La Thaïlande déploie des avions militaires «bombardeurs de semences» pour planter des milliers d’arbres dans des paysages dévastés

1 septembre 2019 Mis à jour: 1 septembre 2019
FONT BFONT SText size

Au cours des dernières décennies, le monde a été témoin de la destruction de l’habitat forestier naturel comme à aucune autre époque de l’histoire de l’humanité. Certains pays n’ont pas encore abordé cette question environnementale cruciale pour toutes sortes de raisons, tandis que d’autres l’ont fait – et l’ont fait avec des réussites encourageantes pour le prouver. La Thaïlande en est un exemple.

Le gouvernement thaïlandais a annoncé en 2019 qu’il prévoyait de mettre à l’essai un nouveau projet pilote pour  » bombarder  » son propre pays, en faisant voler des avions militaires au-dessus de zones nécessitant des arbres et en bombardant le paysage avec du chargement fertile.

Bien que la plupart des bombardiers soient associés aux périodes de guerre, ces avions auront une mission différente à accomplir : ils « bombarderont » la région en lançant des centaines de milliers de graines d’arbres indigènes afin d’accélérer leurs efforts de reforestation.

Regardez une démonstration de cette solution environnementale innovante :

Le concept de « bombardement de semences » a été développé par un agriculteur et philosophe naturel japonais nommé Masanobu Fukuoka. La pratique, qui a d’abord été faite à la main, consiste à créer des « boules de graines » de terre avec de grandes quantités de graines qui peuvent ensuite être lancées dans une nouvelle zone pour planter et introduire rapidement une espèce végétale.

Les boules de semences ont été utilisées dans la « guérilla agricole » bien avant que le gouvernement thaïlandais ne décide qu’il était temps de commencer à prendre des mesures agressives pour sauver leurs forêts.

Ils peuvent être utilisés pour répandre une croissance très rapidement et la planter sur de grandes surfaces avec peu d’effort et bien qu’il soit illégal de faire cela à une entreprise qui ne se doute de rien ou à vos voisins, c’est une excellente façon pour les pays de repeupler des zones qui ont été dépouillées de leur végétation.

Illustration – Shutterstock | Doidam 10

Les écologistes ont fait appel aux avions quand ils se sont rendu compte que la stratégie militaire était peut-être le meilleur moyen de lutter contre la destruction de l’environnement – comme c’était le cas dans des régions comme Hawaï dans les années 1930 pour repeupler les zones de végétation détruites par les incendies de forêt – pour faire en sorte que tout repousse.

Le gouvernement thaïlandais surveillera, durant l’année prochaine, les zones bombardées depuis le ciel pour voir si les arbres prennent racine et réévaluera la situation chaque année pour bien répondre à leurs besoins.

Si le programme réussit, il pourrait servir de modèle à d’autres pays qui ont grandement besoin d’un renversement de tendance en matière de déforestation ; des régions comme l’Indonésie, l’Amazonie et l’Afrique de l’Est pourraient toutes avoir besoin d’aide pour repeupler les forêts qui ont été si gravement détruites au cours de ces quelques dernières années.

Illustration – Shutterstock | Love Silhouette

En Thaïlande, la déforestation massive du milieu des années 1900 a laissé le pays face à une masse terrestre qui n’était couverte que de 25 % d’arbres au début des années 1970, contre plus de 60 % au début du XXe siècle.

La nation savait qu’elle devait prendre des mesures immédiates pour mettre un frein à la destruction nocive de ses forêts, mais comme des millions d’arbres doivent encore être remplacés au cours des prochaines années, elle a littéralement porté ses efforts à de nouveaux sommets.

Pour une nation qui avait désespérément besoin d’intensifier et de reboiser les régions qui ont été rasées il y a des décennies, c’est la preuve qu’une nation peut intensifier ses efforts au niveau militaire pour avoir un impact à grande échelle.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé