Un orang-outang a perdu ses deux bras en s’échappant de sa captivité et fait un retour inspirant dans le sanctuaire de la forêt

17 août 2020 Mis à jour: 17 août 2020
FONT BFONT SText size

La sauvegarde de leur habitat dans la forêt tropicale sauvage est d’une importance vitale pour les orangs-outans des îles de Bornéo et de Sumatra.

Au fil des ans, les interactions entre l’homme et les singes ont fait de nombreuses victimes alors que ces forêts disparaissent.

Un singe qui a perdu ses bras en s’échappant de sa captivité retrouve maintenant son chemin vers la forêt tropicale.

En 2009, à l’âge de 4 ans, un orang-outan nommé Kopral s’est échappé d’une cage où il avait été cruellement emprisonné comme animal de compagnie. Ce faisant, il a alors escaladé un poteau électrique, s’est agrippé à des fils électriques et a été électrocuté, perdant finalement ses deux bras à cause de ses blessures.

Kopral a été secouru et réhabilité par l’organisation à but non lucratif Borneo Orangutan Survival (BOS) et a obtenu un diplôme de l’école de la forêt, un programme de formation destiné à le préparer à un retour à la vie sauvage.

Kopral lorsqu’il est arrivé au sanctuaire alors qu’il était bébé. (Caters News)

La BOS a constaté avec regret la façon dont le singe blessé avait été traité. Pensant que Kopral allait mourir de ses blessures, ses « propriétaires » avaient attendu une semaine avant de l’amener au programme de réintroduction des orangs-outans de Kalimantan Est de BOS.

Lorsque Kopral est arrivé, les employés du BOS ont été atterrés de voir l’étendue de ses blessures. « Les blessures qu’il avait subies étaient horribles. Son bras droit n’avait plus de chair, seulement des os, et son bras gauche ainsi que ses deux jambes étaient aussi brûlés », explique leur site.

Mais Kopral a montré qu’il était un combattant et qu’il n’abandonnerait pas malgré les difficultés. Après avoir soigné ses blessures, les employés l’ont aidé à apprendre à vivre avec son handicap.

Kopral quand il était plus jeune, apprenant à se nourrir. (Caters News)

Les orangs-outans sont par nature des créatures arboricoles qui passent toute leur vie en hauteur dans les arbres. Ils passent la plupart de leur temps à chercher de la nourriture, en particulier leurs fruits frais préférés, et à construire des nids, dans lesquels ils dorment une seule nuit avant de partir dans un autre endroit et de tout recommencer.

Bien sûr, pendant qu’ils font cela, les orangs-outans doivent aussi être capables d’éviter les ravisseurs humains et les prédateurs naturels, notamment les tigres de Sumatra et les panthères nébuleuses. Comment Kopral serait-il capable d’accomplir ces tâches fondamentales de son espèce sans bras ?

Même sans bras, Kopral peut grimper aux arbres sans aucun problème. (Caters News)

Le défi était double : faire en sorte que Kopral utilise ses jambes pour compenser son manque de force dans les bras et lui fournir un habitat adéquat pour qu’il puisse s’épanouir. Mais Kopral avait une volonté de fer pour réussir et a surpris le personnel de l« école de la forêt ».

« Kopral a dépassé tous les espoirs et toutes les attentes. Il est maintenant un individu joyeux et indépendant dont la résilience, les compétences pour faire des nids et son attitude « capable de faire » dans la vie font de lui un modèle pour ses pairs », indique le site web.

Bien que ses blessures l’empêchent d’être introduit dans un habitat entièrement sauvage, Kopral a ce qu’il y a de mieux dans sa condition : une vie permanente au sanctuaire de l’île de Samboja Lestari où il peut courir librement et se nourrir dans une forêt protégée.

Kopral grimpe à un arbre sans trop de difficulté en utilisant seulement ses jambes. (Caters News)

Encore plus surprenant, Kopral a trouvé un ami lors de sa réhabilitation en 2012. Un orang-outan nommé Shelton a été amené au sanctuaire de Samboja Lestari à l’âge de 6 ans après avoir été gravement battu et blessé par balle par des villageois hostiles.

Les deux singes ont été maltraités par des humains, mais leur volonté de surmonter leurs handicaps fait qu’ils ont quelque chose en commun. « Kopral et Shelton se sont trouvés, des individus semblables qui sont maintenant les meilleurs amis », explique la BOS.

Malheureusement, de plus en plus d’orangs-outans sont confrontés à des situations comme celle de Kopral et de Shelton alors que la déforestation pour la plantation de palmiers à huile et de bois à pâte se poursuit à un rythme alarmant. Cependant, des organisations comme BOS travaillent avec les agriculteurs locaux et les gouvernements malaisien et indonésien pour assurer une place à ces magnifiques singes.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé