Témoin de notre époque: à 101 ans, cet ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale a tout vu

14 août 2022 Mis à jour: 14 août 2022
FONT BFONT SText size

Dominick Critelli est né avant l’invention des parcmètres, du ruban adhésif, du chewing-gum et des biscuits aux pépites de chocolat.

Le jour de sa naissance, le 8 avril 1921, Warren G. Harding venait d’être inauguré président des États-Unis. Depuis lors, M. Critelli a vu 18 commandants en chef occuper la Maison-Blanche.

M. Critelli a vu beaucoup de choses.

Des débuts en Italie

M. Critelli est le premier enfant né d’un charpentier et d’une mère au foyer à Tiriolo, une petite ville de la région de la Calabre, en Italie.

Après la naissance de sa première sœur, son père, qui avait servi dans l’armée italienne pendant la Première Guerre mondiale, a pu faire venir toute la famille aux États-Unis, lorsque M. Critelli avait 8 ans.

Comme dans les films, la famille est arrivée par bateau et a dormi sur le pont. Ils se sont installés dans le quartier de Richmond Hill dans le Queens, à New York, où ils louaient une maison.

M. Critelli est allé à l’école publique 99 sans connaître un mot d’anglais.

Dominick Critelli, âgé de 101 ans (Dave Paone/The Epoch Times)
Le père de Dominick Critelli avec son modèle T Ford de 1918, devant la maison qu’ils ont finalement achetée à Richmond Hill à N.Y. en 1929. Il était le premier du quartier à posséder une voiture. La maison est toujours là. (Avec l’aimable autorisation de Dominick Critelli)

La Grande Dépression

L’arrivée de M. Critelli aux États-Unis en 1929 coïncide avec le début de la Grande Dépression, ainsi qu’avec la Prohibition. Pendant cette période, quatre autres frères et sœurs sont nés dans sa famille amenant la famille à un total de six enfants.

« C’était dur pour lui », a confié M. Critelli à Epoch Times, en parlant de son père. « C’était dur. »

En 1935, le président Franklin D. Roosevelt a créé la Works Progress Administration, qui employait son père une semaine sur deux.

La famille recevait des conserves de l’église catholique du quartier, même si beaucoup de familles ne voulaient pas accepter la charité à l’époque.

« Mais nous l’avons fait », a dit M. Critelli.

Selon les historiens du cinéma, l’ère du film muet a pris fin avec « Le chanteur de jazz » de 1927, le premier film à avoir un son synchronisé. Cependant, la transition ne s’est pas faite du jour au lendemain et M. Critelli a été témoin des derniers jours des films muets.

« Charlie Chaplin. Je me souviens de lui. Il était magnifique », a-t-il dit.

La Grande Dépression a également marqué le début de l’âge d’or d’Hollywood. Les cinémas parsemaient les rues de New York, et M. Critelli pouvait voir deux longs métrages, plus une courte comédie, le tout pour le prix d’entrée de 10 centimes. (Vous avez bien lu.)

Dominick Critelli, adolescent, est assis sur le siège du conducteur derrière sa famille (de gauche à droite) son frère Johnny, sa soeur Rose, sa soeur Anna, et le cousin Joe Montuoro, vers 1939. (Avec l’aimable autorisation de Dominick Critelli)

« Les séries télévisées étaient populaires à l’époque. Notre héros se retrouvait dans une situation difficile, comme se balancer du haut d’une falaise, et le film se terminait brusquement, obligeant les téléspectateurs à revenir la semaine suivante pour voir ce qui s’était passé (d’où le terme ‘cliffhanger’). »

« Notre héros survivait d’une manière ou d’une autre, puis se retrouvait dans une autre situation », a expliqué M. Critelli.

Flash Gordon était le précurseur de Star Wars en 13 épisodes. En 1936, les voyages dans l’espace étaient purement de la science-fiction, ce qui fascinait les jeunes cinéphiles.

L’âge d’or de la radio se situe également pendant la Dépression. M. Critelli écoutait toutes les émissions pour enfants, comme The Shadow, The Lone Ranger et Little Orphan Annie.

Dans la classe de M. Critelli, en CE1 ou CE2, il y avait un garçon appelé Jack Cohen.

« Je n’aimais pas tellement ce garçon », a-t-il dit de Cohen. « C’était un casse-pieds. »

Il se souvient que Cohen poursuivait une fille, lui tirait les nattes et lui jouait des tours. M. Critelli ne voulait pas être vu avec Cohen par ses autres amis.

Cohen est devenu Rodney Dangerfield (un comédien de stand-up, un acteur et scénariste comique).

Pendant l’enfance de M. Critelli, le réfrigérateur n’avait pas encore été inventé. Les cuisines disposaient d’une « glacière », qui était exactement ce à quoi ça ressemble, une boîte avec un bloc de glace.

La glace générait du froid pour empêcher les aliments de se gâter et, lorsqu’elle fondait, une casserole en dessous récupérait l’eau. L’eau devait être vidée et la glace remplacée plusieurs fois par semaine.

Alors qu’il vivait dans la ville de New York et non dans une zone rurale, M. Critelli se souvient du « marchand de glace » qui livrait des blocs de glace de son chariot tiré par un cheval.

« Ma mère ne pouvait pas se payer de la glace », a dit M. Critelli.

Alors lui et un copain allaient à la Borden Dairy Co., à quelques rues de chez lui, où les laitiers chargeaient leurs chariots tirés par des chevaux. Ainsi, ils récupéraient un peu de la glace qui tombait par terre et la ramenaient à sa mère dans leurs chariots.

Finalement, le père de M. Critelli a pu acheter la maison qu’ils louaient pour le prix d’achat de 3000 euros. (Les maisons du quartier sont actuellement sur le marché pour plus de 600.000 euros.)

Au lycée, M. Critelli a appris à jouer du saxophone et de la clarinette. À 18 ans, il jouait avec un groupe de cinq musiciens qui présentait un concert hebdomadaire dans un restaurant. Sa rémunération était de 3 euros ainsi qu’un repas de poulet.

La Seconde Guerre mondiale

Le sergent-chef Critelli en Allemagne, vers la fin de la guerre (Avec l’aimable autorisation de Dominick Critelli)

Le 7 décembre 1941, les Japonais bombardent Pearl Harbor et précipitent les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Le jour suivant, M. Critelli a entendu à la radio le fameux discours du Président Roosevelt sur le « Jour d’Infamie ».

M. Critelli avait alors 20 ans et était en âge d’éligibilité au recrutement. Il a été enrôlé dans l’armée le 28 octobre 1942 et a été formé comme mécanicien d’avion et de moteur. Il a également cousu des parachutes.

Après un séjour en Angleterre, M. Critelli est arrivé en France huit jours après le débarquement en Normandie, sur la même plage, où il a vu l’après-coup de la bataille.

En décembre 1944, M. Critelli était en Allemagne.

La bataille des Ardennes a été la dernière grande campagne offensive allemande sur le front occidental pendant la guerre. Elle s’est déroulée du 16 décembre 1944 au 25 janvier 1945 lors d’un hiver rigoureux.

L’enveloppe dans laquelle elle a été postée la première lettre que Dominick Critelli a écrite à sa soeur, Anna, datée du 6 décembre 1944, de « quelque part en Allemagne ». (Avec l’aimable autorisation de Dominick Critelli)

« Les gars étaient encerclés et ils n’allaient pas survivre », a dit M. Critelli. « Ils savaient déjà qu’ils ne s’en sortiraient pas. »

Un ordre est venu d’en haut : M. Critelli et son unité devaient larguer du matériel aux soldats alliés encerclés, à partir d’une piste d’atterrissage de fortune qu’ils avaient établie à proximité.

Ils ont chargé des rations C, des rations K (nourriture) et des munitions dans les avions, pour les jeter par les fenêtres. Parfois, M. Critelli ajoutait une cartouche de cigarettes.

« Nos avions pouvaient voler bas », a-t-il dit, ce qui les rendait moins susceptibles d’être abattus.

Ils ont effectué plus de 100 largages, dont 14 avec M. Critelli sur le siège arrière. Pour cela, il a reçu une médaille de l’air, qui est décernée pour des actes uniques d’héroïsme ou méritoires lors d’un vol aérien.

Pendant son séjour en Allemagne, M. Critelli s’est lié d’amitié avec une famille allemande. Il a rencontré une fille et pouvait parler suffisamment l’allemand pour lui parler. Elle avait une sœur et elles l’ont invité chez elles.

Il y a fait deux ou trois visites en quelques semaines, apportant souvent des pots de marmelade d’orange qu’il avait obtenus du sergent chargé de l’approvisionnement.

Leur père (ou peut-être leur oncle – sa mémoire est un peu floue) lui a offert une pipe de Garmisch.

« Ils m’ont traité de façon formidable », a-t-il dit, mais il jure qu’il n’y a pas eu de romance.

M. Critelli était en Allemagne le jour de la Victoire en Europe, lorsque les nazis se sont rendus. C’était le 8 mai 1945. Mais il y avait encore la question des Japonais.

« Nous étions prêts à aller au Japon. Nous étions tous rassemblés », a-t-il dit. « Tout à coup, la radio a annoncé qu’ils avaient bombardé le Japon, mettant ainsi fin à la guerre. »

« Tout le monde a commencé à sauter de joie. »

Dominick Critelli (à droite), avec un camarade de l’armée (à gauche) et deux prisonniers de guerre allemands, à Warendorf, en Allemagne, le 18 mai 1945 (Avec l’aimable autorisation de Dominick Critelli)
Dominick Critelli tient la seule médaille de son service qu’il lui reste de la Seconde Guerre mondiale. (Dave Paone/The Epoch Times)

L’Amérique d’après-guerre

Les deux décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale ont apporté plusieurs changements dans la vie des Américains – par exemple les réfrigérateurs. M. Critelli n’a plus besoin d’aller chercher de la glace pour la glacière.

Dans les années 1950, les téléviseurs sont commercialisés en masse, ce qui donne lieu à l’âge d’or de la télévision. M. Critelli a acheté sa première télévision peu après la guerre.

Il regarde tous les grands comiques de l’époque – Sid Caesar, Milton Berle et Jackie Gleason – avec toute sa famille élargie réunie autour d’un écran de 25 cm.

La décennie a également vu la naissance du rock ‘n’ roll, dont M. Critelli n’a apprécié qu’une partie. Elvis Presley ne l’impressionne pas.

« Je ne l’aimais pas. Je ne pensais pas qu’il était si bon », a-t-il dit.

M. Critelli a regardé les débuts américains des Beatles sur The Ed Sullivan Show en février 1964 et a été aussi peu impressionné par eux qu’il l’avait été par Elvis.

Mais en 1964, M. Critelli a pu participer à l’âge d’or de l’automobile américaine en achetant une Cadillac décapotable flambant neuve pour 5000 euros. (L’équivalent en 2022 se vend à plus de 78.000 euros.)

« Comme tout le reste, elle a vieilli et j’ai dû la vendre pour 487 euros. »

Pour M. Critelli, de tous les progrès réalisés au 20e siècle, c’est l’alunissage du 20 juillet 1969 qui a été le plus spectaculaire.

« C’était quelque chose que je n’aurais jamais pensé voir arriver », a-t-il dit. « Je ne pensais pas que c’était réel jusqu’à quelques jours plus tard. »

Contrairement à Flash Gordon, le voyage dans l’espace n’était plus de la science-fiction.

M. Critelli a adopté la technologie moderne. Il a un ordinateur et un téléphone portable. Il joue actuellement du saxophone avec son propre groupe de jazz, qui a enregistré un CD.

« L’internet était incroyable », a-t-il dit. « C’est un sacré progrès. »

Les temps modernes

Il y a deux ans, M. Critelli a fait une chute et s’est cassé le fémur droit, ce qui lui a causé une infection massive dans le genou.

Il a maintenant une plaque et une tige dans sa jambe au-dessus du genou. Il attribue aux antibiotiques, qui existaient à peine pendant la première moitié de sa vie, le mérite d’avoir sauvé sa jambe.

Bien qu’il marche parfois avec une canne, il peut encore monter et descendre les escaliers assez rapidement.

Croyez-le ou non, M. Critelli ne s’est pas réjoui d’atteindre le cap des 100 ans. Même lorsqu’il avait 90 ans, il disait aux gens qu’il avait 75 ou 80 ans, a-t-il dit.

« Je vous avoue que je ne me sentais pas bien de dire à quelqu’un que j’avais 100 ans. »

« Vous avez 100 ans et vous pensez à ce que vous aviez et à ce que vous ne pouvez plus avoir. »

À 101 ans, M. Critelli est l’image même de la santé.

Certains disent : « L’âge n’est qu’un chiffre. » Le sien est 101.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé