Un bébé prématuré avec une blessure à la tête infestée d’asticots, trouvé dans un sac plastique, se bat pour sa vie

2 juillet 2019 Mis à jour: 12 juillet 2019
FONT BFONT SText size

Dans de nombreux pays asiatiques, en raison de la pauvreté ou du manque d’éducation, de nombreux bébés, en particulier ceux qui souffrent de handicaps physiques ou mentaux, sont laissés dans des établissements parrainés par le gouvernement, comme les « boîtes à bébés » en Chine, pour devenir pupilles de l’État ou d’œuvres de bienfaisance.

Les Hautes Terres centrales du Vietnam, qui restent très pauvres malgré la forte croissance économique que le pays dans son ensemble a connue ces dernières années, ont récemment connu un cas incroyable d’abandon d’un bébé dans un verger. Le bébé a été découvert dans un sac en plastique attaché à un caféier dans la province de Lam Dong, le cœur de la ceinture du café qui fait du Vietnam le deuxième producteur mondial de café.

Selon le Straits Times, on estime que le petite fille a passé plusieurs jours seule, sans aucun soin. Elle était dans un état épouvantable, ayant été exposée au soleil et piquée par les moustiques, et pire que tout, les asticots avaient infesté une blessure à la tête. Son pronostic était sombre : les médecins pensaient que si elle vivait, elle ne survivrait jamais plus d’un an.

C’est là que l’ange gardien du bébé est intervenu. Son prénom est Trieu Thi Thien Kim, mais en tant qu’abbesse de la pagode de Hue Quang près de l’endroit où le bébé a été découvert, son nom religieux est le Vénérable Minh Tai. Au fil des ans, elle a accueilli plus de 100 orphelins dans sa pagode et les a aidés à trouver des familles d’accueil pour eux.

Elle et ses moniales ont actuellement 10 orphelins à leur charge. Entendant parler de l’affaire, elle a adopté le petit bébé et a procédé à une levée de fonds d’environ 22 000 € (25 000 $ US) pour les soins médicaux en faisant appel aux utilisateurs de Facebook et aux temples bouddhistes de tout le Vietnam pour aider. Elle a décidé d’appeler la petite fille Hoai An, ce qui signifie paix perpétuelle en vietnamien.

Après avoir réuni les fonds nécessaires, Minh Tai a emmené le bébé dans l’un des meilleurs hôpitaux privés d’Asie, le Mount Elizabeth Hospital, à Singapour. Là-bas, les médecins ont fait tout leur possible pour donner à Hoai An la chance qu’elle mérite dans la vie.

Les défis auxquels ils sont confrontés sont nombreux : en plus de toutes les blessures qu’elle a subies après son abandon, les médecins ont pu déterminer que Hoai An est née prématurément. Elle souffre d’hydrocéphalie, avec une quantité dangereuse de liquide qui s’accumule dans son cerveau.

Au fil des semaines, l’abbesse et la mère adoptive l’ont accompagnée à chaque étape. Elle a lancé une nouvelle campagne de collecte de fonds pour couvrir les frais supplémentaires du traitement. Le Dr Tang Kok Kee, le neurochirurgien de l’hôpital qui a dirigé l’équipe qui traite Hoai An, a déclaré au Straits Times : « Je ne lui donnerais pas de pronostic pour l’instant, ce serait une erreur. Il y a une chance que son état s’améliore. » Cependant, les médecins attendent toujours de savoir quelle partie du cerveau du bébé a été affectée.

Pendant ce temps, le Vénérable Minh Tai n’abandonne pas sa protégée. « Elle dort mieux, pleure plus fort et a plus d’appétit. Elle a aussi pris environ 700 g et ses réflexes se sont améliorés. » Tant que le bébé aura une chance, elle sera là, dit-elle au Straits Times. « Nous n’abandonnerons pas Hoai An. Avec le soutien des donneurs, j’ai confiance que sa maladie peut être guérie. »

Récemment, Minh Tai et ses moniales ont célébré le premier mois de vie de Hoai An, une cérémonie traditionnelle au Vietnam, remerciant Bouddha d’avoir répondu à leurs prières. Minh Tai a aussi donné au bébé un surnom qui représente son incroyable combat pour survivre. Hoa Sen Da est le nom des plantes succulentes au Vietnam, parce que comme l’a dit l’abbesse : « Même si presque toute la plante a disparu, s’il reste une feuille, elle peut encore repousser. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé