Twitter donnera le compte du président américain à Joe Biden le 20 janvier…s’il est élu

23 novembre 2020 Mis à jour: 17 mars 2021
FONT BFONT SText size

Le géant des réseaux sociaux Twitter a déclaré qu’il donnerait le pseudo @POTUS au candidat démocrate Joe Biden le 20 janvier 2021, a confirmé la société.

« Twitter se prépare activement à soutenir la transition des comptes Twitter institutionnels de la Maison-Blanche le 20 janvier 2021 », a confirmé un porte-parole de Twitter dans une déclaration à Epoch Times.

La société a également déclaré que le processus se fait en étroite consultation avec l’Administration nationale des archives et des dossiers et archivera également les comptes Twitter de l’administration actuelle pour une perspective historique, comme elle l’a fait pour d’autres administrations.

Le président Donald Trump et son équipe de la campagne contestent actuellement les résultats de l’élection générale de 2020, affirmant que les résultats ont été entachés d’irrégularités et de fraude électorale. L’équipe de la campagne Trump a déposé une litanie de poursuites judiciaires dans plusieurs États disputés, demandant aux tribunaux de protéger l’intégrité du processus de vote et de dépouillement. Leurs efforts ont visé la certification des résultats dans ces États, notamment le Michigan, la Pennsylvanie, l’Arizona, le Nevada et la Géorgie.

Trump s’est exprimé à plusieurs reprises sur la nécessité de protéger le caractère sacré des urnes tout en affirmant que les démocrates tentent de « trafiquer » l’élection en prenant l’initiative de compter les bulletins arrivés en retard, ce qu’il prétend être illégal. Lui et ses équipes juridiques soutiennent que les bulletins postés avant le 3 novembre, le cachet de la poste faisant foi, mais reçus après le jour du scrutin ne devraient pas être comptés, et que les votes qui ont été comptés sans la présence d’observateurs républicains dans les centres de dépouillement devraient également être considérés comme des votes illégaux.

De même, son avocat personnel, Rudy Giuliani, qui dirige les efforts de la campagne dans les contestations en question, a affirmé que les démocrates ont déployé de nombreux efforts dans les États disputés pour voler les États en faveur de Biden.

Il affirme que l’équipe de la campagne compte au moins dix témoins qui sont prêts à témoigner de la fraude électorale devant les tribunaux mais qui ne peuvent pas encore être révélés publiquement, car cela mettrait leur vie en danger. Il a également déclaré qu’il a au moins 1 000 déclarations sous serment de citoyens alléguant des actes répréhensibles, ce qui est « suffisant pour renverser n’importe quelle élection ».

« Si nous allons présenter les choses au tribunal et si nous vous les présentons, les juges ne vont pas être très contents de nous. Et enfin, je dois vous dire que nos témoins ne veulent pas être exposés à la miséricorde d’une presse brutale », a-t-il déclaré.

Bien que certaines affaires soient encore en cours, un certain nombre de cas de l’équipe de la campagne Trump déposés dans ces États ont été rejetés par les juges ou retirés. De nombreuses affaires concernant des tiers ont également été déposées mais rencontrent des difficultés similaires.

L’équipe de la campagne Trump a toutefois obtenu quelques résultats dans ses poursuites. Dans un cas déposé devant un tribunal de Pennsylvanie, l’équipe de campagne a intenté un procès pour obliger la secrétaire du Commonwealth de Pennsylvanie, Kathy Boockvar, et 67 comtés à respecter un délai plus court pour que les électeurs fournissent la preuve d’identité manquante si elle n’est pas fournie sur leur bulletin de vote initial. Boockvar a publié des directives électorales qui ont prolongé de trois jours la date limite du 9 novembre, indique la plainte (pdf).

Un juge d’État a ordonné à tous les comtés de séparer les bulletins de vote reçus entre le 10 et le 12 novembre et pour lesquels il y avait des pièces d’identité manquantes pour des bulletins vérifiés le 9 novembre ou avant. Il a également ordonné que ces bulletins séparés ne puissent pas être comptés, jugeant que Boockvar « n’avait pas l’autorité légale » pour émettre des directives visant à modifier la date limite.

Les messages de Trump sur Twitter ont fait l’objet d’une surveillance accrue après les élections du 3 novembre. La plateforme de médias sociaux a qualifié bon nombre de ses messages de désinformation, ce qui a été critiqué par de nombreux conservateurs.

NOUVEL HORIZON – Révélations de fraudes aux élections américaines

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé