Un employé d’Hydro-Québec arrêté, accusé d’espionnage pour la Chine

18 novembre 2022 Mis à jour: 18 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Un employé d’Hydro-Québec a été arrêté pour avoir prétendument transmis des secrets commerciaux à la Chine, selon la GRC.

Yuesheng Wang, 35 ans, de Candiac, au Québec, aurait obtenu des secrets industriels « au profit de la République populaire de Chine, au détriment des intérêts économiques du Canada », a déclaré un porte-parole de la GRC lors d’une conférence de presse le 14 novembre.

« M. Wang a été accusé d’espionnage pour avoir obtenu des secrets commerciaux dans le cadre de ses fonctions à Hydro-Québec », a déclaré l’inspecteur David Beaudoin. « C’est la première fois qu’une telle accusation est portée au Canada ».

M. Wang fait face à quatre accusations liées à l’espionnage, soit : obtention de secrets commerciaux, utilisation non autorisée d’un ordinateur, fraude pour l’obtention de secrets commerciaux et abus de confiance d’un fonctionnaire public. Un porte-parole de la GRC a confirmé à Epoch Times que c’est l’accusation d’ « obtention de secrets industriels » qui a été retenue pour la première fois.

Selon la GRC, alors qu’il était employé par Hydro-Québec, M. Wang aurait utilisé son poste pour effectuer des recherches pour une université chinoise et d’autres centres de recherche chinois. Il aurait également publié des articles scientifiques et déposé des brevets en association avec un acteur étranger plutôt qu’avec Hydro-Québec, le fournisseur d’énergie appartenant au gouvernement provincial.

Il aurait utilisé des informations à l’insu de son employeur et sans son autorisation préalable, ce qui, selon la GRC, a causé « un préjudice à la propriété intellectuelle d’Hydro-Québec ».

L’Équipe intégrée de la sécurité nationale a commencé une enquête en août 2022 en réponse à une plainte de l’équipe de sécurité d’Hydro-Québec concernant les activités d’espionnage présumées de M. Wang, qui, selon la GRC, ont été menées entre février 2018 et octobre 2022.

« Des actions et des mesures préventives ont été prises par Hydro-Québec et la GRC pour perturber les activités de l’individu », a déclaré M. Beaudoin.

« L’ingérence d’acteurs étrangers est un sujet et une sphère d’opérations policières qui prend beaucoup d’ampleur récemment. Nous sommes de plus en plus actifs dans cette sphère parce que nous croyons que c’est un sujet qui touche directement la sécurité nationale. En raison de notre implication accrue, nous examinons beaucoup plus de dossiers que par le passé. »

Epoch Times a contacté Hydro-Québec pour obtenir des commentaires, mais n’a pas toujours pas reçu de réponse dans l’immédiat.

Le service public a déclaré dans un communiqué que M. Wang était un chercheur qui travaillait spécialisé dans les batteries avec le Centre d’excellence en électrification des transports et en stockage de l’énergie. Hydro-Québec a ajouté avoir lancé sa propre enquête avant d’informer rapidement les autorités.

« Nos mécanismes de détection et d’intervention ont permis à nos enquêteurs de porter cette affaire à l’attention de la GRC, avec laquelle nous travaillons en étroite collaboration depuis lors », a déclaré Dominic Roy, directeur principal responsable de la sécurité d’entreprise.

M. Wang travaillait comme chercheur à Hydro-Québec depuis octobre 2016, selon son profil sur ResearchGate. Avant cela, il était chercheur postdoctoral à l’Université de l’Arkansas et chercheur invité à l’Université Queen Mary de Londres. Il a étudié à l’Académie chinoise des sciences à Pékin entre 2010 et 2016.

M. Wang doit comparaître devant le tribunal de Longueuil, au Québec, le 15 novembre, pour faire face à des accusations en vertu de la Loi sur la sécurité de l’information et du Code criminel du Canada. Il est accusé d’avoir obtenu des secrets commerciaux, d’utilisation non autorisée d’un ordinateur, de fraude pour l’obtention de secrets commerciaux et d’abus de confiance par un fonctionnaire public, selon le communiqué.

La Presse Canadienne a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé