« Toujours avec le sourire » : un père sans bras ni jambes élève deux filles abandonnées par leur mère

25 mai 2023 Mis à jour: 25 mai 2023
FONT BFONT SText size

Un Paraguayen, sans bras ni jambes, père de deux enfants, a trouvé la force et la détermination d’élever ses deux filles, malgré ses limites, lorsque leur mère les a abandonnées.

Pablo Acuña est né avec une malformation des membres qui a empêché ses bras et ses jambes de se développer correctement. Pourtant, c’est un homme heureux et reconnaissant qui vit dans la ville de Son Pedro del Parana, au Paraguay. À 63 ans, il est le père comblé de deux filles âgées d’une vingtaine d’années, qu’il élève depuis qu’elles sont bébés avec l’aide de sa mère, Ignacia del Valle.

Bien que Pablo souffre de sa maladie depuis sa naissance, il affirme qu’elle ne l’a jamais affecté. Hormis le fait qu’il n’a pas pu aller au lycée et que ses parents se sont occupés de lui, il a eu une enfance plutôt normale.

« Je n’ai pas à me plaindre », a déclaré Pablo à Epoch Times. « Mes parents ont fait de leur mieux. »

Pablo Acuña avec sa fille Elida. (Avec l’aimable autorisation d’Elida Acuña)

Issu d’une fratrie de six enfants, Pablo a été élevé par des parents aimants et attentifs, et il voulait faire de même pour ses propres enfants. Bien qu’il se soit séparé de sa femme, il est reconnaissant qu’elle lui ait donné deux merveilleuses filles.

« Je suis très positif et reconnaissant à la vie parce que j’ai mes filles », a-t-il affirmé.

Sa plus jeune fille, Elida, 26 ans, chante ses louanges pour lui avoir offert une enfance « très agréable » malgré le fait qu’il n’ait ni bras ni jambes.

« J’ai été élevée par mon père et ma grand-mère », explique Elida. « Mon père est incroyable. C’est une personne merveilleuse, il est toujours souriant, je ne l’ai jamais vu déprimé. »

Comme Pablo ne peut pas marcher, il utilise depuis des décennies une brouette en bois comme plate-forme pour s’asseoir et dormir. Il est connu localement sous le nom de « El Hombre Carretilla », ou « l’homme à la brouette », selon C9N Paraguay.

(Avec l’aimable autorisation d’Elida Acuña)

Selon Elida, le plus grand souhait de Pablo est d’être propriétaire de sa maison. Elida a déclaré au journal paraguayen Crónica que sa famille, qui « vit en louant », économise désespérément dans ce but.

Depuis que sa grand-mère a eu 93 ans, Elida est revenue de Buenos Aires (Argentine) à la maison familiale au Paraguay pour aider à prendre soin de son père, dont les capacités sont de plus en plus limitées.

« J’ai dû renoncer à beaucoup de choses pour retourner au Paraguay », a-t-elle confié à Epoch Times. « La seule chose que mon père fait pour lui-même, c’est gérer son téléphone et la télécommande. À part cela, je m’occupe de tout le reste. »

Elida a expliqué qu’elle se consacrait à aider son père et sa grand-mère et qu’ils « allaient de l’avant avec l’aide de Dieu ».

(Avec l’aimable autorisation d’Elida Acuña)

Malgré les difficultés, Pablo ne regrette pas son état. Il continue d’avoir une foi inébranlable qui lui permet de rester positif.

« Soyez reconnaissants pour votre vie et pour Dieu, car il sait pourquoi il nous a créés tels que nous sommes dans ce monde », a-t-il déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé