Un adolescent chinois handicapé meurt seul à la maison quelques jours après la mise en quarantaine de son père

6 février 2020 Mis à jour: 6 février 2020
FONT BFONT SText size

Un adolescent atteint de paralysie cérébrale a été laissé seul à la maison dans la ville de Huanggang, dans la province de Hubei, lorsque son père a été mis en quarantaine après avoir présenté les symptômes du coronavirus de Wuhan. Cheng Yan, 17 ans, est mort quelques jours plus tard des suites de soins inadéquats.

Le père de Cheng Yan, Xiaowen Yan, 49 ans, a contracté une fièvre le 19 janvier. Les autorités locales ont emmené Xiaowen Yan et son fils cadet dans une clinique désignée pour la quarantaine, laissant Cheng seul sans soins ni supervision adéquats, selon un article de la plateforme chinoise de services aux enfants autistes « Rice and Millet »  sur les médias sociaux chinois.

Huanggang se trouve à 74 km de Wuhan, l’épicentre de la nouvelle épidémie de coronavirus. Xiaowen Yan est originaire de Huanggang et a travaillé et vécu à Wuhan avec ses deux fils au cours des dernières années.

Cheng avait été diagnostiqué très jeune avec une infirmité motrice cérébrale. Étant handicapé mentalement et physiquement, Cheng avait des difficultés pour parler et marcher. Il était confiné dans un fauteuil roulant la plupart du temps. Son jeune frère, Hongwei Yan, 10 ans, souffre d’un autisme modéré. Leur mère s’est suicidée quand Hongwei avait environ un an.

Xiaowen Yan et ses enfants sont allés à Huanggang le 17 janvier pour les vacances du Nouvel An chinois, et deux jours plus tard, il a contracté une fièvre. Les autorités ont soupçonné qu’il avait peut-être contracté le nouveau coronavirus et le 24 janvier, elles ont envoyé Xiaowen Yan et son fils cadet, Hongwei, à la clinique du village d’Apricot Blossom, un centre de quarantaine. Le 27 janvier, Xiaowen Yan a été diagnostiqué porteur du coronavirus.

Avant que Xiaowen Yan ne soit mis en quarantaine, il a fait de son mieux pour trouver un soignant pour Cheng. Il a pris contact avec « Snails’ Home », une association caritative de Wuhan qui se consacre aux handicapés mentaux, et les a suppliés de s’occuper de son fils qui ne peut pas manger ou utiliser les toilettes sans aide. Le « Snails’ Home » a ensuite signalé le cas à l’Association Hubei pour handicapés.

Selon Xiaowen Yan, Cheng était dans un état normal et n’avait pas de fièvre quand ils l’ont quitté.

Mais Snails’ Home n’a pas pu envoyer d’aide en raison de la fermeture de la ville de Wuhan, qui empêche les habitants de quitter la ville. Mais ils ont pu alerter les responsables du village natal de Xiaowen Yan de la situation du garçon.

Un fonctionnaire leur a répondu et leur a raconté que Cheng a pris un repas l’après-midi du 24 janvier, et un dîner léger le soir du 26 janvier.

Le 27 janvier, un fonctionnaire du village a informé Xiaowen Yan qu’ils avaient trouvé quelqu’un prêt à s’occuper de Cheng. Cependant, il n’y avait pas de combinaison de protection dans le village, et la personne qui s’occupait de Cheng avait trop peur d’entrer dans la maison sans protection. Cheng était tout seul dans la maison.

En fait, dans tout Huanggang, les hôpitaux n’ont pas de combinaisons de protection. Selon le Yicai Media Group, un média d’État chinois, les médecins utilisent des imperméables au lieu de combinaisons de protection pour se protéger contre le virus.

Xiaowen Yan a ensuite cherché de l’aide par le biais des médias sociaux en publiant une lettre ouverte sur son blog le 28 janvier, demandant aux gens de donner des lunettes, des combinaisons de protection et des masques N95 pour aider sa famille.

Ce jour-là, Cheng a reçu deux tasses de boissons nutritives grâce à l’aide de deux médecins du village. Mais lorsque la tante du garçon, la sœur aînée de Xiaowen Yan qui vit dans un village voisin, est allée lui rendre visite, elle a trouvé le garçon en très mauvais état.

Elle a dit l’avoir trouvé allongé sur une chaise longue, couvert de saleté.

« Je l’ai essuyé et j’ai changé sa couche d’adulte. Avec mon aide, il a bu un demi-verre d’eau et mangé une portion de riz, puis il a arrêté de manger », dit-elle.

Le lendemain, les responsables du village ont informé la famille de la mort de Cheng. Aucune information n’a été donnée sur les circonstances de sa mort.

L’article du blog de Xiaowen Yan a été supprimé par la police d’Internet. En outre, le rapport WeChat de « Rice and Millet » sur Cheng aurait « violé les règles du compte public de WeChat », et il est interdit de le partager.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé