Un député républicain réclame que Bill Gates explique devant le Congrès le but de son rachat massif de terres agricoles

27 juillet 2022 Mis à jour: 27 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Le représentant Dusty Johnson (Parti républicain–Dakota du Sud) réclame que Bill Gates viennent témoigner devant la commission de l’Agriculture de la Chambre des représentants au sujet de ses acquisitions importantes de terres agricoles. À cet effet, il a adressé une lettre au président de la commission, David Scott (Parti Démocarte–Georgie).

Gates est le « plus grand propriétaire privé de terres agricoles » des États‑Unis. Il possède près de 110.000 hectares de terres agricoles réparties dans 19 États, indique la lettre du 20 juillet. En 2021, la taille moyenne des exploitations agricoles n’était que de 180 hectares, précise M. Johnson en se référant aux données du service de recherche économique du département de l’agriculture. Les terres agricoles détenues par Gates aux États‑Unis représentent une part « importante » que la commission « ne devrait pas ignorer ». Elle souhaite également que le milliardaire soit invité à comparaître pour apporter des précisions sur ses « intérêts et pratiques agricoles ».

Le Comité doit s’intéresser aux propriétés de Gates et à ses projets d’exploitation, car le milliardaire est l’un des principaux défenseurs de la viande synthétique. En 2021, Gates a déclaré que « tous les pays riches devraient opter pour du bœuf synthétique à 100% pour lutter contre le changement climatique », peut‑on lire dans la lettre.

Dans un tweet publié le 23 juillet, M. Johnson a qualifié Gates d’« adversaire déclaré » de l’agriculture traditionnelle. L’approvisionnement alimentaire mondial pourrait être menacé si Gates décidait de mettre une telle quantité de terres « hors production », a‑t‑il averti.

Les 110.000 ha de terres agricoles de Gates représentent l’équivalent en taille de la ville de Hong Kong. Ils ne représentent cependant qu’une petite fraction des quelque 370 millions d’hectares de terres agricoles aux États‑Unis.

Des hectares de terres agricoles

La lettre de M. Johnson survient alors que l’organisation de Gates, Red River Trust, a récemment reçu l’autorisation de racheter 850 ha de terres agricoles de premier choix dans le Dakota du Nord. Le procureur général de l’État, Drew Wrigley, a autorisé la vente le 29 juin. L’opération a été approuvée parce qu’elle était conforme à une loi sur l’agriculture d’entreprise, les terres étant destinées à être louées et utilisées par les agriculteurs.

Lors d’un entretien avec NTD, Gary Hubbell, consultant foncier, a déclaré que l’acquisition par Gates de vastes zones de terres agricoles suscitait « beaucoup de ressentiment et de résistance » au sein de la population locale, car ses objectifs tendent à être « contraires » à bon nombre des traditions et pratiques établies dans la région.

Lors d’une session Reddit  Ask Me Anything tenue en mars 2021, Gates s’est vu demander pourquoi il achetait des terres agricoles. Le milliardaire a répondu que c’était son « groupe d’investissement » qui avait choisi de le faire. « Tout cela est sans rapport avec le climat. »

Les terres agricoles privées de Gates sont estimées à environ 690 millions de dollars. Sa plus grande propriété se trouve dans l’État de Louisiane, où il possède environ 28.000 ha de terres, suivie de près de 20.000 ha en Arkansas, 10.500 ha en Arizona, 8300 ha au Nebraska, 7300 ha en Illinois, 6800 ha au Mississippi, 6500 ha à Washington et 6000 ha en Floride.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé