Un homme voit des chiens emballés dans des sacs et vendus pour leur viande, il sait alors exactement quoi faire

Par Robert Jay Watson
19 juillet 2019 Mis à jour: 19 juillet 2019
FONT BFONT SText size

Alors que pour la plupart des gens en Amérique du Nord ou en Europe, l’idée de manger des chiens est tout à fait horrible, cette pratique n’est pas inconnue chez une minorité de personnes qui se trouvent dans plusieurs grands pays d’Asie, notamment en Chine, en Corée du Sud, au Vietnam.

Mais les mentalités à l’égard du commerce de la viande canine ont considérablement changé au cours des dernières années. Les gouvernements sévissant contre ce commerce, surtout en réponse aux accusations selon lesquelles les vendeurs de viande animale enlèvent des chiens dans la rue et même chez les gens pour les vendre. Ce qui est encore plus important, c’est que des gens ordinaires en Chine prennent des mesures pour sauver les chiens destinés au hachoir à viande.

Comme Xingyi Danielle, une jeune Singapourienne dont le père travaille en Chine, l’a raconté sur Twitter, elle et son père ont vu un groupe d’hommes dans une ruelle avec un groupe de chiens vivants qu’ils vendaient pour leur viande. Xingyi Danielle a été particulièrement choquée parce qu’elle n’avait jamais rencontré quelqu’un en Chine qui mangeait des chiens. Les pauvres toutous étaient enveloppés dans des sacs où ils ne pouvaient pas bouger et à peine respirer.

Elle et son père ont été consternés de voir cela et ont décidé d’agir. Pour environ 90 euros, son père a réussi à acheter un des chiens aux vendeurs. Il aurait évidemment aimé pouvoir en prendre plus, mais comme Xingyi Danielle l’a dit à The Dodo, « son environnement n’est pas adapté aux chiens et il n’a pas pu en acheter plus ».

Certaines personnes ont exprimé leur surprise que le chien, que son père a appelé Lucky, n’ait pas essayé de s’échapper ou de se défendre. Comme Xingyi Danielle l’a expliqué sur Twitter, « ils l’ont vendu dans un sac en plastique à mon père et le chien n’a pas réagi du tout [car il] a dû être traumatisé par ces vendeurs ! ».

Malheureusement, Lucky n’avait pas le droit de vivre dans l’immeuble du père de Danielle, alors son père l’a amené à son bureau. Le petit chien appréciait sa nouvelle liberté, mais il a aussi fait pas mal de dégâts en mâchant des choses ; Xingyi Danielle pensait qu’il était peut-être assez jeune pour faire ses dents.

« Les collègues de mon père se plaignent du désordre que Lucky est en train de créer, mais il fait toujours de son mieux pour lui offrir un bon environnement », a-t-elle dit à The Dodo.

Depuis les premières photos de Lucky attaché dans un sac en filet jusqu’au chien souriant et haletant dans un jardin, ce sauvetage a fait un long chemin. Quant à Xingyi Danielle, elle a été très impressionnée par le geste de son père.

« J’étais très fière, pour être honnête », dit Xingyi Danielle à The Dodo, sachant que les actions opportunes de son père avaient sauvé au moins un chien du massacre. Bien que le père de Danielle n’ait pas pu garder Lucky à long terme puisqu’il a déjà deux chiens à la maison, il a pu le placer chez un ami de confiance qui a donné à Lucky le foyer pour la vie qu’il mérite.

Les attitudes à l’égard de la consommation de viande de chien et de chat ont changé radicalement au cours des dernières décennies en Chine et ailleurs en Asie. Le tristement célèbre festival de la viande de chien de Lychee, qui a lieu chaque été à Yulin dans la province du Guangxi, a fait l’objet de critiques massives au pays et à l’étranger avec plus de 1,5 million de signatures sur une pétition parrainée par la Société internationale pour la protection des animaux (Humane Society International) demandant son interdiction.

Comme l’a dit Peter Li, expert en politique chinoise pour la Humane Society, à The Dodo« des millions de chiens et de chats sont volés chaque année, y compris des animaux de compagnie, et transférés à des milliers de kilomètres à travers la Chine pour être massacrés à mort les uns après les autres », afin de fournir la nourriture pour les tentes alimentaires du festival.

Heureusement, une étude menée par le gouvernement de Yulin en collaboration avec la Humane Society en 2016 a montré que la grande majorité des habitants de Yulin (72 %) ne mangent pas régulièrement de la viande de chien. Comme l’a noté Peter Li, « la vérité est que manger du chien et du chat ne fait pas partie de la pratique culinaire la plus populaire en Chine, même à Yulin, où se déroule le festival de la viande canine ».

Des militants chinois des droits des animaux, soutenus par la grande majorité des Chinois, qui n’ont jamais consommé de viande de chien ou de chat, ont réussi à intercepter certaines expéditions et à sauver les chiens, avec l’aide et le financement de la Humane Society.

La bravoure de ces populations locales face au vol cruel d’animaux domestiques et de vagabonds dans les rues a donné à beaucoup l’espoir que le festival de Yulin disparaîtra un jour.

Et tout commence avec les actions des particuliers, comme Xingyi Danielle et son père, qui ont donné à Lucky le nouveau souffle de vie qu’il méritait !

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé