Toulouse : un migrant en situation irrégulière agresse le personnel de la clinique et endommage le matériel

30 décembre 2019 Mis à jour: 30 décembre 2019
FONT BFONT SText size

Furieux de la réponse qui venait de lui être faite par un médecin de la clinique Ambroise Paré, un clandestin d’une quarantaine d’années s’est mis dans une colère noire.

Les faits ont eu lieu le mardi 24 décembre au service des urgences de la clinique Ambroise Paré. Vers 20h30, un migrant de 42 ans en situation irrégulière sur le territoire français se présente pour des douleurs à un genou.

Un médecin le prend en charge et finit par lui dire de se rendre à l’hôpital Purpan où il pourra être soigné.

Furieux, le clandestin déverse un tombereau d’injures et de menaces sur le praticien et deux infirmières. « Je vais te planter, te fracasser », aurait notamment déclaré le suspect selon les journalistes de La Dépêche.

Il endommagera ensuite une vitre ainsi que du matériel informatique avant d’être appréhendé par la police.

« Ce genre de comportement est trop fréquent dans les hôpitaux »

Jugé le vendredi 27 décembre dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate, le prévenu a tenté d’expliquer son comportement belliqueux tant bien que mal.

« J’avais très mal au genou. Et je pensais que les médecins ne voulaient pas me soigner », a-t-il ainsi affirmé.

« Ils vous ont dit que la blessure nécessitait de vous rendre à l’hôpital Purpan. Vous êtes devenu incontrôlable, au point de casser un ordinateur et de menacer de mort une femme », rappelle alors le président du tribunal correctionnel.

« Et aujourd’hui encore, vous ne vous êtes même pas excusé. Ce genre de comportement est trop fréquent dans les hôpitaux », poursuit le procureur de la République, avant de requérir une peine de quatre mois de prison ferme et 600 euros de dommages et intérêts.

« On est tous d’accord sur ces faits inadmissibles et désagréables. Mais nous ne sommes pas à la messe. Ici on est au tribunal, on juge les faits au regard de la loi. Mon client a exprimé des regrets lors de sa garde à vue. Il a compris ses erreurs. Cette peine de quatre mois changera quoi ? J’ai l’impression qu’on le juge parce qu’il est en situation irrégulière », a ensuite plaidé Me Brice Zanin, avocat du prévenu.

L’accusé a finalement été condamné à deux mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Il devra également verser 250 euros de dommages et intérêts à la clinique ainsi que 500 euros à la victime.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé