Moselle : un militaire tué par un de ses camarades au camp de Bitche, le tueur présumé mis en examen

5 juillet 2022 Mis à jour: 5 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Le parquet de Metz a ouvert une information judiciaire pour « assassinat » après le décès d’un militaire âgé de 25 ans tué par un de ses camarades jeudi dernier dans l’enceinte du 16e bataillon de chasseurs à pied de Bitche en Moselle.

Les faits se sont produits le 30 juin aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte dans un premier temps pour « homicide volontaire » avant d’être requalifiée en assassinat.

Le suspect également militaire, a été mis en examen et placé en détention provisoire. « Il n’a pas fait de déclaration devant le juge d’instruction », a précisé le procureur de la République, Yves Badorc. Âgé de 24 ans, ce caporal-chef du 16e bataillon de chasseurs à pied avait néanmoins reconnu les faits lors de sa garde à vue, a ajouté le magistrat.

Selon les premiers éléments de l’enquête, ce militaire « nourrissait un fort ressentiment à l’égard de la victime », première classe de 25 ans, a indiqué M. Badorc.

Usage d’une arme à feu et d’un couteau

Selon le parquet, « les premières constatations médico-légales confirment l’usage d’une arme à feu et d’un couteau ». Une vingtaine de témoins ont déjà été entendus et une autopsie doit avoir lieu la semaine prochaine, a précisé le procureur.

L’enquête avait été confiée à la section de recherches de Metz et à la brigade de recherche de gendarmerie de Sarreguemines.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé