11 jihadistes français expulsés de la Turquie

11 novembre 2019 Mis à jour: 11 novembre 2019
FONT BFONT SText size

Dans un discours à Ankara, le ministre turc de l’Intérieur avait prévenu que les prisonniers étrangers ralliés au groupe terroriste État islamique seraient renvoyés dans leur pays.

La Turquie va renvoyer 11 jihadistes français dans les prochains jours dans le cadre d’une campagne d’expulsion de combattants étrangers du groupe État islamique (EI) lancée lundi, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

« Les démarches concernant 11 combattants étrangers d’origine française sont en cours », a indiqué le porte-parole du ministère Ismail Catakli après avoir annoncé l’expulsion d’un jihadiste américain et le prochain renvoi d’une dizaine d’autres d’origine allemande.

« Ils sont à vous, faites-en ce que vous voudrez »

Vendredi dernier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie avait capturé 287 personnes qui s’étaient échappées de prison – membres de l’EI – en Syrie après le déclenchement de l’offensive d’Ankara. Puis, dans la foulée, le ministre turc de l’Intérieur Süleyman Soylu avait fixé les premiers rapatriements à lundi.

S’adressant à « l’Europe » dans un discours à Ankara, le ministre turc de l’Intérieur Süleyman Soylu avait dit : « Pas besoin de courir dans tous les sens : nous allons vous renvoyer les membres de l’EI. Ils sont à vous, faites-en ce que vous voudrez ».

Un Américain, un Allemand et un Danois quitteront la Turquie ce lundi, sept Allemands seront renvoyés jeudi. Des démarches sont en cours pour expulser onze Français, deux Allemands, et deux Irlandais. Aucune identité n’a été donnée.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé