Un groupe juridique intente un procès pour contester plus de 200.000 bulletins de vote en Géorgie

27 novembre 2020 Mis à jour: 27 novembre 2020
FONT BFONT SText size

Un groupe de juristes a déposé mercredi une plainte alléguant que plus de 100 000 votes illégaux ont été comptés en Géorgie, alors que des dizaines de milliers de votes légaux n’ont pas été comptabilisés.

Selon la poursuite, le nombre estimé de ces votes dépasse 200 000.

« En raison de ces irrégularités, personne ne sait qui a vraiment gagné l’élection présidentielle en Géorgie. Ainsi, le résultat de l’élection devrait être annulé et la nomination des électeurs devrait revenir à la législature de l’État, comme le prévoit l’article II de la Constitution des États-Unis », peut-on lire dans le document de 28 pages.

Le projet Amistad de la société Thomas More a intenté ce procès au nom de John Wood, président de L’Alliance des électeurs de Géorgie.

Le groupe juridique s’est appuyé sur les données de Matthew Braynard, un analyste qui a fait des recherches sur les résultats des élections menées dans les États clés. Le Dr Qianying Zhang a fourni un rapport complémentaire fondé sur l’extrapolation statistique de l’analyse des données de M. Braynard.

Selon M. Braynard, plus de 138 000 citoyens de Géorgie ont voté là où ils ne résidaient pas, quelque 20 000 bulletins de vote par correspondance ont été sollicités sans que la personne identifiée dans la base de données de Géorgie ne l’ait demandé, et plus de 20 000 personnes résidant hors de l’État ont voté en Géorgie.

En outre, 43 688 votes légaux n’auraient pas été comptabilisés.

« Le nombre de bulletins de vote potentiellement frauduleux que nous avons identifiés en Géorgie est plus de 15 fois supérieur à la marge séparant Donald Trump et Joe Biden. Cette découverte compromet l’intégrité de l’élection générale », a déclaré Phill Kline, directeur du projet Amistad, dans un communiqué.

« Les divergences que nous avons identifiées sont dues en grande partie au fait que certains fonctionnaires chargés des élections ont agi avec une plus grande fidélité aux exigences des investisseurs privés qu’aux lois énoncées par les représentants du peuple à l’Assemblée générale. »

Selon le procès, les manquements à la bonne conduite de l’élection ont été encouragés et facilités par le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, grâce à une organisation de gauche appelée Center for Tech and Civic Life (centre pour la technologie et la vie civique).

Le secrétaire d’État de Géorgie, Brad Raffensperger, un républicain, n’a pas répondu à la plainte. Son bureau n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Selon les résultats officiels des élections en Géorgie, le candidat démocrate Joe Biden a remporté l’État avec 13 330 voix d’avance sur Donald Trump.

La Géorgie a procédé à une vérification manuelle après l’élection compte tenu de la faible marge obtenue. Cette vérification a permis de découvrir des milliers de bulletins non comptabilisés, qui étaient principalement attribués à Trump. Ces découvertes ont réduit l’avance de Biden d’environ 1 400 voix.

Les employés de Géorgie se sont engagés dans un second décompte, conformément à la demande de l’équipe de la campagne de Trump.

Le recomptage est nécessaire pour garantir « que chaque aspect de la loi de l’État de Géorgie et de la Constitution américaine soit respecté afin que chaque vote légal soit comptabilisé », a déclaré l’équipe de la campagne dans un communiqué.

D’autres procès importants sont envisagés en Géorgie.

Dans l’un d’eux, l’avocat Lin Wood souhaite obtenir des informations sur une prétendue rupture de canalisation dans le comté de Fulton le jour du scrutin, qui aurait été à l’origine d’un retard de deux heures dans le décompte des voix. L’avocat Wood veut bloquer la certification des résultats de l’élection. Un appel dans cette affaire a été accordé mercredi.

Focus sur la Chine – Un crash de +40 voitures provoque un incendie en Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé