Un collectif de parents opposé au port du masque à l’école saisit la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH)

18 novembre 2021 Mis à jour: 18 novembre 2021
FONT BFONT SText size

Opposé au port du masque à l’école, le collectif des Parents Atterrés avait déposé un dernier recours devant le Conseil d’État (CE) en mars et en mai dernier. Il s’était conclu par un rejet le 1er juin. Voulant poursuivre sa mobilisation, il a déposé un dossier à la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme).

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal avait annoncé en début de mois que le port du masque allait redevenir obligatoire à l’école, dès le lundi 8 novembre, dans trente-neuf départements.

Le collectif des Parents Atterrés, qui regroupe plus de 40 écoles primaires du département de la Sarthe ainsi que mentionné sur sa page Facebook, est quant à lui fermement décidé à poursuivre sa lutte contre le port du masque des enfants à l’école. « Suite à la décision du Conseil d’État, rendu le 1er juin 2021, concluant le recours contre le masque à l’école par un rejet, le collectif des Parents atterrés poursuit sa mobilisation, avec les parents requérants, sans attendre la décision au fond du Conseil d’État qui va vraisemblablement tarder », rapporte Enfance & Libertés, une association de défense des droits des enfants.

Augmenter la pression des parents engagés sur le gouvernement !

Comme la procédure est encore en cours devant le Conseil d’État, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) s’est donc jugée incompétente. Mais ayant peur d’être privé du droit de la saisir à nouveau pour ne pas avoir exercé ce droit dans le délai des 6 mois autorisés, le collectif a donc préféré déposer un dossier à la CEDH.

Le collectif, qui a choisi Maître Claire Murillo pour le représenter devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, souhaite par ce recours augmenter la pression que « les parents engagés de France mettent sur le Gouvernement », précise encore Enfance & Libertés. Parents Atterrés a d’ailleurs bon espoir car la CEDH avait jugé recevable le recours des parents du Maine et Loire, ainsi que le relatait le 15 juin dernier Enfance & Libertés. Ces derniers sont maintenant dans les 20 % de cas que la CEDH a accepté de juger.

Pour Christèle Gras-Le-Guen, la présidente de la Société française de pédiatrie, masquer les enfants « n’a pas de sens », rapportait Ouest-France le 3 novembre. Le collectif des Parents Atterrés, qui indique que les enfants « ne sont toujours pas touchés par le Covid, variant ou pas », veut faire tout ce qui est en son pouvoir pour les sortir de cette obligation de port du masque. Il ajoute qu’il est même nécessaire de s’opposer « par anticipation », « aux envies qu’auront beaucoup de remasquer les enfants à la moindre menace ».


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé