Un Indien meurt après avoir été attaqué par sa volaille alors qu’il se rendait à un combat de coqs

Par Wire Service Content
25 janvier 2020 Mis à jour: 25 janvier 2020
FONT BFONT SText size

Un Indien est mort après s’être battu avec son coq — alors qu’il se rendait à un combat de coqs.

Saripalli Chanavenkateshwaram Rao, 50 ans, a été lacéré au cou par une lame attachée à la griffe de son coq le 15 janvier. Un porte-parole de la police a déclaré à CNN que le père de trois enfants avait été emmené à l’hôpital, où il est mort plus tard d’une attaque.

Rao, qui vivait dans le village de Pragadavaram, dans l’État d’Andhra Pradesh, au sud de l’Inde, était un habitué des combats de coqs locaux et se rendait à une compétition pour faire entrer son coq dans la compétition, lorsque la volaille a tenté de s’échapper, a déclaré l’officier du poste de police Kranti Kumar.

Les combats de coqs sont illégaux en Inde depuis 1960. Cependant, les combats d’animaux continuent à être un problème dans le pays, selon Gauri Maulekhi, administrateur de la Fondation indienne des animaux domestiques.

« Les infractions ont été très clairement expliquées aux autorités du district et de l’État, mais elles ont choisi de fermer les yeux sur ce problème. Ce n’est pas seulement pour le divertissement que ces combats d’animaux sont organisés, mais c’est (aussi) à cause des lourds paris et jeux d’argent qui se déroulent dans le cadre de ces événements », a déclaré M. Maulekhi.

L’officier Kumar a déclaré que le combat de coqs local s’était déroulé sans aucune arrestation.

Un jugement de la Cour suprême de 2014 a clarifié l’illégalité des combats d’animaux en vertu de la loi indienne sur la prévention de la cruauté envers les animaux. En 2015, M. Maulekhi a utilisé ce jugement pour intervenir dans une requête de la cour d’État visant à lever l’interdiction des combats de coqs – et l’interdiction a été maintenue.

« Je ne pense pas que la culture ait quoi que ce soit à voir avec cela – c’est purement un jeu d’argent, et l’hystérie prend le dessus sur la raison et la logique de sorte que ni le bien-être de l’animal ni celui du peuple ne suffisent pour l’arrêter », a regretté M. Maulekhi.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé