Trump : Biden ment ou il est « mentalement inapte », à en juger par sa gaffe sur les vaccins

18 février 2021 Mis à jour: 19 février 2021
FONT BFONT SText size

L’ancien président américain Donald Trump a reproché à son successeur, le président Joe Biden, d’être malhonnête ou « mentalement inapte » lorsque ce dernier a faussement prétendu que les États-Unis ne disposaient pas d’un vaccin contre le virus chinois lorsqu’il a pris ses fonctions.

« Soit il ne disait pas la vérité, soit il est mentalement inapte, l’un ou l’autre », a déclaré Trump à la chaîne de télévision Newsmax mercredi dernier.

« Il s’est mis sous les projecteurs à cause de cela », a poursuivi Trump, en faisant référence à la réaction des médias sociaux à la déclaration de Biden. « Aurait-il pu plaisanter ? Car, franchement, c’était une déclaration très stupide. »

Le 16 février, Biden a affirmé lors d’un événement organisé par CNN : « C’est une chose d’avoir le vaccin – que nous n’avions pas lorsque nous sommes arrivés au pouvoir – mais [il faut aussi] un vaccinateur : comment faire passer le vaccin dans le bras de quelqu’un ? » Plus tôt, au cours du même événement, Biden a parlé de 50 millions de doses de vaccin disponibles à son arrivée au pouvoir.

De plus, Joe Biden a reçu deux doses de vaccin avant son entrée en fonction le 20 janvier 2021. Les États-Unis avaient administré un million de doses le 24 décembre de l’année dernière.

Dans une interview qui couvrait plusieurs sujets, Donald Trump a fait part de sa première évaluation de la nouvelle administration américaine, critiquant Joe Biden pour sa position envers la Chine communiste et la question de l’immigration illégale.

« Tout cela est tellement ridicule. Nous avions eu la Chine exactement là où nous voulions qu’elle soit », a-t-il précisé.

Le 17 février, Trump a donné plusieurs interviews à la suite du décès de son ami et animateur de radio Rush Limbaugh. Lors de l’interview accordée à Newsmax, il a longuement parlé des élections de 2020, les qualifiant de « truquées » et « volées ».

« Des choses vraiment mauvaises et malhonnêtes se sont produites », a-t-il lancé, soulignant qu’il avait reçu 75 millions de votes, soit plus que tout autre président sortant dans l’histoire des États-Unis.

« Lorsque [les gens] disent ‘arrêtez le vol’, ils ne plaisantent pas. C’est une honte. C’est comme avec les élections dans un pays du tiers-monde. Nous devons donc tirer cela au clair et je pense qu’il faut aller au fond des choses… pour aller de l’avant nous devons aussi revenir en arrière », a expliqué Trump.

L’ancien président a également commenté son interdiction des médias sociaux, en disant que Parler, une plateforme de médias sociaux, voulait l’accueillir. Il a noté que son audience sur Twitter était à elle seule plus importante que l’audience totale de Parler, ce que le rendait « mécaniquement » incapable de venir sur cette plateforme.

Trump a aussi confié que cela lui manquait d’être président, mais il n’a pas révélé s’il voulait se présenter aux élections présidentielles de 2024.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé