Théo Luhaka et ses frères condamnés pour avoir détourné des centaines de milliers d’euros de fonds publics

9 avril 2022 Mis à jour: 9 avril 2022
FONT BFONT SText size

Trois frères dont Théo Luhaka, blessé lors d’une violente arrestation en 2017 à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, ont été condamnés le 7 avril par le tribunal de Bobigny pour escroquerie, après avoir détourné des subventions de contrats aidés fictifs.

La fratrie, qui n’était pas présente pour la lecture du jugement, a été déclarée coupable avec deux complices pour l’utilisation, entre 2014 et 2018, de centaines de milliers d’euros d’aides publiques versées à des associations pour l’embauche d’« emplois d’avenir », un dispositif mis en place sous le quinquennat de François Hollande pour l’insertion de jeunes défavorisés.

« À la fin cela représente beaucoup d’argent, presque un million d’euros. Un million d’euros qui aurait dû se retrouver dans la poche de jeunes en difficulté, à titre de salaire », a commenté le tribunal en rendant sa décision. Deux autres prévenus ont été relaxés.

Des vacances à l’étranger avec l’argent public

Le grand frère de Théo, Mickaël Luhaka, âgé de 38 ans, qui se présente comme entrepreneur, était poursuivi pour avoir mis sur pied des structures juridiques, officiant sur le papier dans le football ou la médiation de rue, afin de toucher les subventions de faux emplois aidés.

Dans la réalité, les salariés n’existaient pas ou ne travaillaient qu’à temps partiel. L’argent public servait largement à des dépenses autres qu’à l’activité, ou était transféré sur les comptes personnels de l’entourage de Mickaël Luhaka. Le chéquier de l’association lui servait à payer de nombreuses dépenses personnelles telles que des vacances à l’étranger, sa voiture, son loyer, un séjour au cap d’Agde, des abonnements à Canal+ et SFR…

Le trentenaire a été condamné à quatre ans de prison dont deux avec sursis, ainsi qu’une interdiction de gérer pendant dix ans. Sa peine de prison ferme sera aménagée en surveillance sous bracelet électronique.

De son côté, Théo Luhaka a écopé une peine de douze mois de prison avec sursis et cinq années d’interdiction de gérer. Âgé de 27 ans, il avait reçu sur son compte en banque des dizaines de milliers d’euros provenant des associations subventionnées. Au procès mi-février, il avait entretenu le flou sur son rôle exact, arguant du manque de « souvenirs ».

Quant au troisième frère, Grégory, il a été condamné à deux ans et demi de prison dont un an et demi avec sursis.

Blessé au niveau de la zone rectale lors d’une interpellation violente par des policiers à Aulnay-sous-Bois en 2017, Théo Luhaka sera à nouveau devant la justice dans quelques mois, mais cette fois-ci sur le banc des victimes. Trois policiers sont renvoyés devant la cour d’assises pour violences volontaires. Le procès pourrait se tenir début 2023.

 

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé