The Gateway Pundit demande à la Cour de publier la liste des clients présumés d’Epstein

4 août 2022 Mis à jour: 4 août 2022
FONT BFONT SText size

Le site Web The Gateway Pundit a exhorté le tribunal fédéral de New York de dévoiler la liste des clients présumés de Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell.

Cherchant à révéler la « liste des clients d’Epstein », The Gateway Pundit (GP), un média conservateur, a déposé par l’intermédiaire de ses avocats, une requête en intervention dans l’affaire Giuffre contre Maxwell, devant le tribunal fédéral du district de New York, le 27 juillet dernier.

Dans leur requête, les avocats du média ont déclaré que 23 femmes ont témoigné en tant que victimes de Jeffrey Epstein, piégées dans son trafic sexuel et ses abus alors qu’elles étaient mineures.

Quatre de ces femmes ont également déclaré avoir été abusées par Ghislaine Maxwell, la petite‑amie d’Epstein, également reconnue coupable et condamnée pour trafic sexuel.

Mais les noms des « clients » auxquels les femmes ont été livrées alors qu’elles étaient mineures n’ont jamais été rendus publics. Pas un seul de ces clients célèbres n’a été inculpé.

Les femmes ont déclaré que les clients comprenaient « de nombreux hommes politiques américains de premier plan, de puissants chefs d’entreprise, des présidents étrangers, un Premier ministre bien connu et d’autres dirigeants mondiaux », rappelle la requête.

« Pourtant, malgré toutes ces accusations et allégations, le gouvernement n’a pas révélé pour qui, à part Jeffrey Epstein lui‑même, ces femmes (mineures à l’époque) ont été victimes de traite. Le monde entier réclame des informations sur l’identité de ces agresseurs [sexuels] de renommée mondiale (soit telle que qualifiée ci‑dessous la ‘liste des clients d’Epstein’) », poursuivent les avocats.

« Peut‑être que M. Epstein et Mme Maxwell étaient bien organisés et ont conservé une liste de clients. Peut‑être qu’une liste a été compilée par le département de la Justice ou un autre tiers, ou peut‑être qu’elle peut être établie en examinant les dossiers existants. »

Les avocats du Gateway Pundit ont demandé au tribunal de lever immédiatement les scellés sur tout « document ou partie de document » qui nomme un client présumé d’Epstein a pris part à un trafic sexuel de mineur.

« Le public a le droit de savoir », ont déclaré les avocats.

L’ignorance des médias

En juin, Elon Musk a dénoncé le silence des grands médias concernant la « liste des clients d’Epstein » dans une série de remarques sur Twitter.

« La seule chose plus remarquable que la non‑divulgation de la liste par le département de la Justice, est que personne dans les médias ne s’en soucie. N’est-ce pas bizarre ? » a écrit Elon Musk  le 5 juin accompagnant son observation d’un même.

Elon Musk a ensuite plaisanté sur son propre tweet en ajoutant : « Parfois, je pense que ma liste d’ennemis est trop courte, alors… »

Après avoir posté ce tweet, la contre‑attaque a été immédiate, et un internaute a remonté une photo du milliardaire au côté de Ghislaine Maxwell dans les commentaires. Il s’agissait d’une photo prise lors de l’Oscar Party de Vanity Fair, la soirée qui suit la cérémonie de remise des Oscars.

Musk a répondu que Mme Maxwell l’avait photobombé et a suggéré qu’on exhorte Vanity Fair à s’expliquer sur le fait de l’avoir invitée.

« Les mêmes personnes qui mettent cette photo en avant restent muettes quant aux personnalités éminentes qui en réalité se sont rendues sur son île une dizaine de fois. C’est aussi très étrange… », a-t-il ajouté en faisant référence à l’île privée d’Epstein dans les îles Vierges des États‑Unis.

Epstein et Maxwell ont rameuté des jeunes filles mineures par avion jusqu’à la propriété du milliardaire sur l’île Saint James, communément appelée « l’île d’Epstein », où elles ont été abusées sexuellement, a rapporté The Independent.

Les noms des invités de marque sur l’île d’Epstein ont été consignés dans les carnets de vol de son avion privé baptisé « Lolita Express ». Une liste distincte de noms très médiatisés apparaît dans le tristement célèbre livre noir d’Epstein. Elle a été publié pour la première fois dans Gawker par le journaliste d’investigation Nick Bryant.

« C’est une mosaïque des contacts sociaux d’Epstein », a déclaré M. Bryant à Vanity Fair peu de temps après l’arrestation d’Epstein en 2019.

Le livre noir contient les noms, les numéros de téléphone et les adresses de célébrités hollywoodiennes, d’hommes politiques américains, une tête couronnée britannique et des hommes d’affaires importants. Tous ont emprunté le Lolita Express.

Le National Center on Sexual Exploitation a également demandé en janvier au département de la Justice de poursuivre les nombreux clients présumés du réseau de trafic sexuel d’enfants d’Epstein.

« Sans un réseau de profiteurs avides – qui sont également des trafiquants sexuels au sens de la loi fédérale – le système n’aurait pas duré aussi longtemps. (…) Et le système de trafic sexuel Epstein‑Maxwell n’était pas un incident isolé », indique la pétition.

Jeffrey Epstein a été reconnu coupable et condamné en 2008 par l’État de Floride pour avoir sollicité et procuré des filles de moins de 18 ans à des fins de prostitution.

Au moment de sa mort, Epstein attendait son procès pour des accusations de trafic sexuel et abus sur des femmes et des jeunes filles à Manhattan et en Floride de 2002 à 2005.

Il était emprisonné au Metropolitan Correctional Center de New York et a été retrouvé mort le 10 août 2019.

Dernière photo d’identité judiciaire de Jeffrey Epstein (Département de la Justice des États Unis, domaine public via Wikimedia Commons)

La mort d’Epstein a été classée comme un suicide par pendaison, mais un pathologiste médico‑légal mandaté par son frère, Mark Epstein, a déclaré que l’autopsie indiquait davantage un homicide qu’un suicide.

Avant sa mort, Epstein avait été placé sous surveillance en cas de suicide dans une cellule où il a finalement été laissé seul. Les gardiens de la prison n’ont pas effectué de contrôles toutes les demi‑heures et les caméras de sécurité à l’extérieur de la cellule d’Epstein ont mal fonctionné la nuit de sa mort.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé