Un homme âgé tente de se suicider après s’être vu refusé un traitement contre le coronavirus

21 février 2020 Mis à jour: 21 février 2020
FONT BFONT SText size

Un homme âgé souffrant des symptômes du coronavirus (COVID-19) s’est presque enlevé la vie après avoir été incapable d’obtenir un traitement rapidement. Sa fille a déclaré que le bureau communautaire en charge d’organiser les visites à l’hôpital pour les patients atteints de coronavirus ne l’a fait admettre à l’hôpital qu’après qu’il eut tenté de se suicider.

Mme Zhang s’est entretenue avec l’édition chinoise d’Epoch Times au sujet de l’épreuve que son père à dû endurer pour obtenir un traitement médical.

Le 18 janvier 2020, Mme Zhang a quitté Pékin pour retourner dans sa ville natale et célébrer le Nouvel An lunaire avec ses parents, vivant dans le district de Qingshan, de la ville de Wuhan. Son père était malade et présentait des symptômes de type grippal. Elle venait tout juste d’entendre parler du mystérieux virus qui commençait à se répandre dans la ville.

« J’ai été informée de l’épidémie à Wuhan par un collègue avant d’y retourner », a déclaré Mme Zhang à l’édition chinoise d’Epoch Times, le 12 février. « Je ne l’avais pas pris au sérieux, car il n’y a pas de nouvelles de l’épidémie. Mes parents n’étaient même pas au courant de la situation. »

« Je portais un masque en rentrant chez moi, et j’ai vu quelques personnes avec des masques en descendant du train. Même à la gare de Pékin, seuls quelques jeunes, qui lisaient probablement les nouvelles, portaient des masques. C’était surtout les médias étrangers qui rendaient compte de l’épidémie à l’époque. »

Wuhan est l’épicentre du nouveau coronavirus (COVID-19).

La santé de M. Zhang s’est détériorée après plusieurs visites à l’hôpital. Un scanner a révélé qu’il présentait des symptômes du coronavirus, mais cela n’a pas été confirmé par un test de diagnostic. Il a été renvoyé chez lui au lieu d’être admis à l’hôpital.

Tentative de suicide

Pendant dix jours, M. Zhang a attendu chez lui — avec une forte fièvre — que le personnel du bureau de sa communauté prenne les dispositions nécessaires pour son admission à l’hôpital. Les médicaments qui lui ont été prescrits n’ont pas aidé à soulager ses symptômes.

« Mon père est d’abord allé dans un grand hôpital le 1er février, et le scanner a montré des infections dans ses poumons. Il a ensuite commencé à se rendre à l’hôpital n° 9 tous les jours du 2 au 5 février, où les médecins ne lui donnaient que des médicaments et des injections. Ça faisait dix jours qu’il avait de la fièvre et qu’il attendait désespérément », a déclaré Mme Zhang.

« Ce fut un tourment pour lui d’aller à l’hôpital. Il y arrivait à 15 heures et faisait la queue pendant 3 heures afin de recevoir une injection. Il faisait très froid à l’intérieur de l’hôpital et les gens autour de lui toussaient beaucoup — beaucoup de gens étaient en mauvais état. Tout son corps était glacé après être rentré de l’hôpital à pied. À cause de ces quatre jours de souffrance, nous ne voulions pas qu’il retourne à l’hôpital. »

Mme Zhang et sa mère se sont isolées dans différentes pièces de la maison pour ne pas être infectées par le virus.

Inquiète pour son mari, la femme de M. Zhang pleurait fréquemment et commençait à souffrir d’une légère dépression et de nuits blanches.

M. Zhang se sentait comme un fardeau pour sa famille. Il a ensuite tenté de s’enlever la vie.

« Il y avait plus d’une coupure sur son poignet, elles étaient toutes profondes et longues », a déclaré la fille M. Zhang.

C’est sa femme qui lui a sauvé la vie en l’empêchant de se suicider alors qu’elle l’a visité dans sa chambre.

Mme Zhang a déclaré : « Deux jours après sa tentative de suicide, mon père a eu l’occasion de passer un test de séquençage de gènes. »

« Notre bureau communautaire [du district de Qingshan] n’a pas fourni l’autorisation nécessaire pour aider mon père à être diagnostiqué rapidement ou à l’amener à l’hôpital en temps voulu », a-t-elle ajouté.

Les résultats ont été publiés le 8 février. M. Zhang a été déclaré positif pour le nouveau coronavirus. « Il était dans l’angoisse », a déclaré Mme Zhang. La famille ne pouvait qu’essayer de le réconforter.

« Maintenant, je ne sais pas ce que je vais faire. Beaucoup de familles souffrent plus que nous », a déclaré Mme Zhang.

Une maison de soins est utilisée pour la quarantaine

Mme Zhang a souligné qu’un grand nombre de personnes diagnostiquées ne sont pas hospitalisées ni mises en quarantaine. « Ceux qui meurent chez eux sont envoyés directement au crématorium — il y en a beaucoup qui ne sont pas testés et ne reçoivent pas de traitement médical. Ces personnes sont exclues du bilan des décès officiels. »

Elle a ajouté que de nombreuses personnes sont envoyées dans un centre de soins pour personnes âgées pour être mises en quarantaine.

« Dans ces endroits, les patients ne reçoivent ni injections ni médicaments. Chaque membre du personnel médical est responsable de plus de 80 patients. L’équipement est insuffisant, et même la nourriture n’est pas fraîche », a déclaré Mme Zhang.

« Le bureau communautaire [du district de Qingshan] est maintenant responsable de tout, y compris de planifier des hospitalisations, le d’exécuter le traitement médical et de rapporter les cas graves. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé