Thaïlande: 14 morts dans l’incendie d’une boîte de nuit près de Pattaya

5 août 2022 Mis à jour: 5 août 2022
FONT BFONT SText size

Au moins 14 personnes sont mortes en Thaïlande dans l’incendie d’une boîte de nuit près de la ville touristique de Pattaya (est), dans la nuit de jeudi à vendredi, un des sinistres les plus meurtriers depuis 2009 qui interroge sur le respect des règles de sécurité.

Un nouveau bilan des secours locaux a fait état dans l’après-midi d’un 14e décès, après les 13 annoncés plus tôt – quatre femmes et dix hommes. Ils avaient entre 17 et 49 ans, tous thaïlandais.

Environ 40 blessés ont également été recensés, dont plus d’une dizaine gravement touchés.

Le feu s’est déclaré vers 01H00 locales (18H00 GMT), au Mountain B, dans le district de Sattahip, non loin de la station balnéaire de Pattaya, à environ 180 kilomètres de la capitale Bangkok.

Chalit Chotisupakarn, un survivant de l’incendie de la discothèque Mountain B, s’adresse aux autorités à l’extérieur du lieu détruit, le 5 août 2022. Photo de MANAN VATSYAYANA/AFP via Getty Images.

L’incendie a été contenu trois heures plus tard, a indiqué à l’AFP un membre de l’équipe de secours de la Fondation Sawang Rojanathammasathan.

Mousse acoustique

La présence sur les murs de mousse acoustique, censée isoler le bâtiment des bruits extérieurs, a favorisé la propagation du feu et compliqué la tâche des pompiers, ont indiqué les secouristes dans un communiqué.

Une vidéo qu’ils ont partagée montre le bâtiment en flammes, duquel essayent de s’échapper plusieurs personnes, vêtements en feu, au milieu d’une épaisse fumée noire.

D’autres images diffusées par des médias thaïlandais montrent l’intérieur calciné de la discothèque, où les tables et chaises gisent au sol.

Plusieurs heures après l’incendie, le bâtiment d’un étage était inspecté par des ingénieurs, de crainte que le toit s’effondre.

« J’avais l’impression qu’il y avait un court-circuit derrière le DJ, et moins d’une minute après, il y a eu une coupure de courant », a déclaré Chalit Chotisupakarn, qui a réussi à s’échapper.

« Tout le monde criait +Sortez, sortez+ »

« J’ai couru vers l’entrée. Je ne pouvais rien voir, tout était sombre. Tout le monde criait +Sortez, sortez+. J’ai seulement insisté et insisté. Des personnes avaient pris feu », a-t-il expliqué, le bras en écharpe.

Une des victimes décédées est le chanteur d’un groupe qui donnait un concert cette soirée-là.

Un ami musicien de son fils, qui a survécu, « m’a dit que le feu a pris près de l’endroit où il chantait. Ca s’est passé tellement vite à cause de la mousse », a déclaré aux médias sa mère, Premjai Sae-Oung.

« J’ai demandé la nuit dernière aux agences concernées de mener une enquête et d’accélérer les compensations et le soutien aux victimes », a réagi le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-O-Cha.

Il a plaidé pour un durcissement des normes de sécurité, mettant en avant l’image négative pour l’attractivité touristique du pays renvoyée à l’étranger par l’incendie.

« Sans autorisation »

Le ministre de l’Intérieur Anupong Paochinda a indiqué aux journalistes que Mountain B opérait comme lieu de divertissement « sans autorisation ».

Le propriétaire n’avait pas reçu l’accord des autorités pour que son établissement, enregistré comme restaurant, soit une boîte de nuit, a précisé Sompong Chingduang, commissaire adjoint de la police royale thaïlandaise.

Les règles élémentaires de sécurité sont fréquemment ignorées en Thaïlande, destination prisée des visiteurs occidentaux et asiatiques, qui a récemment facilité les conditions d’entrée pour relancer le tourisme, au point mort durant la pandémie de coronavirus.

Lors du réveillon du 1er janvier 2009, un incendie dans une discothèque de Bangkok, le Santika, avait fait 67 morts, dont trois Singapouriens, un Japonais et un Birman. De nombreux touristes occidentaux avaient été blessés.

L’incendie avait pris à cause de feux d’artifice tirés au moment où se produisait le groupe de rock « Burn ». Le propriétaire de l’établissement avait été condamné pour négligence à trois ans de prison, ainsi que le patron de l’entreprise qui avait installé les feux.

En 2012, quatre personnes avaient péri dans l’incendie d’une discothèque dans la ville touristique de Phukhet (sud), provoqué par un problème électrique.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé