« Traitez le Covid-19 comme un simple rhume », déclare un trust britannique, tout en promettant 19 milliards d’euros pour la recherche sur les vaccins

16 janvier 2022 Mis à jour: 16 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Les confinements liés aux pandémies n’ont plus aucune utilité pratique, selon la plus grande fondation caritative médicale du Royaume-Uni, Wellcome Trust, qui a appelé à traiter le Covid‑19 « comme un simple rhume ».

« Je ne pense pas que ça puisse signifier de revenir à des confinements réguliers, car ce n’est tout simplement pas viable économiquement. Nous ne faisons pas cela pour la grippe, nous ne faisons pas cela pour le rhume », a déclaré Nick Moakes, directeur des investissements du Wellcome Trust, au Telegraph.

M. Moakes estime qu’il est temps que la société s’habitue à vivre avec le nouveau coronavirus.

« Dans le meilleur des cas, la maladie est traitée comme un simple rhume, comme une grippe. Chaque année, les personnes vulnérables se font vacciner contre le virus et le reste d’entre nous a acquis un degré d’immunité qui nous protège suffisamment. Et nous vivons avec. »

Basée à Londres, la fondation Wellcome Trust est un des plus grands fournisseurs de financement non gouvernemental pour la recherche scientifique dans le monde. Elle a été créée en 1936 par Henry Wellcome avec les fonds de son entreprise médicale (devenue GlaxoSmithKline).

Wellcome Trust a été l’un des premiers investisseurs dans l’entreprise de livraison de nourriture DoorDash et a été introduit en bourse fin 2020. Le trust dispose actuellement d’un portefeuille d’investissements de 38,2 milliards de livres (45,8 milliards €). Il a co‑financé les recherches de l’Université d’Oxford et AstraZeneca pour mettre au point un vaccin Covid‑19.

Comme on peut le lire sur son site Web depuis le 11 janvier, avec l’élargissement de son portefeuille, Wellcome prévoit d’investir 16 milliards de livres sterling, l’équivalent de 19 milliards € (le plus gros investissement de son histoire) dans la recherche, en vue de financer la nouvelle génération de vaccins Covid‑19 au cours de la prochaine décennie.

Au cours de l’année écoulée, la fondation a versé l’équivalent de 1,45 milliard € en subventions de recherche et autres activités caritatives.

Les pays européens sont divisés sur la manière de procéder face au coronavirus. Si certains maintiennent que des procédures de fermeture strictes et des vaccins obligatoires, à l’instar de la Chine, sont la seule façon d’aller de l’avant, d’autres se tournent vers des stratégies moins radicales.

Lorsque le Royaume‑Uni a décidé s’est opposé à renforcer ses restrictions, le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach, a rétorqué : « De mon point de vue, c’est un pari contraire à l’éthique. »

Pendant ce temps, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a estimé : « Nous devons évaluer l’évolution du Covid, de pandémie à maladie endémique. »

Nick Moakes a déclaré que la priorité était d’acheminer les vaccins dans les pays où les pourcentages d’inoculation sont faibles, et qu’une situation où la population est complètement débarrassée du virus n’est pas réaliste.

« En particulier avec Omicron, le Covid zéro n’est pas une aspiration réaliste. Très peu de pays dans le monde mènent une politique zéro Covid « , a‑t‑il poursuivi, selon le Telegraph.

Le Dr Mike Tildesley, membre du groupe scientifique sur la modélisation de la grippe pandémique et professeur à l’université de Warwick, a prédit que le Covid‑19 évoluerait en devenant toujours moins grave et qu’il serait endémique. Selon lui, le variant Omicron, hautement transmissible mais plus bénin, marque le début de ce processus.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé