à rechercher des gains matériels ou des plaisirs éphémères. Nous devrions plutôt reconnaître que notre temps sur terre est limité, et pratiquer la moralité, car nos comportements dégénérés collectifs pourraient conduire à la fin de notre grande prospérité.

Les arts traditionnels contiennent souvent des représentations et des symboles spirituels dont la signification peut être perdue pour nos esprits modernes. Dans notre série « Atteindre l’intérieur : ce que l’art traditionnel offre comme réflexion sur nous-mêmes », nous interprétons les arts visuels d’une manière qui peut être moralement perspicace pour nous aujourd’hui. Nous ne prétendons pas fournir des réponses absolues aux questions auxquelles les générations ont été confrontées, mais nous espérons que nos questions inspireront un voyage de réflexion dans le but de devenir des êtres humains plus authentiques, plus compatissants et plus courageux.

Eric Bess est un artiste figuratif en exercice et est candidat au doctorat à l’Institut d’études doctorales en arts visuels (IDSVA).

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé