Tirs de des mortiers d’artifices devant le lycée Joliot-Curie à Nanterre : cinq mineurs placés en garde à vue

18 octobre 2022 Mis à jour: 18 octobre 2022
FONT BFONT SText size

De nouveaux incidents ont éclaté le 17 octobre devant le lycée Joliot-Curie à Nanterre, où des jeunes ont tiré des mortiers d’artifices en direction de cet établissement de l’ouest parisien.

Les élèves protestent principalement contre la fin du dispositif d’aide aux devoirs, contre le règlement intérieur et le port de vêtements religieux – voiles et abayas —, ainsi qu’en soutien à un enseignant et syndicaliste muté, Kai Terada.

Lundi matin, au moment du début des classes, une dizaine de personnes cagoulées ont tiré des mortiers d’artifice en direction du lycée polyvalent Joliot-Curie, situé non loin du centre administratif de Nanterre, selon une vidéo du journaliste Clément Lanot diffusée sur Twitter.

Cinq mineurs  pas « tous » issus du lycée

Des jeunes ont également tiré des mortiers d’artifice vers un autre lycée à Nanterre, l’établissement Claude-Chappe, a précisé une source policière. Cinq mineurs ont été interpellés et placés en garde à vue à la suite de ces incidents, d’après le parquet de Nanterre. Selon une source proche du dossier, ces cinq jeunes ne sont pas « tous » des élèves de Joliot-Curie.

Vers 10h00, la situation était redevenue calme. Neuf véhicules de gendarmes mobiles sécurisaient les alentours de l’établissement et des médiateurs de la ville de Nanterre dialoguaient avec des adolescents.

Ces incidents se sont déroulés alors que des échauffourées entre jeunes et policiers avaient déjà eu lieu la semaine dernière.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé